Suivez nous sur

sur l'Environnement

Vers un policy mix gagnant-gagnant pour des personnes et une planète en meilleure santé

En cliquant sur ce bouton,

on

La pollution - le thème clé de la Semaine verte de l'UE 2021 - est la plus grande cause environnementale de multiples maladies mentales et physiques et de décès prématurés, écrit Viatris Europe Head of Corporate Affairs Victor Mendonca.

Les objectifs ambitieux fixés par la Commission européenne dans la loi européenne sur le climat - pour inclure l'objectif de réduction des émissions d'au moins 2030% en 55 comme tremplin vers l'objectif de neutralité climatique 2050 - contribueront à créer une Europe plus verte et à améliorer la santé des personnes. À la mi-mai, le plan d'action zéro pollution de la Commission européenne a été lancé dans le but de réduire la pollution de l'air, de l'eau et des sols d'ici 2050 à des niveaux « ne sont plus considérés comme nocifs pour la santé et les écosystèmes naturels ».

En ce qui concerne les produits pharmaceutiques, le plan vise à résoudre la pollution par les produits pharmaceutiques dans l'eau et les sols, en plus de l'objectif de l'UE sur la réduction de la résistance aux antimicrobiens. De plus, les patients et les clients sont plus soucieux de l'environnement et exigent que les entreprises prennent position et s'engagent sur ce sujet.

Le lien entre l'impact sur l'environnement et la santé ne pourrait pas être plus fort qu'aujourd'hui.

Viatris, une société de soins de santé d'un nouveau type, créée en novembre 2020, vise à garantir un accès durable aux médicaments dans le monde entier et à servir les patients quelle que soit leur situation géographique ou leurs circonstances. Alors, comment une entreprise pharmaceutique parvient-elle à trouver cet équilibre entre s'engager à répondre aux besoins de santé les plus urgents au monde et relever les défis environnementaux qui se présentent ?

Premièrement, la gestion de notre utilisation de l'eau, des émissions atmosphériques, des déchets, du changement climatique et de l'impact énergétique nécessite une approche intégrée et globale. Par exemple, Viatris a augmenté de 485 % la part des énergies renouvelables depuis 2015. Nous travaillons également à l'élaboration d'un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre conforme aux critères de la Science-Based Target Initiative (SBTi). De plus, grâce à notre adhésion à l'Initiative de la chaîne d'approvisionnement pharmaceutique, nous visons à améliorer en permanence les résultats sociaux, sanitaires, sécuritaires et environnementaux durables de nos chaînes d'approvisionnement.

La conservation de l'eau et la gestion proactive des eaux usées sont des éléments essentiels de la gestion des opérations durables ainsi que de la promotion de l'accès aux médicaments et à une bonne santé. Par exemple, en 2020, Viatris a mis en place des mesures sur plusieurs sites en Inde pour réduire la consommation d'eau, améliorer l'efficacité et garantir qu'aucune eau usée non traitée ne pénètre dans l'environnement. Bien que ces initiatives aient été mises en œuvre en Inde, elles témoignent de l'engagement de l'entreprise à conserver l'eau et à gérer proactivement les eaux usées à l'échelle mondiale.

Deuxièmement, des entreprises telles que Viatris doivent examiner certains des sujets clés ayant un impact sur la santé des personnes et de la planète de manière holistique. Prenez la résistance aux antimicrobiens (RAM), une menace majeure pour la santé publique qui se produit lorsque les bactéries évoluent pour résister aux effets des antibiotiques, ce qui rend les infections plus difficiles à traiter. La lutte contre la RAM nécessite une coopération multipartite. Une réponse efficace à la résistance aux antimicrobiens doit donner la priorité à l'accès aux antimicrobiens, aux mesures de gestion - y compris l'utilisation et la surveillance appropriées - et la fabrication responsable. La plupart des antibiotiques dans l'environnement sont le résultat d'excrétions humaines et animales, tandis qu'une quantité nettement plus faible provient de la fabrication d'ingrédients pharmaceutiques actifs (API) et de leur formulation en médicaments.

Viatris s'engage à réduire les rejets de produits pharmaceutiques issus de nos opérations de fabrication et à travailler avec les parties prenantes de l'industrie pour lutter contre la RAM en étant, par exemple, signataire de la Déclaration de Davos sur la lutte contre la RAM et membre fondateur du conseil d'administration de l'AMR Industry Alliance. L'application du cadre commun de fabrication d'antibiotiques et la collaboration avec tous les fournisseurs d'antibiotiques afin qu'ils adoptent le cadre devraient également être une priorité pour toutes les sociétés pharmaceutiques.

Troisièmement, nous ne pouvons pas le faire uniquement de notre côté. Les partenariats doivent être consolidés pour promouvoir des politiques et des pratiques fondées sur le risque et la science. Viatris préconise des initiatives industrielles établies sur les bonnes pratiques environnementales, y compris sur la fabrication responsable et la gestion des effluents. C'est le meilleur moyen d'étendre l'application de bonnes pratiques environnementales pour faciliter l'efficacité tout au long de la chaîne de valeur, aider à réduire la charge administrative et contenir les coûts - qui servent tous les deux objectifs primordiaux d'accès stable et rapide à des médicaments de haute qualité et abordables conduite.

En tant qu'entreprise pharmaceutique, Viatris se réjouit d'un dialogue ouvert et constructif avec les parties prenantes à travers l'Europe pour trouver des solutions qui garantissent l'accès aux médicaments et répondent aux défis environnementaux et sanitaires. Les partenariats et la coopération sont la clé du succès d'un monde zéro pollution.

Bosnie Herzégovine

Après dix ans de promesses, les autorités de Bosnie-Herzégovine ne disent toujours pas aux gens qui polluent l'air de leurs villes

En cliquant sur ce bouton,

on

L'air en Bosnie-Herzégovine est parmi les plus sales d'Europe (1) et en 2020, il était classé 10e en matière de pollution aux PM2.5 dans le monde (2). Malgré cela, les citoyens ont encore du mal à comprendre : qui est responsable ? Bien que les autorités étatiques soient obligées de collecter et de publier les données sur la pollution depuis 2003, elles ne sont pas en mesure de lancer un système adéquat jusqu'à présent. Les organisations non gouvernementales Arnika (Tchéquie) et Eko forum Zenica (Bosnie-Herzégovine) ont publié Top 2018 des plus gros pollueurs en XNUMX (3) sur la base des données disponibles. Ils exhortent les gouvernements à garantir l'accès à l'information de toutes les grandes industries. Le top dix des plus gros pollueurs de Bosnie-Herzégovine peut être trouve ici.

Sans surprise, les grandes usines habituellement considérées comme les coupables de la pollution arrivent en tête du top dix pour 2018 : ArcelorMittal Zenica, centrales thermiques de Tuzla, Ugljevik, Gacko, fours à ciment de Lukavac et Kakanj, cokerie GIKIL et raffinerie de Slavonski Brod. Arnika et Eko forum Zenica publient les données collectées auprès des autorités de l'État depuis 2011. Pour la première fois, la base de données alternative présente les industries des deux entités du pays.

« Il y a eu une légère amélioration de la transparence des données d'ici 2019, car les rapports annuels d'émissions sont enfin accessibles au public en ligne (4). Cependant, les sites Web officiels ne sont pas conviviaux et seuls les experts peuvent comprendre ce que représentent les chiffres. C'est pourquoi nous interprétons les données et pensons que le public les utilisera pour agir envers les pollueurs et les autorités. Sans la demande du public, les conditions environnementales ne s'amélioreront jamais », a déclaré Samir Lemeš d'Eko forum Zenica.

La comparaison des données de la dernière décennie nous permet de reconnaître quelles entreprises investissent dans la modernisation et les technologies pour protéger l'environnement et la santé humaine. La diminution de la pollution de la centrale au charbon d'Ugljevik a été causée par des investissements dans la désulfuration en 2019. Les émissions d'ArcelorMittal Zenica ont également diminué, mais elles ont été causées par la baisse de production liée à la crise économique mondiale ; les citoyens de Zenica attendent toujours la modernisation. 

Certains des plus gros pollueurs cachent encore leur empreinte environnementale, comme la centrale au charbon de Kakanj. Alors que dans l'UE, les centrales au charbon déclarent des émissions d'environ 15 polluants, les centrales bosniaques - comme la centrale au charbon Gacko - publient des données uniquement sur 3 à 5 produits chimiques de base. Par exemple, les informations sur les rejets de métaux lourds, qui représentent de graves menaces pour la santé humaine, font totalement défaut.

L'analyse du forum Arnika et Eko Zenica montre que les données soumises par les entreprises industrielles ne sont pas fiables et contiennent une énorme quantité d'erreurs - près de 90 % des données ne sont pas pertinentes. De plus, les entités de Bosnie-Herzégovine exploitent des systèmes différents en utilisant des méthodologies différentes. 

« Bien que la Bosnie-Herzégovine ait signé le protocole PRTR (5) en 2003, les parlements ne l'ont pas ratifié jusqu'à aujourd'hui. Ainsi, le système n'est pas obligatoire pour les industries. La transparence des données sur la pollution est une étape clé sur la voie d'un air plus pur. Sans accès à l'information, les autorités de l'État ne peuvent agir. Le public et les médias ne sont pas en mesure de contrôler la situation, et les pollueurs peuvent continuer à faire leurs affaires comme d'habitude au détriment de l'environnement et de la santé publique », a déclaré Martin Skalsky, expert en participation du public à Arnika.

À titre de comparaison, en Tchéquie, 1,334 2018 installations ont déclaré des émissions en 35 et les rapports comprenaient 19 polluants dans l'air et d'autres dans le sol, les eaux usées et les déchets, tandis qu'en Fédération de Bosnie-Herzégovine, il n'y avait que 6 substances polluant l'air (6) et dans le République de Srpska seulement 2011 produits chimiques. La situation ne s'améliore pas et le nombre de substances déclarées est fondamentalement le même aujourd'hui qu'en XNUMX.

(1) Sur la pollution des villes de Bosnie-Herzégovine comme les plus polluées d'Europe.     

(2) IQ Air - Pays les plus pollués au monde 2020 (PM2.5).

(3) 2018 est l'année pour laquelle les dernières données sont disponibles dans les ministères compétents de la FB-H et de la RS. 

(4) Deux autorités sont responsables de la collecte des données, car le pays de Bosnie-Herzégovine a été divisé par l'Accord de paix de Dayton en 1995 en deux entités : la Republika Srpska et une Fédération de Bosnie-Herzégovine, et en 1999 une unité administrative autonome Le district de Brčko a été formé.
Inscrivez-vous à la Fédération de Bosnie-Herzégovine (Ministère fédéral de l'environnement et du tourisme).
S'inscrire auprès de la République de Srpska (Institut hydrométéorologique de la Republika Srpska).

(5) Un outil d'information obligatoire pour les signataires du protocole sur les registres des rejets et transferts de polluants à la convention d'Aarhus de la CEE-ONU sur la démocratie environnementale, signé par la Bosnie-Herzégovine en 2003. Cependant, le pays n'a ratifié le protocole PRTR qu'à ce jour.

(6) Arsen, cadmium, cuivre, mercure, nickel, plomb, zinc, ammonium, méthane, HCL, HF, HAP, PCDD/F, NMVOC, CO, CO2, SO2/SOx, NO2/NOx, PM10. En savoir plus sur les substances chimiques et leur impact sur la santé humaine.

Continuer la lecture

sur l'Environnement

Journées européennes du développement 2021 : Conduire le débat mondial sur l'action verte avant les sommets de Kunming et de Glasgow

En cliquant sur ce bouton,

on

Forum mondial de premier plan sur la coopération au développement, le Journées européennes du développement (EDD), a commencé le 15 juin pour réfléchir sur la route de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité (CBD COP15) à Kunming en octobre et la COP26 de Glasgow en novembre 2021. Plus de 8,400 1,000 participants inscrits et plus de 160 16 organisations de plus de XNUMX pays sont présentes à l'événement, qui se termine aujourd'hui (XNUMX juin), avec deux thèmes principaux : une économie verte pour les hommes et la nature, et la protection de la biodiversité et des hommes. Le forum comprend la participation d'intervenants de haut niveau de l'Union européenne, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne ; Jutta Urpilainen, commissaire aux partenariats internationaux ; et Virginijus Sinkevičius, commissaire à l'environnement, aux océans et à la pêche ; ainsi que les Nations Unies avec Amina Mohammed, Vice-Secrétaire générale ; Henrietta Fore, Directrice générale de l'UNICEF ; SAR la Princesse Laurentien des Pays-Bas, Présidente de Fauna and Flora International ; Maimunah Mohd Sharif, Directrice exécutive d'ONU-Habitat.

L'édition de cette année a mis un accent particulier sur les points de vue des jeunes leaders avec une expertise et des contributions actives pour trouver des solutions pour l'action climatique. Avec un village mondial virtuel EDD présentant des projets innovants et des rapports novateurs de 150 organisations du monde entier et des événements spéciaux sur l'impact de la pandémie de COVID-19, ces deux jours sont une occasion unique de discuter et de façonner un avenir plus juste et plus vert. . le le site de l'EDD et ici. sont disponibles en ligne ainsi qu'un communiqué de presse.

Continuer la lecture

sur l'Environnement

L'écologisation des transports "doit fournir des alternatives réalistes"

En cliquant sur ce bouton,

on

Dans un avis adopté lors de sa session plénière de juin, le Comité économique et social européen (CESE) affirme que la transition énergétique doit – sans renier ses objectifs – tenir compte des caractéristiques économiques et sociales de toutes les régions d'Europe et être ouverte à un dialogue permanent avec organisations de la société civile.

Le CESE soutient le verdissement des transports, mais souligne que la transition énergétique doit être juste et offrir des alternatives viables et réalistes qui prennent en compte les spécificités territoriales économiques et sociales et les besoins de toutes les régions d'Europe, y compris les zones rurales.

C'est le message principal de l'avis rédigé par Pierre Jean Coulon et Lidija Pavić-Rogošić et adopté lors de la session plénière de juin de la commission. Dans son évaluation du Livre blanc sur les transports de 2011, qui vise à rompre la dépendance du système de transport au pétrole sans sacrifier son efficacité et sans compromettre la mobilité, le CESE prend une position ferme.

Limiter les modes de transport n'est pas une option : l'objectif doit être la co-modalité et non le transfert modal. Par ailleurs, la transition écologique doit à la fois être socialement équitable et préserver la compétitivité des transports européens, avec la pleine mise en œuvre de l'Espace européen des transports, dans le cadre de la pleine mise en œuvre du Marché unique. Les retards à cet égard sont regrettables.

Commentant l'adoption de l'avis en marge de la plénière, Coulon a déclaré : « La limitation de la mobilité n'est pas une alternative. Nous soutenons toute mesure visant à rendre les transports plus efficaces sur le plan énergétique et à réduire les émissions. L'Europe traverse une période de vents contraires, mais cela ne doit pas conduire à des changements de cap en termes d'attentes sociales et environnementales des différentes initiatives européennes."

Consultation continue des organisations de la société civile

Le CESE encourage un échange de vues ouvert, continu et transparent sur la mise en œuvre du livre blanc entre la société civile, la Commission et d'autres acteurs concernés tels que les autorités nationales à différents niveaux, soulignant que cela améliorera l'adhésion et la compréhension de la société civile, de même qu'un retour d'information utile aux décideurs politiques et à ceux qui procèdent à la mise en œuvre.

« Le Comité attire l'attention sur l'importance d'obtenir le soutien de la société civile et des parties prenantes, y compris par le biais du dialogue participatif, comme suggéré dans nos précédents avis sur cette question », a ajouté Pavić-Rogošić. "Une bonne compréhension et une large acceptation des objectifs stratégiques seront extrêmement utiles pour obtenir des résultats."

Le CESE souligne également la nécessité d'une évaluation sociale plus solide et réitère la déclaration faite dans son avis de 2011 sur la Aspects sociaux de la politique des transports de l'UE, exhortant la Commission européenne à mettre en place les mesures nécessaires pour assurer l'harmonisation des normes sociales pour le trafic intra-UE, en gardant à l'esprit qu'une concurrence internationale équitable est également nécessaire à cet égard. La création d'un Observatoire européen des questions sociales, de l'emploi et de la formation dans le secteur des transports est une priorité.

Suivi des progrès en temps opportun et efficace

En référence au processus d'évaluation du Livre blanc 2011, le CESE rappelle que la procédure a été lancée tardivement et que le Comité n'a été impliqué que parce qu'il l'a expressément demandé.

La Commission devrait disposer d'un plan clair pour le suivi de ses documents stratégiques dès le départ et publier régulièrement des rapports d'avancement sur leur mise en œuvre, afin qu'il soit possible d'évaluer en temps utile ce qui a été réalisé et ce qui ne l'a pas été et pourquoi, et d'agir en conséquence.

À l'avenir, le CESE souhaite continuer à bénéficier de rapports d'avancement réguliers sur la mise en œuvre des stratégies de la Commission et contribuer efficacement à la politique des transports.

Contexte

Le livre blanc de 2011 Feuille de route pour un espace européen unique des transports – Vers un système de transport compétitif et économe en ressources fixe l'objectif primordial de la politique européenne des transports : établir un système de transport qui sous-tend le progrès économique européen, améliore la compétitivité et offre des services de mobilité de haute qualité tout en utilisant les ressources de manière plus efficace.

La Commission a agi sur la quasi-totalité des initiatives politiques prévues dans le Livre blanc. Cependant, la dépendance pétrolière du secteur des transports de l'UE, bien qu'en nette diminution, reste élevée. Les progrès ont également été limités dans la résolution du problème de la congestion routière, qui persiste en Europe.

Plusieurs initiatives dans le cadre du Livre blanc ont amélioré la protection sociale des travailleurs des transports, mais la société civile et les organismes de recherche craignent toujours que des développements tels que l'automatisation et la numérisation puissent affecter négativement les futures conditions de travail dans les transports.

Les besoins de la politique des transports de l'UE sont donc encore largement pertinents aujourd'hui, notamment en termes d'augmentation des performances environnementales et de compétitivité du secteur, de sa modernisation, d'amélioration de sa sécurité et d'approfondissement du marché unique.

Continuer la lecture
Publicité

Twitter

Facebook

Publicité

Tendance