Suivez nous sur

Politique

Le pouvoir n’est pas un gros mot !

PARTAGEZ:

Publié le

on

The number of warnings from Western top military and political officials about an imminent war is countless. In public opinion, the immediate leap is often made to “we must strengthen our defence” or, in the worst case, “they are advocating for their own interests.” – writes Marc Thys en EGMONT – Institut Royal des Relations Internationales

Cette réaction est symptomatique du fait que, notamment dans les sociétés d’Europe occidentale, nous avons oublié le langage du pouvoir. Le pouvoir, en particulier le cadre de sécurité américain sous lequel nous vivons encore, était et reste transparent pour les pays occidentaux. Si transparent que nous, Européens de l’Ouest, pensions que c’était une évidence, et que notre sécurité et notre position dans le monde étaient des certitudes irréversibles. Notre modèle sociétal était « supérieur » et il le restera toujours. En conséquence, le langage du pouvoir est devenu incompréhensible pour de nombreux hommes politiques d’Europe occidentale et, certainement, pour la population en général.

Le pouvoir n’est pas un gros mot. Pourtant, dans notre société, cela a souvent été ressenti et interprété de cette façon. Le pouvoir ne pouvait qu’être abusé. Mais si l’on veut provoquer un changement positif, il faut du pouvoir. Et aujourd’hui, le pouvoir est redevenu le langage de la politique internationale. Une langue qu’il faut bien comprendre et oser parler à nouveau. Pour changer les choses pour le mieux. Accomplir la tâche essentielle d’un gouvernement, à savoir assurer la sécurité de ses citoyens, le plus efficacement possible.

Si vous souhaitez utiliser le pouvoir, vous devez connaître vos instruments de pouvoir et les utiliser de manière coordonnée. Le problème se pose déjà dans la compréhension des instruments du pouvoir. Une société forte et résiliente ne repose certainement pas uniquement sur un instrument militaire puissant. La théorie la plus simple des instruments de pouvoir en parle de quatre : diplomatique, informationnel, militaire et économique. Facile à retenir grâce au sigle DIME. Lorsque nous analysons l’Europe et l’UE en particulier, la situation n’est pas optimiste. Sur le plan diplomatique, il n’est pas facile de parler d’une seule voix. Nous luttons quotidiennement contre des attaques de désinformation, ne pouvons pas apporter de réponse forte et observons une très faible volonté de la population d’Europe occidentale de défendre notre prospérité. Militairement, nous manquons de crédibilité, entre autres raisons, en raison de notre profondeur logistique et de nos ressources très limitées, mais heureusement nous sommes (encore) un géant économique.

Or, le pouvoir est le produit de ces facteurs. Nos connaissances de base en mathématiques nous enseignent que si l’un des facteurs d’un produit est nul ou presque nul, le produit est également nul ou presque nul. Il en va de même pour le pouvoir. Le Soft Power européen tant vanté n’a que peu d’effet s’il ne s’appuie pas sur le Hard Power. Pour un continent qui a des intérêts mondiaux et veut protéger sa paix et sa prospérité, cela nécessite non seulement un instrument militaire crédible et, si nécessaire, déployable, mais aussi une diplomatie forte qui parle d'une seule voix et peut forger des alliances à l'échelle mondiale, avec un message soutenu par la population sur ce que nous défendons et une économie autonome et indépendante sans tomber dans l'isolationnisme.

À proprement parler, le renforcement de l’instrument militaire est le plus simple des quatre. Cela peut se traduire relativement facilement en personnes et en ressources. Cela implique des actions concrètes. Tout comme dans la gestion du changement, l’intangible constitue le défi. Le changement culturel et la compréhension nécessaires doivent imprégner ce que nous devons renforcer dans tous ces instruments de pouvoir. C’est LE défi politique, quels que soient les agendas locaux qui caractérisent nos programmes électoraux. Il s’agit de préserver les fondements de notre État-providence. Préserver les institutions politiques et économiques inclusives que nous connaissons . Sur le plan économique, il s'agit de protéger la propriété privée, un système juridique impartial, des services publics qui offrent des chances égales sur le plan commercial et financier et qui garantissent l'égalité des chances pour chaque citoyen. Politiquement, laisser libre cours à la force de destruction créatrice, maintenir une tradition parlementaire qui respecte la division du pouvoir et sert de mécanisme de contrôle contre les abus et l’appropriation du pouvoir, créant ainsi des conditions de jeu égales pour tous les citoyens.

D’accord, c’est une image idéale où il y a encore du travail à faire au sein de notre propre système politique. Mais l’admiration de certains pour le modèle russe, équivalent à une kleptocratie religieuse fasciste, et le décrivant comme un avenir brillant, est ahurissante. C’est néanmoins ce que font fondamentalement les extrêmes de notre paysage politique, quelle que soit leur orientation. Cependant, l’histoire nous enseigne que nous ne trouverons pas la prospérité et la paix dans les extrêmes de la religion, de la classe sociale et de la nation. . Les extrêmes divisent toujours la société en deux côtés, dont l’un, au mieux, doit être « rééduqué » : croyants et non-croyants, riches et pauvres, autochtones et étrangers. La discorde et la division de la société sont inhérentes à ces idéologies. C’est une recette pour susciter la peur des concitoyens et du gouvernement, ce qui entraîne l’effondrement de notre tissu social.

Publicité

C’est donc au centre politique de réapprendre et de parler le langage du pouvoir. Pour couper ces extrêmes. Un pouvoir fondé sur une autorité morale acceptée par la population et doté d’une vision qui donne du recul . Où le pouvoir et les instruments disponibles sont utilisés pour le bien de toute la communauté, avec la certitude qu’il ne sera jamais parfait. Mais surtout où le pouvoir ne s'utilise pas comme dans les régimes autoritaires, selon les croyances, les origines ou la position dans la société. Dans l’histoire du monde, aucune société n’a connu la paix aussi longtemps et n’a atteint un tel niveau de prospérité que la société européenne. Nous avons beaucoup de choses à protéger. Soyons conscients de cela. Sinon, nous succomberons nous aussi à la loi d’airain de l’oligarchie, selon laquelle les nouveaux dirigeants renversent les anciens régimes avec des promesses mais ne parviennent finalement à en tenir aucune.

 Daron Acemoglu et James Robinson, «Waarom sommige landen rijk zijn en andere arm», p 416 en volgende

 Marc Elchardus, « RESET, over identiteit, gemeenschap en democratie », page 145

 Edward Hallett Carr, « La crise des vingt ans, 1919-1939 » pp 235-236


Cet article a également été publié en néerlandais dans le Knack.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance