Suivez nous sur

Chypre

La France qualifie l'initiative chypriote-turque d'une ville fantôme de "provocation"

PARTAGEZ:

En cliquant sur ce bouton,

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian s'exprime lors d'une conférence de presse avec le secrétaire d'État américain Antony Blinken au ministère français des Affaires étrangères à Paris, France, le 25 juin 2021. Andrew Harnik/Pool via REUTERS

La France a critiqué mercredi (21 juillet) comme une "provocation" une décision des autorités chypriotes turques de rouvrir partiellement une ville abandonnée à Chypre pour une éventuelle réinstallation, dans la dernière critique de l'Occident qu'Ankara a rejetée, écrivent Sudip Kar-Gupta à Paris et Jonathan Spicer à Istanbul, Reuters.

Les Chypriotes turcs ont déclaré mardi (20 juillet) qu'une partie de Varosha passerait sous contrôle civil et que les gens pourraient récupérer des propriétés - ce qui a mis en colère les Chypriotes grecs qui ont accusé leurs rivaux turcs d'avoir orchestré un accaparement de terres par la dérobade. Lire la suite.

Publicité

Varosha, une étrange collection d'hôtels et de résidences de grande hauteur abandonnés dans une zone militaire où personne n'a été autorisé à entrer, est déserte depuis qu'une guerre de 1974 a divisé l'île.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian (photo) a discuté de la question avec son homologue chypriote mardi et soulèvera le sujet aux Nations Unies, a déclaré un porte-parole du ministère Le Drian.

Chypre est représentée dans l'Union européenne par un gouvernement chypriote grec internationalement reconnu. La France préside le Conseil de sécurité de l'ONU ce mois-ci.

Publicité

"La France regrette vivement cette démarche unilatérale, sur laquelle il n'y avait pas eu de consultations, qui constitue une provocation et nuit au rétablissement de la confiance nécessaire pour reprendre des pourparlers urgents pour parvenir à une solution juste et durable de la question chypriote", a-t-il ajouté. a déclaré le porte-parole de Drian.

L'UE, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la Grèce se sont également opposés au plan dévoilé lors de la visite du président turc Tayyip Erdogan à Nicosie mardi. Il a qualifié cela de "nouvelle ère" pour Varosha, sur la côte est de l'île.

Le ministère turc des Affaires étrangères a déclaré que la critique de l'UE était "nulle et non avenue" car elle est déconnectée des réalités sur le terrain et favorise la Grèce, membre de l'UE. "Il n'est pas possible pour l'UE de jouer un rôle positif dans la recherche d'un règlement sur la question chypriote", a-t-il déclaré.

Les efforts de paix ont échoué à plusieurs reprises sur l'île ethniquement divisée. Une nouvelle direction chypriote turque, soutenue par la Turquie, déclare qu'un accord de paix entre deux États souverains est la seule option viable.

Les Chypriotes grecs rejettent un accord à deux États pour l'île qui accorderait un statut souverain à l'État chypriote turc séparatiste que seul Ankara reconnaît.

Chypre

NextGenerationUE : la Commission européenne verse 157 millions d'euros de préfinancement à Chypre

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a déboursé 157 millions d'euros à Chypre en préfinancement, soit l'équivalent de 13 % de l'allocation financière du pays au titre du mécanisme de relance et de résilience (FRR). Le paiement de préfinancement contribuera à lancer la mise en œuvre des mesures cruciales d'investissement et de réforme décrites dans le plan de relance et de résilience de Chypre. La Commission autorisera d'autres décaissements sur la base de la mise en œuvre des investissements et des réformes décrits dans le plan de relance et de résilience de Chypre.

Le pays devrait recevoir 1.2 milliard d'euros au total sur la durée de vie de son plan, dont 1 milliard d'euros de subventions et 200 millions d'euros de prêts. Le décaissement d'aujourd'hui fait suite à la récente mise en œuvre réussie des premières opérations d'emprunt dans le cadre de NextGenerationEU. D'ici la fin de l'année, la Commission a l'intention de lever jusqu'à 80 milliards d'euros de financement à long terme, à compléter par des EU-Bills à court terme, pour financer les premiers versements prévus en faveur des États membres dans le cadre de NextGenerationEU. Faisant partie de NextGenerationEU, le RRF fournira 723.8 milliards d'euros (en prix courants) pour soutenir les investissements et les réformes dans les États membres.

Le plan chypriote fait partie de la réponse sans précédent de l'UE pour sortir plus forte de la crise du COVID-19, en favorisant les transitions verte et numérique et en renforçant la résilience et la cohésion de nos sociétés. UNE communiqué de presse est disponible en ligne.

Publicité

Continuer la lecture

coronavirus

La Commission approuve un régime chypriote d'un milliard d'euros pour soutenir les entreprises et les travailleurs indépendants dans le contexte de l'épidémie de coronavirus

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a approuvé un programme chypriote d'un milliard d'euros pour soutenir les entreprises et les travailleurs indépendants dans le contexte de l'épidémie de coronavirus. Le régime a été approuvé au titre de l'aide d'État Cadre temporaire. Le soutien prendra la forme de garanties d'État sur les nouveaux prêts. La mesure sera ouverte aux entreprises actives dans tous les secteurs (à l'exception du secteur financier). L'objectif du programme est de fournir des liquidités aux entreprises viables qui ont subi des perturbations commerciales en raison de l'épidémie de coronavirus.

La Commission a estimé que la mesure chypriote était conforme aux conditions énoncées dans l'encadrement temporaire. En particulier, le dispositif (i) concerne les nouveaux prêts d'une durée minimale de trois mois et d'une durée maximale de six ans ; (ii) prévoit une couverture de la garantie limitée à 70 % du principal du prêt ; (iii) prévoit une rémunération minimale de la garantie ; (iv) contient des garanties adéquates pour garantir que l'aide est acheminée efficacement par les intermédiaires financiers vers les bénéficiaires qui en ont besoin; et (v) veille à ce que le soutien soit accordé au plus tard le 31 décembre 2021.

La Commission a conclu que la mesure est nécessaire, appropriée et proportionnée pour remédier à une perturbation grave de l'économie d'un État membre, conformément à l'article 107, paragraphe 3, point b), du TFUE et aux conditions énoncées dans l'encadrement temporaire. Sur cette base, la Commission a autorisé la mesure d'aide au titre des règles de l'UE en matière d'aides d'État.

Publicité

Vice-présidente exécutive Margrethe Vestager (photo), en charge de la politique de la concurrence, a déclaré : « Ce programme d'un milliard d'euros permettra à Chypre de soutenir les entreprises et les travailleurs indépendants touchés par la pandémie de coronavirus en fournissant des garanties d'État sur les prêts. Le programme aidera ces entreprises à faire face aux pénuries de liquidités auxquelles elles sont confrontées en raison de la crise actuelle. Nous continuerons à travailler avec les États membres pour trouver les meilleures solutions pour soutenir les entreprises en ces temps difficiles, conformément aux règles de l'UE. »

Un communiqué de presse est disponible en ligne.

Publicité
Continuer la lecture

Croatie

La Commission se félicite de la prochaine étape concernant l'approbation des plans de relance et de résilience de la Croatie, de Chypre, de la Lituanie et de la Slovénie

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne s'est félicitée des résultats positifs échange de vues sur les décisions d'exécution du Conseil relatives à l'approbation des plans nationaux de relance et de résilience pour la Croatie, Chypre, la Lituanie et la Slovénie tenue le 26 juillet, lors de la visioconférence informelle des ministres de l'économie et des finances de l'UE (ECOFIN). Ces plans définissent les mesures qui seront soutenues par le mécanisme de récupération et de résilience (RRF). Le RRF est au cœur de NextGenerationEU, qui fournira 800 milliards d'euros (en prix courants) pour soutenir les investissements et les réformes dans l'ensemble de l'UE. Les décisions d'exécution du Conseil seront formellement adoptées par procédure écrite sous peu.

Cette adoption formelle ouvrira la voie au versement de jusqu'à 13 % du montant total alloué pour chacun de ces États membres en préfinancement. La Commission vise à décaisser le premier préfinancement le plus rapidement possible, après la signature des conventions de financement bilatérales et, le cas échéant, des conventions de prêt. La Commission autorisera ensuite d'autres décaissements sur la base de la réalisation satisfaisante des étapes et des objectifs définis dans chacune des décisions d'exécution du Conseil, reflétant les progrès réalisés dans la mise en œuvre des investissements et des réformes couverts dans les plans.

Publicité

Continuer la lecture
Publicité
Publicité
Publicité

Tendance