Suivez nous sur

Médicaments

La Commission propose un mandat renforcé pour l'Agence européenne des drogues face à la prolifération du marché illicite

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

La Commission est proposer renforcer le mandat de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, en le transformant en Agence européenne des drogues. Les changements proposés permettront à l'agence de jouer un rôle plus important dans l'identification et la résolution des défis actuels et futurs liés aux drogues illicites dans l'UE. Cela comprend l'émission d'alertes lorsque des substances dangereuses sont sciemment vendues pour un usage illicite, la surveillance de l'usage addictif de substances prises avec des drogues illicites et le développement de campagnes de prévention au niveau de l'UE. L'Agence européenne des drogues jouera également un rôle international plus important.

La vice-présidente de la promotion de notre mode de vie européen, Margaritis Schinas, a déclaré : « La production et le trafic de drogue se sont adaptés aux perturbations de la pandémie. Les groupes criminels organisés ont rapidement adapté leurs opérations antidrogue à la nouvelle situation. Aujourd'hui plus que jamais, nous avons besoin de preuves et de capacités d'analyse claires, à jour et fiables sur les drogues illicites dans l'UE. C'est pourquoi nous proposons aujourd'hui un mandat renforcé pour l'Agence européenne des drogues. Nous continuerons à lutter contre le trafic de drogues illicites et à lutter contre l'impact des drogues illicites sur la santé publique et la sécurité des Européens. Notre agence renforcée continuera d'être un partenaire clé dans cette tâche.

La commissaire aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, a déclaré : « Le trafic de drogue reste le plus grand marché criminel de l'UE. Le crime organisé de drogue est multinational, alimentant la corruption et le meurtre. Les gangs sont de plus en plus aptes à distribuer des drogues interdites, mais aussi à produire des substances non encore classées qui présentent des risques graves. Avec la proposition d'aujourd'hui, nous donnons à l'Agence européenne des drogues les outils dont elle a besoin pour surveiller de près l'évolution du paysage de la drogue, pour aider à lutter contre les effets néfastes de la drogue et pour travailler efficacement avec d'autres agences de l'UE, en particulier Europol.»

Dans le cadre de ce mandat élargi, l'agence sera en mesure de :

Publicité
  • Élaborer des évaluations des menaces sur les nouveaux développements concernant les drogues illicites qui pourraient avoir un impact négatif sur la santé, la sûreté et la sécurité publiques, contribuant à accroître la préparation de l'UE à réagir aux nouvelles menaces ;
  • Émettre des alertes au cas où des substances particulièrement dangereuses seraient disponibles sur le marché ;
  • Surveiller et traiter l'utilisation de plusieurs substances, c'est-à-dire l'usage addictif d'autres substances lorsqu'il est lié à l'usage de drogues, considérant que la polyconsommation est répandue parmi les usagers de drogues et a un impact néfaste sur la santé publique ;
  • Mettre en place un réseau de laboratoires médico-légaux et toxicologiques, regroupant des laboratoires nationaux. Le réseau favorisera l'échange d'informations sur les nouveaux développements et tendances et soutiendra la formation d'experts en médecine légale;
  • Développer des campagnes de prévention et de sensibilisation au niveau de l'UE relatives aux drogues illicites, permettant à l'agence d'agir sur la base de l'analyse qu'elle produit. L'agence pourra également soutenir les États membres dans la préparation de campagnes nationales;
  • Fournir des recherches et un soutien non seulement sur les questions liées à la santé, mais aussi sur marchés de la drogue et approvisionnement en médicaments, abordant ainsi la question de la drogue de manière plus globale ;
  • Jouer un rôle international plus fort et soutenir le rôle de chef de file de l'UE en matière de politique antidrogue au niveau multilatéral ;
  • S'appuyer sur un renforcement du réseau de points de contact nationaux, chargé de fournir à l'agence les données pertinentes.

Prochaines étapes

Il appartient maintenant au Parlement européen et au Conseil d'examiner et d'adopter le nouveau mandat.

Contexte

Publicité

Les drogues illicites constituent un problème complexe de sécurité et de santé qui touche des millions de personnes dans l'UE et dans le monde. le Rapport européen sur les drogues 2021 estime que 83 millions d'adultes dans l'UE (soit 28.9 % de la population adulte) ont consommé des drogues illicites au moins une fois au cours de leur vie. En 2019, au moins 5,150 2012 décès par surdose sont survenus dans l'UE, avec une augmentation constante chaque année depuis 30. Dans le même temps, les volumes de cocaïne et d'héroïne introduits dans l'UE atteignent un niveau record et la production de drogues, en certaines drogues synthétiques (amphétamines et ecstasy), a lieu au sein de l'UE à la fois pour la consommation intérieure et pour l'exportation. Le marché de la drogue est estimé à une valeur au détail minimale de XNUMX milliards d'euros par an et reste le plus grand marché criminel de l'UE et une source majeure de revenus pour les groupes criminels organisés. Ces évolutions appellent une action efficace au niveau de l'UE.

La Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) est la principale autorité en matière de drogues illicites dans l'UE. Il fournit des preuves et des analyses scientifiques indépendantes et fiables sur les drogues illicites, la toxicomanie et leurs conséquences, qui étayent l'élaboration de politiques fondées sur des données probantes en matière de contrôle des drogues au niveau de l'UE, contribuant ainsi à protéger toutes les personnes vivant en Europe contre les méfaits liés à la drogue.

La proposition d'aujourd'hui s'appuie sur les conclusions de la Commission évaluation de l'OEDT publiée en mai 2019. L'évaluation a conclu que l'agence est largement reconnue comme un pôle d'excellence scientifique en Europe et au niveau international, fournissant des données factuelles, objectives, fiables et comparables au niveau européen sur les drogues, la toxicomanie et leurs conséquences, et surveiller avec succès les menaces et les tendances émergentes. L'évaluation a également identifié des domaines d'amélioration, sur la base des évolutions du phénomène de la drogue, notamment en développant davantage les travaux sur le suivi des problèmes d'offre et de poly-drogue, en augmentant la visibilité de l'agence auprès des praticiens et du grand public et en renforçant sa coopération avec les organisations internationales.

Sur la base de cette évaluation, le Stratégie antidrogue de l'UE pour 2021 à 2025 – approuvée par le Conseil en décembre 2020 – invite la Commission à proposer une révision du mandat de l'agence afin de garantir qu'elle joue un rôle plus important dans la réponse aux défis actuels et futurs liés au phénomène de la drogue.

Plus d'information

Proposition de règlement sur l'Agence de l'Union européenne des médicaments (voir également annexe à la proposition, le évaluation de l'impact ainsi que ses résumé).

Commission site sur la politique en matière de drogue.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.
Publicité
Publicité

Tendance