Suivez nous sur

Budget de l'UE

Budget de l'UE 2022 : des emplois, des emplois, des emplois pour une forte reprise

En cliquant sur ce bouton,

on

Aujourd'hui (8 juin), la Commission européenne présente son projet de budget de l'UE 2022 à la commission des budgets des députés, lançant ainsi officiellement la procédure budgétaire annuelle.

« Le prochain budget annuel de l'UE doit être un budget de relance sous tous ses aspects. Une reprise adaptée à toutes les régions, tous les secteurs et toutes les générations. Cela signifie donner la priorité aux personnes les plus touchées par la crise économique, telles que les petites et moyennes entreprises et les jeunes générations. Nous devons maintenir la compétitivité de l'Europe sur le marché mondial, en mettant l'accent sur l'emploi et avec des investissements importants dans le secteur numérique, l'économie verte et des infrastructures sécurisées. Pour cette raison, nous nous efforcerons de renforcer la proposition de la Commission avec tous les moyens budgétaires disponibles afin que 2022 puisse être un tournant dans la reprise », a déclaré Karlo Ressler, député européen, rapporteur et négociateur du Parlement européen sur le budget de l'UE pour 2022.

« Le budget de l'UE 2022 dispose des ressources financières nécessaires pour promouvoir la croissance, la compétitivité et ainsi créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité dans l'UE. Le budget de l'UE 2022 est exigeant et crucial pour la relance européenne. En 2022, tous les fonds et programmes du budget à long terme de l'UE 2021/2027 et des plans de relance nationaux devront être exécutés simultanément. En outre, les États membres devront également utiliser les fonds encore disponibles du précédent budget à long terme de l'UE 2014/2020 qui sont encore disponibles jusqu'en 2023 », a expliqué José Manuel Fernandes, député européen, porte-parole du Groupe PPE sur les budgets.

Budget de l'UE

NextGenerationEU lance sa stratégie de levée de 800 milliards d'euros

En cliquant sur ce bouton,

on

Johannes Hahn, Commissaire en charge du Budget et de l'Administration

La Commission (14 avril) a lancé sa stratégie d'emprunt pour lever 800 milliards d'euros pour l'instrument de relance temporaire NextGenerationEU. Les fonds se concentreront sur les financements verts et numériques. Il fonctionnera de la même manière qu'un fonds souverain et maintiendra des coûts d'emprunt bas pour les États membres de l'UE. 

« NextGenerationEU change la donne pour les marchés des capitaux européens »

Le fonds est susceptible d'attirer des investisseurs en Europe et de renforcer le rôle international de l'euro. 

Johannes Hahn, commissaire en charge du budget et de l'administration, a déclaré : « NextGenerationEU change la donne pour les marchés de capitaux européens. La stratégie de financement opérationnalisera l'emprunt NextGenerationEU, de sorte que nous aurons tous les outils nécessaires en place pour relancer la reprise sociale et économique et promouvoir notre croissance verte, numérique et résiliente. Le message est clair: dès que la Commission est légalement autorisée à emprunter, nous sommes prêts à commencer! »

Emprunter pour financer la reprise

NextGenerationEU – au cœur de la réponse de l'UE à la pandémie de coronavirus – sera financée par emprunt sur les marchés des capitaux. Nous allons lever jusqu'à environ 800 milliards d'euros d'ici fin 2026. Tous les emprunts seront remboursés d'ici 2058.

Stratégie de financement diversifié : un aperçu

Une stratégie de financement diversifiée combine l'utilisation de différents instruments de financement et techniques de financement avec une communication ouverte et transparente aux acteurs du marché.

La stratégie de financement diversifiée aidera la Commission à atteindre deux objectifs principaux: répondre aux besoins de financement importants de NextGenerationEU et obtenir le faible coût et le faible risque d'exécution souhaités dans l'intérêt de tous les États membres et de leurs citoyens.

Continuer la lecture

Budget de l'UE

Les députés sont prêts à poursuivre la Commission en justice pour ne pas avoir protégé le budget de l'UE

En cliquant sur ce bouton,

on

Le Parlement est prêt à engager une action en justice au cas où la Commission retarderait davantage l'application du mécanisme de conditionnalité de l'état de droit du budget, Séance plénière  CONT  LIBE.

Dans une résolution adoptée jeudi 25 mars par 529 voix pour, 148 contre et 10 abstentions, les députés rappellent que le non-respect par les États membres de l'État de droit peut affecter l'intégrité du budget de l'UE. Ils avertissent la Commission européenne que si elle ne remplit pas ses obligations au titre du règlement de conditionnalité juridiquement contraignant et ne prend pas toutes les mesures appropriées pour défendre les intérêts financiers de l'UE et valeurs, Le Parlement "considérera cela comme un manquement" et engagera la Commission devant les tribunaux Article 265 TFEU.

Les députés insistent sur l'existant sur l'état de droit doit être appliqué et «ne peut être soumis à l'adoption de lignes directrices», une initiative que la Commission prépare actuellement. Si la Commission juge ces lignes directrices nécessaires, la résolution d'aujourd'hui demande qu'elles soient prêtes pour le 1er juin 2021 et que le Parlement soit consulté avant leur adoption. Les députés réitèrent l'importance d'appliquer sans délai le mécanisme de l'état de droit, compte tenu notamment de ses implications potentielles pour le prochain décaissement du NextGenerationEU fonds de relance.

Contexte

La résolution votée aujourd'hui par les députés européens est la conclusion de la débat tenue lors de la précédente session plénière, au cours de laquelle les députés ont rappelé à la Commission que le mécanisme de conditionnalité de l'état de droit était déjà en vigueur depuis le 1er janvier 2021.

Presque tous les orateurs de ce débat ont réaffirmé que le règlement est juridiquement contraignant - quelle que soit la position adoptée par le Conseil européen, qui n'a aucun effet juridique, et malgré les actions en justice en cours devant la Cour de justice de l'Union européenne, qui n'ont aucun effet suspensif. Le mécanisme de conditionnalité de l'état de droit est un nouvel outil conçu pour protéger les fonds de l'UE contre une utilisation abusive par les gouvernements de l'UE qui ne respectent pas le principe de l'état de droit.

Plus d'information 

Continuer la lecture

Budget de l'UE

État de droit: les députés demandent à la Commission d'activer le mécanisme budgétaire sans plus tarder

En cliquant sur ce bouton,

on

Les députés ont souligné que le Parlement utilisera tous les moyens à sa disposition si la Commission ne remplit pas ses obligations en utilisant le nouveau mécanisme de protection budgétaire. Séance plénière  LIBE

Lors d'un débat en plénière aujourd'hui (11 mars), les députés ont interrogé le commissaire Hahn sur les raisons pour lesquelles la Commission n'a pas encore utilisé le mécanisme pour protéger le budget de l'UE contre des déficiences généralisées en matière d'État de droit. Soulignant que les nouvelles règles entré en vigueur le 1er janvier, presque tous les orateurs a réaffirmé que les dispositions relatives au mécanisme sont juridiquement contraignantes, contrairement au Conclusions du Conseil européen en la matière, qui n’ont aucun effet juridique. Plusieurs orateurs ont souligné que l'utilisation du mécanisme est nécessaire pour tenir les promesses de l'UE et répondre aux attentes des citoyens, afin d'éviter de perdre en crédibilité. Dans le même ordre d'idées, certains députés ont évoqué la nécessité de protéger les véritables bénéficiaires des financements européens (tels que les étudiants et la société civile) et ont demandé des éclaircissements sur l'état de la plate-forme numérique de la Commission dédiée à cette fin.

De nombreux députés ont vivement réagi à la déclaration du commissaire Hahn selon laquelle les travaux sur les lignes directrices du nouveau mécanisme doivent être achevés avant d'activer le mécanisme, et que ceux-ci doivent prendre en compte l'arrêt de la CJE (attendu en mai) le cas échéant. Soulignant un éventail de problèmes de longue date et la détérioration continue de la situation dans certains pays, dont la Hongrie et la Pologne, ils ont demandé des mesures immédiates pour éviter de nuire davantage au budget et aux valeurs de l'UE. Certains ont également souligné l'obligation de la Commission d'agir en tant qu'organe politiquement indépendant et son rôle de gardienne des traités.

En revanche, quelques orateurs ont dénoncé le débat et le mécanisme lui-même comme étant politiquement motivés, certains d'entre eux demandant que les conclusions du Conseil soient respectées.

Vous pouvez rattraper le débat ici.

Prochaines étapes

Le Parlement votera sur un projet de résolution sur ce sujet lors de sa session plénière de mars II, prévue du 24 au 25 mars.

Contexte

Selon le règles approuvées en décembre 2020, la Commission, après avoir établi qu'il y a eu violation, proposera que le mécanisme de conditionnalité soit déclenché contre un gouvernement de l'UE, et par la suite soit couper ou geler les paiements à cet État membre sur le budget de l'UE. Le Conseil disposera alors d'un mois pour voter sur les mesures proposées (ou de trois mois dans des cas exceptionnels), à la majorité qualifiée.

Plus d'information 

Continuer la lecture
Publicité

Twitter

Facebook

Publicité

Tendance