Suivez nous sur

Présidence de l'UE

La présidente von der Leyen lors de la conférence de presse conjointe avec le président Macron sur la présentation du programme d'activités de la présidence française du Conseil de l'UE

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

« Merci beaucoup Président, cher Emmanuel, je suis ravi d'être ici avec le Collège des commissaires pour marquer le début de la Présidence française du Conseil. La France assume cette responsabilité prisée dans des circonstances très particulières : la situation de santé publique avec concernant le COVID-19 reste préoccupant. Cependant, nous menons des actions fortes sur le front de la vaccination. Cela nous a permis de vacciner près de 70 % de l'ensemble de la population et près de 80 % des adultes en Europe. Non seulement nous avons fourni aux Européens des 1.2 milliard de doses de vaccins, mais en parallèle, nous avons également exporté 1.5 milliard de doses de vaccins dans plus de 150 pays. De plus, nous soutenons massivement l'économie, notamment avec 800 milliards d'euros dans le cadre du programme de relance NextGenerationEU.

"Cependant, cela ne signifie pas que d'autres problèmes sont oubliés. Par exemple, comme vous l'avez d'ailleurs mentionné, Monsieur le Président, il y a des tensions considérables à notre porte, comme le montrent la pression militaire de la Russie sur l'Ukraine et son intimidation de la Moldavie. Je me réjouis donc , qu'un pays avec le poids politique et l'expérience de la France assume la présidence du Conseil à un moment si délicat. La voix de la France résonne partout. Et l'Europe est chère à la France.

« Il y a des dossiers importants à notre agenda. D'abord, bien sûr, sur le climat. La Commission a déposé des propositions détaillées et ambitieuses pour atteindre notre objectif de 55% de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030. Nous voulons y parvenir dans un manière économiquement efficace et socialement équitable. Je sais à quel point cet équilibre est important pour vous, Monsieur le Président, et nous partageons pleinement cette ambition. Nous comptons donc sur la Présidence française pour faire avancer ces propositions.

« Deuxièmement, la transition numérique. Notre ambition commune est de faire de l'Europe une véritable puissance numérique dans le monde, structurée selon nos règles et nos valeurs. L'année dernière, nous avons avancé des propositions ambitieuses, notre législation sur les marchés et services numériques, afin de favoriser l'innovation. , tout en faisant assumer leur responsabilité démocratique aux grandes plateformes. J'espère et je suis sûr que la Présidence française avancera rapidement sur ces questions car, on le sait, elles sont au cœur des préoccupations des citoyens européens.

Publicité

« Plus généralement et comme vous l'avez dit, nous devons continuer à renforcer notre modèle économique, celui d'une économie compétitive et sociale. Nous travaillons sur un nouveau modèle de croissance européenne, naturellement façonné par le Green Deal, l'Agenda numérique et La résilience, dans l'esprit de NextGenerationEU. Celle-ci repose sur l'excellence, la durabilité et une industrie européenne compétitive. Je me réjouis de voir nos priorités converger dans ce domaine également, par exemple notre initiative de développer une filière hydrogène compétitive pour atteindre les objectifs de l'Union européenne Accord vert.

« Enfin, pour ce nouveau modèle de croissance, je voudrais mentionner la proposition déposée par la Commission il y a trois semaines sur la fiscalité des multinationales. L'Union européenne est l'une des premières à mettre en œuvre cette réforme historique sur le taux d'imposition minimum, comme convenu par l'OCDE et le G20. J'espère que nous parviendrons rapidement à un accord pendant la Présidence française car cette réforme est nécessaire pour assurer une croissance mondiale équitable.

« Un autre sujet important est la gestion des frontières et le renforcement de l'espace Schengen, notre espace de libre circulation. Cet espace est au cœur du projet européen, pourtant il a été fragilisé par de nombreuses crises. Nous voulons donc restaurer, préserver et renforcer l'ouverture des frontières intérieures de l'Union européenne. A cet effet, nous avons présenté en décembre des propositions de réformes dans ce sens. Et j'espère que la Présidence française saura donner l'impulsion nécessaire pour avancer sur ce dossier. Bien sûr , cela passe aussi par le renforcement de la gestion des frontières extérieures, la lutte contre les réseaux de passeurs et le travail avec les pays d'origine et de transit. C'est pourquoi je souhaite également voir progresser rapidement notre pacte sur les migrations et l'asile, qui propose justement une approche aussi globale.

Publicité

"Deuxièmement, nous convenons qu'il est nécessaire d'avoir une véritable Union de la Défense. Une Union de la Défense qui nous prépare à de nouvelles menaces à l'avenir. Par exemple, la prochaine attaque hybride, peu importe d'où elle vient. Alors mettons-nous d'accord sur notre priorités à l'aide de notre boussole stratégique, qui est une sorte de livre blanc sur la défense. Je me réjouis que la Présidence française se soit engagée sur ce dossier. J'attends beaucoup de la discussion sur ce sujet au sommet de mars. Je pense qu'elle est élevée il est temps que l'Europe de la défense passe à la vitesse supérieure.

« Enfin, je voudrais parler de nos relations avec l'Afrique. Bien sûr, dans le contexte de la pandémie de COVID-19, nous devons intensifier notre soutien à ce continent, tant en termes de vaccins que de conséquences économiques. Mais au-delà de cette crise, l'Afrique est évidemment un partenaire clé pour l'avenir de notre continent car c'est un espace géopolitique, économique et démographique qui sera essentiel dans le monde de demain. Je me réjouis donc d'échanger sur les moyens d'approfondir notre partenariat au sein de l'Union européenne et le Sommet de l'Afrique à Bruxelles en février.

"C'est l'esquisse d'un agenda ambitieux pour les six prochains mois. Monsieur le Président, vous pouvez compter sur l'engagement de la Commission. Et merci beaucoup de nous accueillir ici."

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.
Publicité
Publicité

Tendance