Suivez nous sur

Éducation

Les universités et l’avenir de l’Europe

PARTAGEZ:

Publié le

on

 L’Association européenne des universités souligne le rôle central du secteur à l’approche des élections européennes et explore l’avenir de la coopération universitaire transnationale

La contribution politique récemment publiée de l’EUA appelle à « un contrat social renouvelé pour l’Europe et ses universités », accompagné d’un rapport prospectif qui envisage les « et si » de l’avenir possible de l’Europe.

2024 est une année charnière pour l’avenir de l’Europe, ainsi que pour celui de ses universités.

Dans une contribution politique récemment publiée « Un contrat social renouvelé pour l’Europe et ses universités », l'Association européenne des universités (EUA) explique comment les universités et les décideurs politiques peuvent travailler ensemble pour façonner une Europe forte, ouverte et parée pour l'avenir au cours du mandat 2024-2029 des institutions européennes après les élections européennes de cette année.

Dans ce document, l’EUA illustre le rôle central que jouent les universités pour l’avenir de l’Europe et décrit comment – ​​en tant qu’acteurs indépendants – les universités peuvent servir au mieux la société et contribuer à relever les défis mondiaux, tout en énumérant les conditions-cadres dont elles ont besoin pour prospérer. Il le fait sous la forme de huit messages clés sur ce qui devrait être fait au niveau européen, demandant aux décideurs politiques de travailler avec les universités pour :

  1. Renforcer le cadre multilatéral européen de coopération
  2. Améliorer l’efficacité du système européen de gouvernance à plusieurs niveaux
  3. Introduire un « chèque universitaire » avant d’élaborer une législation européenne
  4. Budget pour un enseignement supérieur, une recherche et une innovation ambitieux
  5. Promouvoir le rôle mondial des universités en tant que bâtisseurs de ponts et courtiers de connaissances responsables
  6. Défendre les valeurs fondamentales de l’autonomie institutionnelle et de la liberté académique
  7. Développer une infrastructure physique et virtuelle
  8. Établir un financement dédié au développement du leadership universitaire

Saluant la publication, Josep M. Garrell, président de l'EUA, a déclaré :

"En 2021, la vision de l'EUA pour les « Universités sans murs » a identifié comment l'évolution des sociétés du savoir a placé les universités à l'épicentre de la créativité et de l'apprentissage humains, les rendant ainsi essentielles à la survie et à la prospérité de notre planète. Cet appel à l'action est – aujourd'hui plus que jamais – une priorité essentielle, quels que soient les résultats des élections de cette année. De plus, le prochain mandat des institutions européennes, de 2024 à 2029, sera déterminant pour faire de cette vision une réalité.

Publicité

En tant qu'épine dorsale de l'innovation et du développement européens, le secteur de l'enseignement supérieur et de la recherche a beaucoup à offrir pour faire progresser la compétitivité mondiale et les ambitions à long terme de notre continent. C’est pourquoi j’appelle les décideurs politiques européens à saisir l’opportunité des prochaines années pour favoriser une vision et une gouvernance à long terme des politiques universitaires européennes, à fournir un financement et des investissements suffisants et prévisibles et à garantir des règles qui permettent plutôt que de restreindre – avec toute la considération voulue. pour l’autonomie institutionnelle des universités.

Cette contribution politique est le résultat du projet Les universités et l’avenir de l’Europe (UniFE) de l’EUA, qui – inspiré par la réflexion prospective et les méthodologies de prospective stratégique – a exploré les influences probables sur l’avenir de la coopération universitaire pour les universités européennes au cours de la prochaine décennie. A ce titre, il est accompagné d'un rapport prospectif, 'Et si? – Explorer les futurs possibles de la coopération transnationale pour les universités européennes.

« Et si ? » analyse les facteurs externes de changement dans six dimensions (politique, économique, sociale, juridique, technologique et environnementale) et présente quatre prévisions différentes (croissance, contrainte, effondrement, transformation) des futurs possibles pour la coopération universitaire transnationale avec des partenaires dans L'Europe et au-delà. Les lecteurs sont invités à se plonger dans différents futurs à travers les différents scénarios, chacun illustré par des histoires et des exemples.

Encourageant le secteur universitaire européen à s’engager dans une réflexion prospective et une prospective stratégique, les co-auteurs du rapport Thomas E. Jørgensen et Anna-Lena Claeys-Kulik, respectivement directeur et directeur adjoint de la coordination politique et de la prospective à l'EUA, a remarqué que :

« Ce n’est que si nous nous ouvrons à de nouvelles façons d’aborder l’avenir, si nous écoutons, ressentons et ressentons différents scénarios, que nous pourrons détacher notre esprit des défis et des urgences actuels et nous permettre de changer de perspective.

Nous pourrons alors envisager les choses du point de vue des possibilités et ouvrir la voie à des actions visant à façonner un avenir meilleur. En fait, l’avenir est grand ouvert !

Tout au long de l’année 2023, l’Association européenne des universités Les universités et l'avenir de l'Europe (UniFE) Projet a rassemblé et consulté les dirigeants universitaires, les conférences nationales des recteurs et les associations universitaires, des experts et des représentants étudiants pour des discussions approfondies sur l’avenir de l’Europe et la place de notre secteur au sein de celle-ci. Inspiré par les méthodologies de réflexion prospective et de prospective stratégique, le projet UniFE a exploré les influences probables sur l’avenir de la coopération universitaire pour les universités européennes au cours de la prochaine décennie.

Le projet UniFE et ces publications ont été guidés par un conseil consultatif composé de : Josep M. Garrell, président de l'EUA (ainsi que l'ancien président Michael Murphy) ; Carle Bonafous-Murat, agent de liaison principal, bureau de Bruxelles, France Universités, France ; Katja Brøgger, professeure agrégée, Université d'Aarhus, Danemark ; Jukka Kola, recteur de l'Université de Turku, Finlande ; Amaya Mendikoetxea, rectrice de l'Université autonome de Madrid, Espagne ; et Snježana Prijić Samaržija, recteur de l'Université de Rijeka, Croatie.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance