Suivez nous sur

Libye

Le discours du prince héritier Mohammed est un tournant dans l'avenir de la Libye

PARTAGEZ:

Publié le

on

Le prince héritier Mohammed El Senussi a prononcé un discours émouvant au peuple libyen à l'occasion du 71st Jour de l'indépendance. Réfléchissant à l'histoire du pays avec fierté et douleur, le prince héritier a célébré le premier roi de Libye, la réalisation du roi Idris Ier d'unir le pays en une seule patrie pacifique, écrit Alamin Abolmagir, vice-président du Rassemblement libyen pour la légitimité constitutionnelle.

Il a également rappelé au peuple libyen la promesse et l'espoir apportés par ces premières années d'indépendance ; l'espoir d'un avenir pacifique et prospère en tant que nation indépendante. Le prince Mohammed juxtapose cet espoir à la terrible situation sur le terrain actuellement, qui lui cause clairement une grande douleur, en empathie avec le sort du peuple libyen.

Bien que personne ne croie que la situation sur le terrain pourrait s'aggraver, 2022 a vu la situation politique et sécuritaire en Libye se détériorer davantage. Décembre 2021 a vu le report indéfini des élections, rien n'indiquant que l'impasse politique actuelle sera résolue pacifiquement de sitôt. La Libye divisée d'aujourd'hui manque d'institutions nationales unifiées et, plus important encore, d'un sentiment cohérent d'identité nationale.

Une partie frappante du discours a donc été l'appel explicite du prince héritier aux spoilers nationaux et aux acteurs internationaux qui ont joué un rôle central dans l'aggravation d'une situation déjà terrible. Bien qu'il n'ait pas nommé de noms, depuis 2011, l'implication étrangère de plusieurs pays a été bien documentée. Par exemple, plus récemment, à la fin de 2019, des preuves ont révélé que la Russie avait envoyé des mercenaires pour soutenir l'Armée nationale libyenne (LNA), à laquelle la Turquie a répondu en déployant des troupes à l'appui du gouvernement d'accord national (GNA) en janvier 2020. Bien que juste un exemple, ce soutien de différentes factions n'a servi qu'à diviser au lieu d'unir, prolongeant cette période de division en Libye.

En ce qui concerne les spoilers internes, le prince héritier a été cinglant en soulignant à quel point la cupidité des individus a été une cause majeure du conflit dans notre pays. Dénonçant l'utilisation abusive des richesses de la Libye et la soif insatiable de pouvoir et d'argent, il est clair que le prince héritier ne blâme pas la seule communauté internationale pour la terrible situation actuelle. Les acteurs nationaux intéressés doivent être retirés des positions de pouvoir si la Libye veut retrouver la stabilité et la prospérité.

Répondant à cette manipulation interne et externe, le prince héritier a exigé la fin de cette «période sombre de notre histoire», affirmant que les souffrances endurées par le peuple libyen au cours de la dernière décennie devaient cesser. Ce qui est frappant, donc, c'est la manière dont le prince héritier, en prononçant ce discours, semble avoir joué un rôle plus actif dans les affaires libyennes qu'auparavant.

Le prince Mohammed a également activement décrit les mesures à prendre pour rétablir la paix et la stabilité en Libye. Selon son allocution, il a passé ces derniers mois à rencontrer des représentants libyens et internationaux pour écouter leurs préoccupations, mais aussi pour expliquer que la meilleure voie à suivre pour le pays est la restauration d'une monarchie constitutionnelle démocratique via la Constitution de l'indépendance de 1951. Les centaines de milliers de personnes sur le terrain qui soutiennent cette initiative, comme moi-même, affirmeraient également que ce système éprouvé est le meilleur moyen d'assurer la liberté et la sécurité des citoyens libyens, et le meilleur cadre pour mener à bien le rétablissement de l'ordre dans le désordre actuel.

Publicité

L'importance de cette évolution ne doit pas être sous-estimée. En effet, alors que le prince héritier a été fortement engagé dans toutes les affaires libyennes, il n'a pas encore joué un rôle actif dans les affaires politiques libyennes. Ne cherchant pas à poursuivre activement des positions de pouvoir, il a choisi de prendre les devants et d'encourager les pouvoirs en place à considérer, d'abord et avant tout, les besoins de notre pays. Cela n'a bien évidemment pas été le cas, avec une série d'acteurs cherchant plutôt à promouvoir leurs propres agendas au détriment du bien-être de nos peuples. 

Le prince Mohammed assumerait certainement un rôle plus actif s'il était appelé. Le coup d'État militaire de 1969, qui a renversé la monarchie, a délibérément créé une atmosphère de stress et de peur pour la famille du prince héritier. À seulement 7 ans, le prince héritier a vu des chars encercler sa maison et sa famille arrêtée. Les chefs du coup d'État militaire ont ensuite emprisonné son père, alors prince héritier Hassan, sans procédure judiciaire. La majeure partie de l'enfance du prince Mohammed s'est déroulée en résidence surveillée, constamment surveillée par des soldats du régime.

La maison familiale a été incendiée et tous les proches ont même été interdits de diriger des prières. Cette politique calculée consistant à forcer la famille à rester en dehors de la vie publique reposait sur la crainte qu'elle ne constitue une menace pour l'autorité du régime. Cela n'était peut-être pas surprenant, étant donné que la famille du prince héritier avait été déposée de manière illégitime et était restée populaire parmi le peuple libyen. Il semblerait que les pouvoirs en place aujourd'hui aient un intérêt similaire à maintenir le seul dirigeant légitime de notre pays hors de leur jeu politique.

Le discours prononcé cette année le jour de l'Indépendance est donc d'une importance capitale pour l'avenir de la Libye. Représentant un espoir bien nécessaire à l'un des moments les plus difficiles pour le peuple libyen, il est temps que la communauté internationale fasse pression sur les acteurs sur le terrain pour permettre aux Libyens de retourner dans leur passé et d'embrasser le seul dirigeant légitime de notre nation, capable de rétablir la paix et la sécurité en inculquant à notre nation un sentiment d'identité et de fierté nationales. Il ne devrait pas falloir le sang d'autres citoyens de notre nation pour que le monde accepte le fait que c'est la seule voie à suivre.

Alamin Abolmagir est le vice-président du Rassemblement libyen pour la légitimité constitutionnelle. Il réside actuellement à Tripoli, en Libye et a obtenu un baccalauréat en finance de l'Université de Tripoli et un doctorat en finance de l'Université du Pays de Galles.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance