Suivez nous sur

Environnement

Le Chili prend la tête de la « course à la ratification » du Traité sur la haute mer

PARTAGEZ:

Publié le

on

L'Alliance pour la haute mer a félicité le Chili d'être devenu hier le premier pays d'Amérique latine à ratifier officiellement le Traité historique sur la haute mer au siège des Nations Unies, rejoignant ainsi les Palaos en tant que pays leaders dans la course à la ratification.1.

Le Chili et les Palaos ont donné le ton dans la course à la ratification de cet accord mondial vital. Leur leadership est crucial pour inverser la tendance en matière de conservation des océans et nous les remercions d’avoir ouvert la voie. Mais le temps ne joue pas en notre faveur. Nous avons besoin que 58 pays supplémentaires ratifient de toute urgence le Traité avant qu’il ne devienne une loi internationale et nous aide à mettre un terme au déclin drastique de la santé des océans. Ce n’est qu’à cette condition que nous pourrons protéger correctement la haute mer, qui constitue la zone la moins protégée de notre planète. Grâce à une action unie, nous pouvons garantir que notre océan mondial commun puisse prospérer et nous soutenir pour les générations à venir. ," m'a dit Rebecca Hubbard, directrice de l'Alliance pour la haute mer.

" Le Chili a été un leader tout au long des négociations du Traité sur la haute mer aux Nations Unies et continue de démontrer son ambition bleue et son engagement en faveur de la protection de la haute mer en étant le premier pays d'Amérique latine à le ratifier. Notre région dépend d’habitats sains en haute mer pour de nombreuses activités économiques, notamment la pêche et le tourisme, et bénéficie d’une myriade d’autres services écosystémiques. Compte tenu de cette dépendance, nous prévoyons que d'autres pays de la région et du monde suivront bientôt l'exemple du Chili et ratifieront le Traité sur la haute mer. ," m'a dit Mariamalia Rodríguez, coordinatrice de l'Alliance pour la haute mer, Amérique latine.

La Haute Mer – l'océan au-delà des frontières maritimes des pays – couvre la moitié de la planète, abrite la plus grande richesse de biodiversité au monde et joue un rôle essentiel dans la régulation de notre climat en absorbant environ 30 % du CO2 produit par l'homme chaque année. Cette vaste zone océanique abrite certains des écosystèmes les plus importants de la planète, mais pourtant gravement menacés, mais le manque de gouvernance la rend de plus en plus vulnérable à la surexploitation. Actuellement, seulement 1.5 % de la haute mer est protégée.

Une fois que 60 pays auront ratifié le Traité sur la haute mer, il entrera en vigueur et deviendra la première loi internationale au monde à rendre obligatoire la conservation et la gestion de la biodiversité au-delà des juridictions nationales (BBNJ), permettant ainsi l'établissement de Aires marines protégées en haute mer, et réglementer les activités potentiellement nuisibles grâce à des évaluations complètes de l’impact environnemental. Le Chili et la Belgique ont tous deux postulé pour accueillir le Secrétariat du BBNJ une fois le Traité entré en vigueur.

Depuis son ouverture à la signature à l'Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2023, 87 États membres de l'ONU ont signé le Traité sur la haute mer, exprimant ainsi leur intention de procéder à la ratification2. L'Alliance pour la haute mer et ses membres travaillent avec les gouvernements pour obtenir les 60 ratifications nécessaires pour que le Traité entre en vigueur d'ici la Conférence des Nations Unies sur les océans de 2025 à Nice, en France.

Transformer le Traité sur la haute mer en actions dans l'eau est une étape cruciale pour atteindre les objectifs internationaux visant à inverser les crises du climat et de la biodiversité, y compris l'objectif de protéger 30 % des terres et des mers de la planète d'ici 2030, convenu lors du Sommet mondial sur la biodiversité des Nations Unies à Décembre 2022.

Publicité

Suivez les progrès des pays concernant le Traité sur la haute mer et découvrez-en davantage sur les #RaceForRatification at www.highseasalliance.org/treaty-ratification.

Les Nations Unies comptent 193 États membres. Voir la liste complète sur le Suivi des ratifications de l'Alliance en haute mer.

Signature n’établit pas le consentement des États à être liés au traité, mais il exprime la volonté de l’État signataire de poursuivre le processus d’élaboration du traité et de procéder à sa ratification. La signature crée également l’obligation de s’abstenir, de bonne foi, de tout acte qui irait à l’encontre de l’objet et du but du Traité. Après la signature, les pays peuvent ratifier l'Accord à tout moment. Le texte du Traité précise que cet Accord sera ouvert à la signature de tous les États à partir du 20 septembre 2023 et restera ouvert à la signature au siège de l'ONU à New York jusqu'au 20 septembre 2025. Une fois cette période passée, les États pourront y adhérer en adhérant à l'Accord. Accord. L'adhésion fait référence à l'acte par lequel un État exprime son consentement à être lié par un accord. Cela peut avoir lieu après l’entrée en vigueur d’un traité.

Ratification C’est lorsque les nations consentent formellement au nouveau droit international, ce qui implique souvent de s’assurer que leurs lois nationales y sont conformes. La rapidité et le processus de ratification varient selon les pays. Dans certains pays, l'acte de ratification est simplement un décret du dirigeant, tandis que dans d'autres, l'approbation du Parlement est nécessaire.

En savoir plus sur le Traité sur la haute mer dans ce Fiche d'information et FAQ.

Crédit photo : NOAA – Baleine à bosse épuisant le krill

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance