#FinancialFraud au Parlement européen

| 22 novembre 2017 | 0 Commentaires

La fraude financière a fait l'objet d'une conférence qui s'est tenue au Parlement européen à Bruxelles, jeudi 9, en novembre. À la lumière des récentes révélations des «Papiers du Paradis» sur l'utilisation massive des sociétés off-shore dans les paradis fiscaux par les plus riches dans les sociétés aux fins d'évasion fiscale, la conférence a accordé une attention particulière aux récentes affaires internationales de grande ampleur. fraude et détournement de fonds.

Plusieurs députés européens, des journalistes et des représentants d'ONG et d'associations ont assisté à la conférence. Le panel de conférenciers était composé du député européen honoraire Frank Schalba-Hoth, de l'économiste Björn Hultin, du journaliste Gary Cartwright et du journaliste Jarosław Jakimczy.

M. Hultin a souligné «l'ampleur et la portée de nombreux cas récents de fraude financière, qui atteignent parfois plusieurs milliards d'euros, ce qui peut avoir de graves conséquences et mettre en danger non seulement quelques individus ou institutions, mais aussi mettre en péril des économies et des sociétés entières. ces actions privent les gouvernements d'argent et de ressources publics. "

Schwalba-Hoth a commenté l'opportunisme des fraudeurs criminels dans de nombreux pays post-soviétiques et leur utilisation de structures secrètes complexes dans les sociétés offshore pour détourner et blanchir l'argent volé, en utilisant les mêmes schémas révélés dans les journaux paradisiaques par les grandes sociétés pour cacher les actifs des fins d'évasion.

En particulier, l'un des plus grands cas de fraude financière de l'histoire a été soulevé et discuté au cours de la conférence, concernant le détournement et le blanchiment jusqu'à 10 milliards par l'homme d'affaires kazakh Mukhtar Ablyazov. Ablyazov réside actuellement en France où il a fui après que les tribunaux britanniques l'aient condamné à la prison de 2012 et exigé le remboursement de plus de 4.5 Billion à la banque kazakhe BTA. Le journaliste Gary Cartwright a expliqué en détail le processus et la chronologie de la façon dont Ablyazov aurait commis le vol. Il comprenait, entre autres, l'utilisation d'un grand nombre de sociétés écrans installées dans des paradis fiscaux off-shore, qui ont reçu des prêts à grande échelle pour des transactions fictives et commerciales.

Pendant la conférence, le journaliste Jakimczy a également discuté d'une enquête en cours sur une ONG appelée Open Dialogue Foundation. L'organisation, qui a été créée en Pologne et a un bureau à Bruxelles, est entre autres, en faveur de la défense d'Ablyazov pour des motifs de persécution politique. Cependant, l'organisation aurait également été financée, entre autres, par des dons provenant du réseau de sociétés appartenant à Ablyazov. "Plusieurs entreprises qui ont fait des dons aux activités de l'ONG sont signalées et sanctionnées par l'Occident", a déclaré Jakimzcik. Gary Cartwright, qui a suivi l'affaire de près, a déclaré: "Il y a plus de questions que de réponses liées au financement de l'ODF."

Dans l'assistance, Henri Malosse, ancien président du Comité économique et social européen, a appelé l'UE à mettre en place de meilleurs mécanismes pour retracer le financement des ONG basées à Bruxelles, en particulier celles qui abusent du système. Il a également critiqué le terrain de jeu inégal par lequel les grandes sociétés et les particuliers fortunés utilisent des stratagèmes secrets pour canaliser l'argent vers les paradis fiscaux à l'étranger.

Mukhtar Abylazov a été libéré de prison par les autorités françaises en décembre 2016. La Russie, l'Ukraine et le Kazakhstan ont demandé son extradition. Pendant ce temps, Ablyazov aurait demandé l'asile en Belgique ou dans d'autres pays de l'UE. Schwalba-Hoth a déclaré qu'il "ne trouvait pas probable que les autorités belges accordent l'asile à Abylazov". Et Cartwright a fait valoir que Ablyazov et d'autres fugitifs financiers frauduleux devraient être traduits en justice et a également souligné l'importance d'un procès équitable et équilibré. Dans le même temps, BTA Bank tente toujours de récupérer les quelques milliards d'euros qui resteraient cachés dans divers paradis fiscaux off-shore.

Mots clés: , , , , , , ,

Catégories: Une page d'accueil, Économie, EU, Parlement européen