Suivez nous sur

Transport

Mettre le rail « sur la bonne voie pour l’Europe »

PARTAGEZ:

Publié le

on

À la veille des élections européennes de juin, la Communauté européenne des entreprises ferroviaires et d'infrastructures (CER) a lancé son manifeste 2024-29 « En bonne voie pour l'Europe » lors d'un événement de haut niveau organisé au Parlement européen par l'eurodéputée Dominique Riquet. Visant fermement à atteindre les objectifs de transfert modal et de part modale de la stratégie de l'UE pour une mobilité durable et intelligente, le manifeste expose la vision du secteur ferroviaire européen pour des services ferroviaires de passagers et de fret qui fonctionnent bien dans un réseau d'infrastructures ferroviaires de grande capacité, qui être un catalyseur clé des transitions verte et numérique de l’Europe.

Les chemins de fer ont de grandes ambitions pour l'avenir du transport durable en Europe : des connexions à grande vitesse entre toutes les capitales et grandes villes de l'UE, des services régionaux de qualité pour tous, davantage de trains de nuit et d'options de tourisme durable, des opérations de fret entièrement numériques avec le rail comme épine dorsale du réseau. -zéro logistique. L'importance de ces questions a également été soulignée dans le rapport de haut niveau de l'ancien Premier ministre italien Enrico Letta sur l'avenir du marché unique, qui appelle l'UE à construire des liaisons ferroviaires à grande vitesse entre toutes les capitales de l'UE pour résoudre un « paradoxe flagrant » en Infrastructures de l’UE.

Le manifeste affirme que le rail, avec ses avantages uniques en termes de réduction des émissions, d'efficacité énergétique et de génération d'activité économique, devrait être au centre de tous les outils politiques conçus pour promouvoir la durabilité, l'indépendance énergétique et la prospérité de l'Europe. La CER souligne la nécessité d’une vision stratégique englobant le transport durable.

Il est essentiel de soutenir les investissements publics et privés dans les infrastructures pour continuer à promouvoir les projets ferroviaires sur le réseau de transport paneuropéen RTE-T, ainsi qu'à approfondir le marché unique grâce à un plan directeur pour la grande vitesse et à renforcer l'interopérabilité. Cette évolution va de pair avec le déploiement d’outils numériques, permettant des opérations ferroviaires plus sûres et plus efficaces dans l’UE. Le CER appelle les États membres à en faire une priorité lors du prochain mandat de la Commission européenne et du Parlement européen.  

Quatre piliers fondamentaux sont identifiés pour guider l’action politique future :

  • Concurrence équitable entre les modes – Malgré les efforts passés, le cadre réglementaire actuel n’est pas équitable, les chemins de fer supportant de nombreux coûts et obligations qui ne sont pas imposés aux autres modes de transport. Il reste beaucoup à faire pour corriger les déséquilibres en matière de conditions et de prix d'accès aux infrastructures, de fiscalité énergétique, de règles de TVA et de conditions sociales différentes, en permettant notamment des pratiques de dumping social dans le secteur routier.
  • Financement adéquat des chemins de fer – Les chemins de fer ont besoin d’un financement global, équitable et à long terme. Pour répondre aux énormes besoins d’investissement dans les infrastructures du secteur, il faudra une ligne budgétaire européenne plus importante pour les transports dans un cadre financier pluriannuel élargi comprenant de nouvelles sources de financement de l’UE telles que les revenus affectés du système d’échange de quotas d’émission de l’UE.
  • Déploiement des principaux outils numériques du rail – Cela comprend le système européen de gestion du trafic ferroviaire (ERTMS) et la gestion numérique de la capacité (DCM) pour une utilisation optimisée du réseau ferroviaire, le couplage automatique numérique (DAC) en tant qu'étape cruciale vers des opérations de fret entièrement numériques, et le modèle ouvert de vente et de distribution (OSDM) pour faciliter la billetterie internationale. De tels changements numériques améliorent non seulement les services ferroviaires pour leurs utilisateurs finaux, mais réduisent également les coûts. Par exemple, l’augmentation de la capacité ferroviaire qui peut être obtenue grâce aux moyens numériques grâce au DCM ne nécessite que 5 % du budget qui serait nécessaire pour construire une nouvelle infrastructure ferroviaire physique.
  • Une approche plus verte des politiques de marché et de concurrence – La politique de concurrence doit mieux prendre en compte les politiques climatiques et environnementales de l'UE et éviter tout transfert modal vers des modes de transport plus polluants. Certains segments du marché ferroviaire, tels que le Single Wagon, ne sont souvent pas économiquement viables aujourd'hui, mais représentent pourtant une solution de transport durablement viable pour lutter contre la crise climatique. L’aide à ces services ne peut pas être évaluée sur la base de règles qui ne prennent pas en compte les orientations politiques stratégiques de l’UE dans leur ensemble, y compris les objectifs du Green Deal de l’UE.

Lors de l'événement de lancement, la CER a recueilli les impressions des décideurs politiques actuels ainsi que des parties prenantes externes représentant les entreprises et les utilisateurs de la société civile des services ferroviaires, dont beaucoup ont contribué à l'enquête de 2023 qui a alimenté le manifeste final.

L'eurodéputé Dominique Riquet a déclaré qu'« à l'heure où s'achève cette législature, il est temps de faire le point sur nos réalisations. Nous avons accompli beaucoup de choses avec le MIE II, la réglementation actuelle de la capacité ferroviaire ou les lignes directrices RTE-T. Pourtant, la lutte pour le rail continue. Nous devons maintenant réfléchir aux évolutions politiques futures pour l’utiliser au mieux et atteindre nos objectifs de décarbonation ».

Publicité

Le vice-Premier ministre belge et ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet, a salué l'initiative du secteur en déclarant que « les trains doivent devenir l'épine dorsale de notre mobilité européenne si nous voulons décarboner nos économies. Le transfert modal vers le rail, le mode de transport le plus durable, doit être une priorité politique pour la prochaine Commission européenne. Pour mettre cela en œuvre et relier tous les Européens par le rail, nous devons investir massivement dans le secteur. Le programme CEF joue un rôle crucial et nous devons poursuivre dans cette direction avec un troisième appel CEF bien financé. Une vision à long terme, un financement solide et des ressources humaines solides sont la clé d’une mobilité européenne pérenne ».

S'exprimant également lors de l'événement de lancement, Filip Alexandru Negreanu Arboreanu, chef de cabinet de la commissaire européenne aux Transports Adina Vălean, a donné sa réaction positive au manifeste. « Votre soutien à un instrument de financement solide pour les infrastructures de transport est extrêmement précieux et très apprécié. Et vous pouvez également compter sur notre soutien pour faire du rail le mode de transport souhaité du futur », a-t-il déclaré.

Le directeur exécutif du CER, Alberto Mazzola, a déclaré que « dans le Manifeste du CER, les chemins de fer s'engagent à offrir aux nouvelles générations d'Européens : de meilleurs services aux passagers pour tous, y compris des connexions à grande vitesse entre les capitales et les grandes villes ; des opérations de fret ferroviaire numériques intégrées à d’autres modes, conduisant à une logistique européenne zéro émission ; et une infrastructure fiable, sûre et à haut débit ainsi que des améliorations du réseau existant grâce à la modernisation et à la numérisation. Nous appelons l’UE et les États membres à mettre en place une politique d’investissement durable afin de continuer à donner la priorité et à soutenir le rail ». 

Avec des suggestions politiques concrètes pour chacun de ses quatre piliers, le manifeste CER 2024-2029 montre ce qui est nécessaire pour permettre au rail de se développer davantage et à l'Europe de bénéficier de tout le potentiel du rail.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance