Suivez nous sur

coronavirus

Coronavirus: la Commission propose de renforcer la coordination de la sécurité des déplacements dans l'UE

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

La Commission européenne a proposé de mettre à jour les règles de coordination d'une circulation sûre et libre dans l'UE, qui ont été mises en place en réponse à la pandémie de COVID-19.

Depuis l'été, le recours aux vaccins a considérablement augmenté et le certificat numérique COVID de l'UE a été déployé avec succès, avec plus de 650 millions de certificats délivrés à ce jour. Dans le même temps, la situation épidémiologique dans l'UE continue de se développer, certains États membres prenant des mesures de santé publique supplémentaires, notamment l'administration de vaccins de rappel. Compte tenu de tous ces facteurs, la Commission propose de mettre davantage l'accent sur une approche « personnalisée » des mesures de voyage et une période d'acceptation standard pour les certificats de vaccination de 9 mois depuis la primovaccination. La période de 9 mois prend en compte les orientations du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) sur l'administration de doses de rappel à partir de 6 mois, et prévoit une période supplémentaire de 3 mois pour s'assurer que les campagnes nationales de vaccination peuvent s'adapter et que les citoyens peuvent avoir accès aux rappels.

La Commission propose également des mises à jour de la carte des feux de circulation de l'UE; ainsi qu'une procédure simplifiée de "freinage d'urgence". 

La Commission propose également aujourd'hui de mettre à jour les règles voyage extérieur vers l'UE [communiqué de presse disponible à partir de 14h15].

Publicité

Didier Reynders, commissaire à la justice, a déclaré : « Depuis le début de la pandémie, la Commission a été pleinement active dans la recherche de solutions pour garantir la libre circulation des personnes en toute sécurité de manière coordonnée. À la lumière des derniers développements et des preuves scientifiques, nous proposons une nouvelle recommandation à adopter par le Conseil. Sur la base de notre outil commun, le certificat COVID numérique de l'UE, qui est devenu un véritable standard, nous passons à une approche « personnalisée ». Notre objectif principal est d'éviter des mesures divergentes dans l'ensemble de l'UE. Cela vaut également pour la question des boosters, qui seront indispensables pour lutter contre le virus. Entre autres mesures, nous proposons aujourd'hui que le Conseil arrête une période de validité standard pour les certificats de vaccination délivrés à la suite de la série primaire. Il sera crucial de se mettre d'accord sur cette proposition pour les mois à venir et pour la protection de la libre circulation en toute sécurité des citoyens. »

Stella Kyriakides, le commissaire à la santé et à la sécurité alimentaire a ajouté :  « Le certificat numérique COVID de l'UE et notre approche coordonnée des mesures de voyage ont grandement contribué à une libre circulation sûre, avec la protection de la santé publique comme priorité. Nous avons vacciné plus de 65% de la population totale de l'UE, mais cela ne suffit pas. Il y a encore trop de gens qui ne sont pas protégés. Pour que tout le monde puisse voyager et vivre de la manière la plus sûre possible, nous devons atteindre des taux de vaccination nettement plus élevés – de toute urgence. Nous devons également renforcer notre immunité avec des vaccins de rappel. Compte tenu des orientations de l'ECDC, et pour permettre aux États membres d'adapter leurs campagnes de vaccination et aux citoyens d'avoir accès aux rappels, nous proposons une période d'acceptation standard pour les certificats de vaccination. Dans le même temps, nous devons continuer d'encourager fortement tout le monde à continuer de respecter les mesures de santé publique. Nos masques doivent rester. »

Principales mises à jour à l'approche commune des mesures relatives aux déplacements au sein de l'UE proposée par la Commission sont les suivantes :

Publicité
  • Mettre l'accent sur une « approche basée sur la personne »: une personne qui possède un certificat COVID numérique UE valide ne devrait en principe pas être soumise à des restrictions supplémentaires, telles que des tests ou une quarantaine, quel que soit son lieu de départ dans l'UE. Les personnes sans certificat COVID numérique de l'UE pourraient être tenues de subir un test effectué avant ou après leur arrivée.
  • Validité standard des certificats de vaccination : Afin d'éviter des approches divergentes et perturbatrices, la Commission propose une période d'acceptation standard de 9 mois pour les certificats de vaccination délivrés après l'achèvement de la primovaccination. La période de 9 mois prend en compte les orientations du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) sur l'administration de doses de rappel à partir de 6 mois, et prévoit une période supplémentaire de 3 mois pour s'assurer que les campagnes nationales de vaccination peuvent s'adapter et que les citoyens peuvent avoir accès aux rappels. Cela signifie que, dans le cadre d'un voyage, les États membres ne devraient pas refuser un certificat de vaccination délivré moins de 9 mois depuis l'administration de la dernière dose de primovaccination. Les États membres devraient immédiatement prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir l'accès à la vaccination aux groupes de population dont les certificats de vaccination précédemment délivrés approchent de la limite de 9 mois.
  • Tirs d'appoint : Pour l'instant, il n'y a pas d'études portant expressément sur l'efficacité des boosters sur la transmission du COVID-19 et il n'est donc pas possible de déterminer une période d'acceptation pour les boosters. Cependant, compte tenu des données émergentes, on peut s'attendre à ce que la protection contre les vaccinations de rappel puisse durer plus longtemps que celle résultant de la primovaccination. La Commission suivra de près les nouvelles preuves scientifiques émergentes sur cette question. Sur la base de ces preuves, la Commission peut, si nécessaire, proposer une période d'acceptation appropriée également pour les certificats de vaccination délivrés à la suite d'un rappel.
  • La carte des feux de circulation de l'UE est adaptée : combiner de nouveaux cas avec la vaccination d'une région. La carte serait principalement à des fins d'information, mais servirait également à coordonner les mesures pour les zones à niveau de circulation particulièrement faible ("vert") ou particulièrement élevé ("rouge foncé") du virus. Pour ces domaines, des règles spécifiques s'appliqueraient par dérogation à l'«approche fondée sur les personnes». Pour les voyageurs des zones « vertes », aucune restriction ne devrait être appliquée. Les voyages à destination et en provenance des zones « rouge foncé » devraient être découragés, étant donné le nombre élevé de nouvelles infections qui s'y trouvent, et les personnes qui ne sont ni vaccinées ni ne se sont rétablies du virus devraient être tenues de subir un test avant le départ et une quarantaine après leur arrivée (avec règles spéciales pour les voyageurs indispensables et les enfants de moins de 12 ans).
  • Exemptions de certaines mesures de déplacement : devrait s'appliquer aux frontaliers, aux enfants de moins de 12 ans et aux voyageurs essentiels. La liste des voyageurs essentiels devrait être réduite car de nombreux voyageurs inclus dans la liste actuelle ont eu la possibilité de se faire vacciner entre-temps.
  • Procédure simplifiée de « freinage d'urgence » : la procédure d'urgence destinée à retarder la propagation d'éventuelles nouvelles variantes du COVID-19 ou à faire face à des situations particulièrement graves devrait être simplifiée et plus opérationnelle. Il comprendrait une notification des États membres à la Commission et au Conseil et une table ronde lors de la réponse politique intégrée en cas de crise (IPCR) du Conseil.

Afin de laisser suffisamment de temps à la mise en œuvre de l'approche coordonnée, la Commission propose que ces mises à jour s'appliquent à compter du 10 janvier 2022.

Contexte

Le 3 septembre 2020, la Commission a une proposition de recommandation du Conseil veiller à ce que toutes les mesures prises par les États membres qui restreignent la libre circulation en raison de la pandémie de coronavirus soient coordonnées et clairement communiquées au niveau de l'UE.

Le 13 octobre 2020, les États membres de l'UE se sont engagés à assurer une plus grande coordination et un meilleur partage d'informations en adoptant le Recommandation du Conseil.

Le 1er février 2021, le Conseil a adopté un première mise à jour à la recommandation du Conseil, qui a introduit une nouvelle couleur, le «rouge foncé», pour la cartographie des zones à risque et a défini des mesures plus strictes appliquées aux voyageurs en provenance de zones à haut risque.

Le 20 mai 2021, le Conseil a modifié le Recommandation du Conseil pour autoriser les déplacements non essentiels des personnes entièrement vaccinées, ainsi que pour renforcer les mesures visant à contenir la propagation des variantes préoccupantes.

Le 14 juin 2021, le Parlement et le Conseil ont adopté le règlement établissant le Certificat COVID numérique de l'UE cadre. Afin d'utiliser au mieux le certificat numérique COVID de l'UE, le Conseil a adopté, le même jour, un deuxième mise à jour à la recommandation du Conseil, prévoyant des dérogations aux restrictions de voyage pour les personnes complètement vaccinées et rétablies.

Depuis juin 2021, le déploiement du certificat numérique COVID de l'UE a progressé à un rythme rapide. Au 18 Octobre 2021, la Commission a publié le premier rapport sur la Certificat COVID numérique de l'UE système, un outil largement disponible et accepté de manière fiable pour faciliter la libre circulation pendant la pandémie de COVID-19.

Compte tenu de ces évolutions, l'approche commune définie par le Conseil Recommandation (UE) 2020/1475 devrait être adapté davantage, ce qui était également une demande formulée par le Conseil européen dans sa conclusions du 22 octobre 2021.

Parallèlement, comme cela a été fait pour le règlement DCC de l'UE, la Commission a adopté aujourd'hui une proposition visant à couvrir également les ressortissants de pays tiers résidant légalement dans l'UE et les ressortissants de pays tiers qui sont entrés légalement sur le territoire d'un État membre, qui peuvent circuler librement sur le territoire de tous les autres États membres pendant 90 jours au maximum par période de 180 jours. Les dernières informations sur les règles de voyage communiquées par les États membres sont disponibles sur le Rouvrir le site Web de l'UE.

Plus d'information

Questions et réponses sur la nouvelle proposition de la Commission de recommandation du Conseil visant à faciliter la libre circulation en toute sécurité pendant la pandémie de COVID-19

Fiche d'information sur la nouvelle proposition de la Commission visant à assurer la coordination de la sécurité des déplacements dans l'UE

Fiche d'information COVID-19 : Mesures relatives aux voyages et à la santé dans l'UE

Proposition de Recommandation du Conseil relative à une approche coordonnée pour faciliter la libre circulation en toute sécurité pendant la pandémie de COVID-19 et remplaçant la recommandation (UE) 2020/1475

Le certificat numérique COVID de l'UE : une norme mondiale avec plus de 591 millions de certificats

Rouvrir l'UE

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.
Publicité
Publicité

Tendance