Suivez nous sur

Énergie

Labellisation future du nucléaire et du gaz comme énergies « vertes » 

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Les industries européennes se dirigent vers une nouvelle transformation englobant le nucléaire et le gaz comme énergies "vertes" après un vote historique du Parlement européen, rejetant une motion s'opposant à l'inclusion du nucléaire et du gaz en tant qu'activités économiques durables sur le plan environnemental. Sans aucun doute, les industries possèdent la présidence française de l'UE une "guirlande de sonnets" pour leur lobby intense, rendant possible la décision controversée. Entre-temps, l'opposition à cette perspective se concentre sur le procès pour bloquer le développement indésirable au niveau de la Cour européenne de justice (CEJ) - écrit Anna Van Densky.

La future labellisation du nucléaire et du gaz comme énergies « vertes » est du tac au tac entre le lobby nucléaire français et les promoteurs américains du gaz de schiste, tous deux échangeant des galanteries. Le virage a provoqué un tourbillon de rage de la part des partis politiques verts, qui ont perdu leur cause face aux puissants opposants, soutenus par les acteurs étatiques.

Lors de la session plénière de juillet du Parlement européen à Strasbourg, les députés (MPE) ne se sont pas opposés à ce que l'acte délégué de la Commission sur la taxonomie inclue, sous certaines conditions, des activités spécifiques liées à l'énergie nucléaire et au gaz dans la liste des activités économiques durables sur le plan environnemental couvertes par le soi- appelée taxonomie de l'UE. À l'origine, la taxonomie a été conçue pour poursuivre les objectifs de l'UE en matière de climat et d'énergie pour 2030, en les réalisant grâce à des investissements pertinents dans des projets durables, résistants aux catastrophes environnementales potentielles.

Alors que la Commission insiste sur le rôle des investissements privés dans les activités gazières et nucléaires dans la transition verte, elle a proposé de classer certaines activités gazières et nucléaires comme transitoires pour contribuer à l'atténuation du changement climatique.

Toutefois, l'inclusion de certaines activités gazières et nucléaires est limitée dans le temps et dépend de conditions spécifiques et d'exigences de transparence, explique la Commission.

Publicité

278 députés ont voté en faveur de la résolution, 328 contre et 33 se sont abstenus. Une majorité absolue de 353 députés était nécessaire pour que le Parlement oppose son veto à la proposition de la Commission. Si ni le Parlement ni le Conseil ne s'opposent à la proposition d'ici le 11 juillet 2022, l'acte délégué sur la taxonomie entrera en vigueur et s'appliquera à compter du 1er janvier 2023.

Le règlement Taxonomie fait partie du plan d'action de la Commission sur le financement de la croissance durable et vise à stimuler les investissements verts et à prévenir le « greenwashing ».

Cependant, le dernier mot n'a pas été dit ! L'action en justice contre la décision de l'UE sur la taxonomie est en cours : le gouvernement luxembourgeois a entamé la préparation du procès contre la Commission européenne. Le déménagement a été rejoint par des collègues autrichiens. Les eurodéputés en émeute, appelant leurs gouvernements à agir, n'espèrent pas que la politique puisse être bloquée au niveau du Conseil de l'UE, et ils voient dans la Cour de justice de l'UE (CJE) l'ultime instance capable d'empêcher que le nucléaire et le gaz soient répertoriés comme " énergies vertes ».

La bataille politique pour un véritable programme vert continue.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance