Suivez nous sur

l'Iran

La politique d’apaisement coûte des vies

PARTAGEZ:

Publié le

on

La récente guerre au Moyen-Orient, qui a fait plus de 3,000 7 morts, a été déclenchée par l'attaque du 1,000 octobre et ses conséquences. Le conflit a fait plus de 2,000 XNUMX morts en Israël et plus de XNUMX XNUMX en Palestine, sans qu’une fin claire soit en vue. En outre, la récente attaque terroriste à Bruxelles sonne le signal d’une nouvelle situation qui nécessite toute notre attention pour surmonter les conditions actuelles. Il est essentiel d’examiner comment nous en sommes arrivés à ce point et d’envisager les moyens de préserver la paix et la sécurité dans la région et de mettre fin au terrorisme en Europe. La « politique d’apaisement » des nations occidentales, notamment à l’égard de l’Iran, a joué un rôle important dans ces événements malheureux. écrit Ali Bagheri Ph.D, chercheur à l'Université des sciences appliquées Thomas More, Militant pour les droits de l'homme et la démocratie en Iran.

Le paysage mondial

Au milieu des conflits internationaux en cours, l'échec de la Russie dans sa guerre contre l'Ukraine, la fin de l'accord sur le nucléaire iranien, les négociations de paix entre l'Arabie saoudite et Israël et la réouverture de l'ambassade de l'Arabie saoudite en Iran ont occupé le devant de la scène. Cependant, ces événements ont conduit les décideurs politiques européens et américains à négliger la menace latente qui s’est aujourd’hui transformée en une véritable crise.

Le rôle du régime iranien dans la crise

Dès que la guerre a éclaté, certains hommes politiques américains et européens ont pointé du doigt l’Iran comme étant le cerveau derrière l’attaque du 7 octobre. La question se pose : qu’est-ce qui a fait de l’Iran une menace si redoutable pour la paix et la sécurité dans la région, et comment a-t-il réussi à agir avec autant d’audace ? La « politique d’apaisement » des pays occidentaux, notamment au cours des 40 dernières années, et les concessions importantes faites ces derniers temps, sont au cœur de ces attaques meurtrières et du conflit en cours.

Apaisement envers l’Iran

L’Iran a non seulement fourni publiquement à la Russie des armes et des drones destinés à être utilisés en Ukraine, mais il a également brutalement réprimé ses propres citoyens. Lorsque des manifestations massives ont éclaté en Iran, avec des gens criant à la liberté et à la démocratie, les politiciens européens sont restés largement les bras croisés, faisant des gestes vides de sens, comme se couper les cheveux. Bien que le Parlement européen ait adopté une résolution en janvier 2023 appelant le Conseil de l'UE à désigner les Gardiens de la révolution iraniens (CGRI) comme organisation terroriste, le Conseil de l'UE n'a pris aucune mesure. La Belgique, après un an de débats politiques et de procédures judiciaires, même contre la décision de la Cour constitutionnelle belge, a extradé vers Téhéran un diplomate terroriste iranien, reconnu coupable d'avoir orchestré un attentat terroriste qui, s'il n'avait pas été intercepté, aurait pu être le les attentats terroristes les plus meurtriers de notre histoire récente. L’administration Biden a décidé de débloquer 6 milliards de dollars pour l’Iran, récompensant essentiellement la diplomatie de prise d’otages du régime iranien. Toutes ces concessions ont été accordées à l’Iran, malgré les avertissements répétés de l’opposition iranienne selon lesquels de telles actions ne feraient que conduire à davantage de conflits et de terrorisme.

Publicité

La politique d’apaisement de l’UE envers l’Iran s’est étendue au-delà de ces actions. Lorsque le régime iranien a été confronté à d'importantes protestations internes, les pays européens et les Américains ont soutenu par inadvertance la campagne de diabolisation du régime iranien contre son opposition démocratique viable, les Moudjahiddines Khalq (MEK). Les principaux médias ont fortement censuré les activités de l’opposition iranienne à l’intérieur et à l’extérieur du pays. De plus, le camp d'Achraf en Albanie a été perquisitionné par la police alors qu'il doit être protégé par les Conventions de Genève. Le raid a entraîné la mort d’un membre de l’OMPI. Le régime iranien a également exercé des pressions sur la France pour qu'elle annule le rassemblement annuel de l'opposition démocratique iranienne, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), au lendemain d'une conversation téléphonique de 90 minutes entre Emmanuelle Macron et Ebrahim Raïssi, le président du régime iranien, qui est considéré comme l'un des principaux responsables du massacre des prisonniers politiques en Iran en 1988. Toutes ces actions ont été perçues comme un feu vert permettant au régime iranien de mettre en œuvre ses plans infâmes.

Le prix de l’apaisement

Comme le dit le proverbe : « Si vous nourrissez le crocodile avec votre main, il vous prendra le bras ». Aujourd’hui, le monde est témoin des conséquences désastreuses de la « politique d’apaisement ». Comme l’a souligné la présidente élue du CNRI, Mme Maryam Radjavi, lors d’une conférence à Paris le 11 octobre 2023, « Khamenei a ouvertement déclaré que si le régime ne s’engage pas dans les conflits à Gaza, au Liban, en Syrie, en Irak et en Irak, Au Yémen, il devra affronter le peuple en colère et la jeunesse rebelle à Kermanshah, Hamedan, Ispahan, Téhéran et Khorasan. Khamenei s’appuie sur l’inaction de l’Europe et des États-Unis lorsqu’il recourt au bellicisme et aux exécutions. Le massacre de civils innocents alimente le fascisme religieux en Iran et sert de bouclier et de couverture pour réprimer le soulèvement et éviter sa chute. Pour parvenir à la paix et à la liberté, il faut cibler la tête du serpent (le leadership) à Téhéran.»

Conclusion

En conclusion, la crise actuelle au Moyen-Orient souligne l’impact dévastateur des « politiques d’apaisement ». L'incapacité de faire face aux actions agressives de l'Iran et les concessions accordées à un régime qui favorise ouvertement le conflit ont contribué à la perte de milliers de vies et à l'escalade de la violence. Pour parvenir à une paix et une sécurité durables dans la région, il est essentiel de repenser et de réviser les politiques occidentales à l’égard de l’Iran et de s’attaquer aux causes profondes de ces conflits.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance