Suivez nous sur

Économie

Des mesures sont nécessaires pour garantir l'approvisionnement en café, les revenus des agriculteurs et la biodiversité

PARTAGEZ:

Publié le

on

L'inaction des sociétés caféières menace l'approvisionnement mondial en café, ainsi que les moyens de subsistance des agriculteurs et le monde naturel, selon le Baromètre du café 2023, un rapport approfondi sur l'état de la durabilité de l'industrie. Il prévient que malgré les lois européennes anti-déforestation, le défrichement des forêts va se poursuivre à un rythme soutenu, écrit le rédacteur politique Nick Powell.

Environ 130,000 20 hectares de forêt ont été perdus chaque année au cours des XNUMX dernières années en raison du défrichement des terres pour la culture du café alors que les agriculteurs tentent de joindre les deux bouts. Pourtant, leurs revenus restent égaux ou inférieurs au seuil de pauvreté dans huit des dix plus grands pays producteurs de café. Cette réalité menace l’ensemble du secteur et a des implications environnementales dangereuses.

Le Baromètre du café, réalisé par Ethos Agriculture avec le soutien de Conservation International et Solidaridad, prévient également que la hausse des températures due au changement climatique pourrait réduire considérablement la superficie des terres propices à la culture du café d'ici 2050. « La demande croissante de café combinée à de faibles revenus et des terres de plus en plus improductives pourraient inciter les agriculteurs à étendre leurs exploitations à des altitudes plus élevées et dans des forêts auparavant intactes. » déclare Sjoerd Panhuysen d'Ethos Agriculture, qui souhaite que l'industrie du café prenne des mesures proactives et investisse de manière significative dans la promotion de la production, du commerce et de la consommation durables du café.

Le Baromètre 2023 marque également le lancement du Coffee Brew Index, qui évalue la durabilité et les engagements sociaux des 11 plus grandes entreprises de torréfaction de café au monde. Même s’il existe des leaders et des retardataires, toutes les entreprises ne parviennent pas à résoudre les problèmes critiques de leurs chaînes d’approvisionnement en café. Seuls deux torréfacteurs, Nestlé et Starbucks, font connaître les stratégies développées pour atteindre leurs objectifs sociaux et de développement durable.

Bien que la plupart des entreprises de l'indice se soient fixées des engagements ambitieux en matière de développement durable, ceux-ci manquent souvent de buts et d'objectifs mesurables et limités dans le temps. Cinq des principaux torréfacteurs continuent de s'appuyer sur des projets et des investissements ponctuels. Celles-ci ne font pas nécessairement partie d'une stratégie plus large visant à atteindre des objectifs sociaux, environnementaux et économiques, mais se concentrent principalement sur l'amélioration de l'efficacité et de la qualité du café.

« Toute stratégie dépourvue d’objectifs limités dans le temps et mesurables n’est pas une stratégie. Les engagements sans mesure pour mesurer le succès n'encourageront pas l'engagement nécessaire dans la chaîne d'approvisionnement pour réaliser des progrès significatifs », déclare Andrea Olivar, directrice de la stratégie et de la qualité de Solidaridad en Amérique latine. La plupart des entreprises de torréfaction renforcent leurs références en matière de durabilité en participant à des initiatives avec d'autres parties prenantes mais ils font peu de progrès car il n’y a pas d’engagements contraignants.   

The Barometer also questions the readiness of the industry to comply with the EU’s Deforestation Regulation and calls on companies to commit to it. Due to come into effect in 2025, the regulation is a groundbreaking effort to ensure that major companies trading in global commodities are not contributing to global deforestation. It puts the onus on companies to prove that their suppliers are not causing deforestation. 

Publicité

Il existe un risque que les entreprises évitent les régions du monde dites « à risque », où le respect de la réglementation sera plus contraignant. Cela signifie qu’ils peuvent s’approvisionner en café dans des pays plus développés, comme le Brésil, où les agriculteurs disposent de plus de ressources pour se préparer aux nouvelles exigences et prospérer sous son régime.

Dans les endroits les plus risqués, comme dans la majorité des pays africains producteurs de café, les agriculteurs sont de petite taille et fragmentés, et ne disposent pas du soutien gouvernemental nécessaire pour prouver leur conformité et s'adapter à la nouvelle réglementation. Ce sont aussi souvent les frontières d’une déforestation potentielle. Les agriculteurs qui perdent l'accès au marché européen pourraient être contraints d'étendre leurs exploitations dans des zones forestières afin de produire davantage de café, vendu à moindre coût sur des marchés où les règles en matière de déforestation et de conditions de travail sont moins strictes. 

Le café est produit par environ 12.5 millions d'agriculteurs dans environ 70 pays, mais cinq d'entre eux seulement (Brésil, Vietnam, Colombie, Indonésie et Honduras) contribuent à 85 % de l'approvisionnement mondial en café. Les 15 % restants sont produits par 9.6 millions de producteurs de café, souvent de petits agriculteurs économiquement précaires qui ne disposent pas des ressources nécessaires pour répondre aux normes de durabilité ou trouver d’autres sources de revenus. Leurs besoins sont distincts des autres et nécessitent des solutions sur mesure qui répondent aux réalités économiques et juridiques souvent radicalement différentes auxquelles ils sont confrontés.

Les auteurs du Baromètre affirment que si les grands torréfacteurs veulent sérieusement lutter contre la pauvreté et la déforestation, ils doivent éviter d'exclure ces agriculteurs de leurs chaînes d'approvisionnement. Les sociétés de café ont les ressources nécessaires pour redoubler d’efforts et investir dans ces régions vulnérables, en travaillant localement avec le gouvernement, la société civile et les groupes de producteurs. Les solutions sur mesure impliqueront d’écouter les priorités et les points de vue des producteurs et de réaliser des investissements significatifs. 

« Investir dans les communautés agricoles situées dans des paysages vulnérables peut sembler une option risquée, mais ces investissements sont essentiels pour atténuer les risques et s'attaquer aux causes profondes de la déforestation mondiale, tout en évitant d'exclure les petits exploitants agricoles vulnérables des marchés mondiaux », déclare Niels Haak, directeur du développement durable. Partenariats sur le café à Conservation International.

L'UE et les principales sociétés productrices de café du monde doivent œuvrer pour garantir que les coûts de la prévention de la déforestation ne reposent pas sur les épaules de ceux qui vivent déjà dans la pauvreté. Les auteurs du Baromètre exhortent l'Union européenne à soutenir la mise en œuvre du règlement sur la déforestation avec une série de mesures d'accompagnement pour minimiser l'impact sur les petits agriculteurs et soutenir les pays producteurs de café dans leur transition durable.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance