Suivez nous sur

LIVRAISON

Démêler le paradoxe : la politique GNL de Biden et son impact sur le climat mondial et la géopolitique

PARTAGEZ:

Publié le

on

La décision du président Joe Biden de cesser d'approuver les permis pour de nouvelles installations de gaz naturel liquéfié (GNL) aux États-Unis a fait l'objet de nombreuses critiques dans toute l'Europe. Les importations américaines de GNL sont d'une importance cruciale pour le mix énergétique européen, écrit Charlie Weimers, député européen.

Les importations européennes ont augmenté de plus de 140 % depuis l’invasion russe de l’Ukraine, et les États-Unis ont dirigé les deux tiers de leurs exportations de GNL vers le marché européen.

Les critiques de la décision du président Biden ces dernières semaines se sont concentrées principalement sur la géopolitique : l'arrêt du GNL menace la sécurité énergétique de l'Europe : cela pourrait forcer certains pays à se tourner vers les sources d'énergie russes et cela restreint l'offre, rendant plus probable de futurs chocs de prix.

Cependant, on parle moins du fait que, ironiquement, cette décision sape les efforts environnementaux mondiaux. C'est important, car la seule justification de la « pause » américaine dans l'octroi de permis était que les impacts climatiques devaient être prioritaires, avant même des considérations importantes telles que la sécurité mondiale et la création d'emplois. Le problème est que les arguments environnementaux de l’Administration ne résistent pas à un examen approfondi.

Il ne fait aucun doute que le charbon est bien pire pour l’environnement que le GNL. Une analyse détaillée du cycle de vie (ACV) réalisée par le National Energy Technology Lab des États-Unis en 2019 a montré que les exportations américaines de GNL vers les marchés européens et asiatiques réduiraient considérablement les émissions de gaz à effet de serre sur le cycle de vie par rapport à l'utilisation du charbon. L’ACV a également modélisé les émissions de gaz naturel russe. Là encore, les exportations américaines de GNL étaient nettement plus propres.

Cela rend la décision américaine d’autant plus surprenante, voire déroutante, que l’impact précis à moyen terme de la décision américaine sera une augmentation de la production de charbon et des exportations de gaz naturel russe vers l’Europe. Les États-Unis augmenteront ou relanceront la production nationale de charbon pour combler l’écart de demande provoqué par l’arrêt de l’expansion du GNL. Cette décision ne sera pas un cadeau de l’Administration : le marché l’exigera et les responsables locaux et étatiques prendront la décision rationnelle de la poursuivre.

De même, les marchés asiatiques auxquels les États-Unis fournissent actuellement du GNL ne disposent pas d’options permettant de répondre à la demande supplémentaire non satisfaite à l’avenir. Les options qui existent ne sont pas respectueuses du climat : la production nationale de charbon reste élevée en Asie du Sud et du Sud-Est et pourrait facilement être augmentée. La Chine est également un exportateur important de charbon et sauterait sans aucun doute sur l’occasion de prendre une partie de la part de marché américaine.

Publicité

Et qu’en est-il de l’Europe ? Le Green Deal, malgré toutes ses promesses, n’a pas encore livré une arcadie alimentée par le soleil, le vent et les vagues. Ce ne sera pas le cas lorsque les effets de la pause GNL se feront sentir – confortablement pendant le mandat de la prochaine Commission et du prochain Parlement européen.

Vers où allons-nous nous tourner ? Certains, probablement, se tournent vers le charbon – la Pologne et l'Allemagne, par exemple, vers le charbon allemand. D’autres pourraient se tourner à nouveau vers l’est, malgré tous les dangers (y compris des émissions de GES plus élevées). Même si le gaz qatari pourrait potentiellement accroître l’offre, il n’est guère un fournisseur plus attrayant que la Russie, compte tenu de son soutien financier au Hamas et aux Frères musulmans. En outre, il est peu probable que les risques et les coûts associés aux expéditions via la mer Rouge diminuent dans les années à venir.

Considérez ces scénarios : une augmentation des émissions à mesure que les combustibles anciens et sales sont réanimés, combinée à une nouvelle dépendance des Alliés au charbon de Chine ou au gaz de Russie. Il est clair que les arguments climatiques en faveur du GNL et les arguments géopolitiques sont en fait étroitement liés.

Certaines décisions politiques – beaucoup, en fait – sont essentiellement des jugements sur des résultats concurrents. Une ligne d’action pourrait être bénéfique pour l’environnement, mais potentiellement ralentir la croissance économique ; un autre pourrait être important pour la sécurité nationale mais risque d’augmenter les émissions.

La décision du président Biden de bloquer les futurs permis de GNL n’entre pas dans cette catégorie. C’est mauvais pour l’économie, mauvais pour la sécurité et cela entraînera une augmentation des émissions mondiales. Il n’existe aucun compromis bénéfique pour compenser les effets négatifs qui pèseront sur l’Amérique et ses alliés en Europe et en Asie.

L’Europe ne doit pas se laisser duper par l’insistance des États-Unis selon laquelle il s’agit d’une mesure respectueuse du climat. Les données scientifiques, combinées à la réalité du marché, ne soutiennent tout simplement pas cette affirmation. Lorsqu’une politique augmente les émissions, sape les alliances et nuit à la sécurité énergétique, s’y opposer est la seule option sensée.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance