Suivez nous sur

l'Iran

Des hacktivistes iraniens accèdent à des systèmes gouvernementaux sensibles et encouragent le boycott des élections

PARTAGEZ:

Publié le

on

Le 13 février, le cybergroupe iranien Ghyamsarnegouni a annoncé avoir piraté les systèmes de données du parlement iranien et obtenu des centaines de documents détaillant les communications internes, les salaires des législateurs, etc. Une grande partie des données, qui auraient été collectées sur 600 serveurs, ont été rapidement partagées via le canal du groupe sur l'application de messagerie Telegram, populaire parmi les militants en Iran et dans d'autres pays où la liberté sur Internet est sévèrement limitée.

Selon des documents internes divulgués par le groupe, les membres du parlement iranien, ou Majlis, perçoivent des salaires supérieurs à 20 fois le salaire médian des enseignants iraniens. La violation sous-jacente des systèmes gouvernementaux a été confirmée par les médias d’État.

Les publications de Ghyamsarnegouni sur Telegram ont suscité une indignation généralisée sur d'autres chaînes et sur d'autres réseaux sociaux régulièrement consultés par le public iranien malgré les restrictions gouvernementales. Certains des messages qui en ont résulté ont mis en évidence une réponse sociale plus large qui a sans doute ajouté à la perspective d'une reprise des troubles populaires, environ 15 mois après le déclenchement d'un soulèvement national largement décrit comme le plus grand défi lancé à la dictature théocratique iranienne depuis la révolution de 1979 qui l'a amenée. au pouvoir.

La nouvelle révélation de Ghyamsarnegouni est le signe de la pénétration croissante des militants de l’opposition dans divers segments de la société iranienne, dans la mesure où ils semblent s’appuyer sur un accès intime aux systèmes gouvernementaux qui ne sont pas connectés à Internet.

Le 21 février, selon l'agence de presse Moej basée à Téhéran, à propos du piratage de la semaine précédente, l'éminent député iranien et ancien candidat à la présidentielle Mostafa Mirsalim a déclaré : « Puisque le réseau utilisé par le Parlement est un intranet, il ne peut y avoir d'accès. par des outils externes, à moins que des agents infiltrés dans le parlement et ayant eu accès au système ne retirent les informations.

Un expert en cybersécurité qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat a souligné : « C’est un signe alarmant pour les autorités de Téhéran. Aucun pare-feu ne peut se défendre contre les personnes internes qui ont accès à votre système et une attaque peut survenir n'importe où et à tout moment.

Ghyamsarnegouni, dont le nom se traduit par « Soulèvement jusqu'au renversement », soutient apparemment l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran, le principal groupe d'opposition du pays et principal membre d'une coalition pro-démocratie connue sous le nom de Conseil national de la Résistance iranienne. Le soutien du groupe à l'OMPI, ou MEK, s'est déjà exprimé par le biais de piratages de sites Web gouvernementaux et de signaux diffusés par les médias d'État, ce qui a abouti à la diffusion de slogans tels que « Mort à Khamenei » et « Salut à Radjavi », en référence à l'OMPI. respectivement le chef suprême du régime iranien et les dirigeants de la résistance.

Publicité

Le site Web du bureau de l’actuel président ultra-dur, Ebrahim Raisi, faisait partie de ces systèmes qui auraient été piratés par Ghyamsarnegouni au cours de l’année dernière, tout comme le ministère des Affaires étrangères. Ce dernier piratage a donné lieu à une autre quantité massive de documents et a attiré l’attention internationale sur les questions de politique étrangère iranienne.

L'accès au Majlis et la publication des documents étaient apparemment prévus avant les élections parlementaires iraniennes, prévues pour le 1er mars. Les autorités du régime se sont efforcées de promouvoir une large participation électorale, en partant du principe qu'une large participation démontrerait le soutien du public à le système sous-jacent. C'est typique de l'attitude du régime à l'égard du processus électoral, mais la participation électorale est sans aucun doute considérée comme particulièrement importante à l'approche des premières élections depuis le soulèvement de septembre 2022.

Naturellement, les opposants au régime encouragent le boycott électoral, comme ils l’ont fait les années précédentes. Les élections législatives les plus récentes, en 2020, ont connu un taux de participation historiquement bas.

Il est généralement admis que le faible taux de participation dans cette affaire était lié, en grande partie, à la sensibilisation du public à la répression par le régime des manifestations à l'échelle nationale qui ont eu lieu moins de quatre mois plus tôt, en novembre 2019. Selon plusieurs sources, notamment des responsables de l'intérieur iranien. Selon le ministère, environ 1,500 XNUMX manifestants ont été tués lors de cette répression.

Dans la mesure où cela a découragé les citoyens iraniens de soutenir le système au pouvoir en votant, il semble probable que le phénomène se reproduise à la suite d’une répression similaire contre le soulèvement de 2022.

Alors que de nombreux militants continuent de souligner ce phénomène dans le cadre de leur appel au boycott électoral, Ghyamsarnegouni semble avoir adopté une tactique différente lors de sa dernière violation des systèmes gouvernementaux, utilisant les chiffres des salaires pour embarrasser le régime à l'avance et pour dépeindre les législateurs et les aspirants législateurs. comme extrêmement riches et incroyablement déconnectés des citoyens assiégés.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance