Suivez nous sur

Business

Comprendre les changements dans la réglementation britannique sur les licences de jeu en 2024

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Bonjour, amis passionnés de jeux ! Quelle époque passionnante à vivre, n'est-ce pas ? Avec une vaste gamme de jeux de casino qui incluent le frisson des enjeux élevés du poker, la nature imprévisible de la roulette, les complexités stratégiques du blackjack et le plaisir simple des machines à sous en ligne et merde en ligne, le monde du jeu en ligne se développe à un rythme sans précédent. L'industrie s'est développée rapidement, et cette variété, ainsi que la facilité de jouer à domicile, y a sûrement contribué de manière significative. Mais au milieu de tout ce développement passionnant et de ce plaisir numérique, il y a quelque chose de crucial dont nous devons tous être conscients : connaître les lois qui contrôlent ce domaine.

En ce qui concerne les lois, concentrons-nous sur le Royaume-Uni, qui possède l’un des marchés de jeux de hasard les plus importants et les plus actifs au monde. Le marché du jeu en Grande-Bretagne est le deuxième en importance en Europe, les joueurs du pays dépensant la somme stupéfiante de 14 milliards de livres sterling (18.9 milliards de dollars) par an. Cette énorme industrie est une ruche d'activités, il est donc logique qu'elle soit en constante évolution pour prévenir les comportements illicites et garantir la sécurité des joueurs.

En tant que superviseur de l'industrie, la UK Gambling Commission surveille et met en œuvre en permanence de nouvelles mesures visant à renforcer la sécurité. L'outil « Dites-nous tout en toute confidentialité », introduit en décembre 2023, en est un exemple. Cet outil intelligent facilite le signalement des activités illégales et suspectes, ce qui démontre une fois de plus l'engagement de la Commission en faveur d'un environnement de jeu équitable et transparent.

Naviguer dans l’environnement réglementaire au Royaume-Uni peut être assimilé à une partie d’échecs en trois dimensions en raison de ces changements fréquents. Mais n’ayez crainte, nous avons ce qu’il vous faut, chers lecteurs. Notre référence complète aux lois britanniques sur les jeux de hasard a pour but de vous tenir informé et de vous aider à jouer correctement dans cet environnement dynamique.

Au Royaume-Uni, les jeux de hasard sont-ils autorisés et réglementés ?

Au Royaume-Uni, les jeux de hasard sont en effet autorisés et réglementés.

La principale autorité qui supervise le secteur des jeux de hasard au Royaume-Uni est la Commission des jeux de hasard de Grande-Bretagne. Il contrôle de nombreux types de jeux de hasard, tels que les loteries, les paris sportifs, les jeux en ligne et les jeux de casino. De plus, il garantit que les opérateurs adhèrent à un ensemble de critères de justice, d'honnêteté et d'ouverture en accordant des licences à ceux qui le font.

La Commission est en mesure d'examiner et d'appliquer les règles, de sanctionner le non-respect et de traiter les problèmes liés au jeu compulsif.

Publicité

De plus, les opérateurs de jeux à distance sont soumis à certaines lois au Royaume-Uni. Pour fournir légalement leurs services aux citoyens du Royaume-Uni, ces opérateurs doivent demander une licence auprès de la Gambling Commission.

Principales réglementations ?

La principale législation sur les jeux de hasard au Royaume-Uni est la Loi sur les jeux de hasard 2005 (GA), qui définit une terminologie importante, notamment « loterie », « pari » et « prix ». La loi établit des exigences pour différents types de licences de jeux ainsi que des limitations et des sanctions pour les établissements de jeux de hasard. Il a été créé dans le but de protéger les enfants, de mettre fin aux activités illégales comme le blanchiment d'argent et de garantir des conditions de jeu équitables. En conséquence, la Commission des jeux de hasard a été créée pour garantir que les exigences de la loi soient respectées par l'industrie.

Les opérateurs doivent respecter les conditions de licence et les codes de bonnes pratiques (LCCP) de la Gambling Commission afin d'obtenir et de conserver leurs licences de jeu. Un large éventail de sujets sont couverts par le LCCP, tels que les programmes de responsabilité sociale, la protection des clients, le marketing et la publicité, ainsi que la prévention du blanchiment d'argent.

De plus, les normes techniques pour les jeux à distance et les logiciels (RTS) proposent des directives techniques pour les paris sportifs en ligne, les salles de poker et les casinos qui abordent des questions telles que l'encouragement du jeu responsable, la protection de l'argent des joueurs et la garantie d'un jeu équitable. La loi de 2002 sur les produits de la criminalité traite des lois anti-blanchiment d'argent, obligeant les sociétés de jeux à mettre en place des politiques pour mettre fin au blanchiment d'argent et au financement du terrorisme.

La loi de 1993 sur la loterie nationale, etc. définit les règles et le cadre de gestion de la loterie nationale au Royaume-Uni. Entre-temps, les codes de l'Advertising Standards Authority (ASA) régissent le marketing et la publicité relatifs aux jeux. Les opérateurs doivent s'assurer que leurs supports marketing soutiennent le jeu responsable et ne ciblent pas les personnes facilement lésées par ces codes.

Qui est soumis à la réglementation ?

Selon la loi sur les jeux de hasard (GA), un certain nombre de produits et d'activités sont régis par des règles de jeu. Parmi celles-ci figurent des arcades, qui peuvent s'adresser aussi bien aux adultes qu'aux familles. Une autre catégorie importante est celle des paris, qui comprennent toutes les formes de paris sur des événements simulés ou en direct. Cela peut inclure la projection de l'évolution d'un événement, l'estimation des chances qu'un événement se produise ou même la vérification de la véracité d'une déclaration. De plus, les licences doivent être obtenues par des personnes qui agissent comme intermédiaires dans le processus de paris.

Les jeux de bingo en direct et virtuels doivent respecter ces règles. Ensuite, il y a les casinos qui fonctionnent au Royaume-Uni, à la fois physiques et virtuels ; la taille de l'établissement affecte les exigences en matière de licence pour ces entreprises. Viennent ensuite les loteries, qui regroupent les loteries sociétales, privées et nationales. Il est essentiel de rappeler que la loterie nationale est soumise à des règles distinctes des autres.

Ces règles de jeu s'appliquent également aux machines de jeux, qui comprennent les machines à sous, les machines à sous et les terminaux de paris. Enfin, ces règles s’appliquent également aux logiciels de jeux d’argent, qui permettent aux utilisateurs de parier à distance.

Types de licences

Il existe trois catégories de licences de jeu au Royaume-Uni : 1) d'exploitation, 2) personnelles et 3) de locaux. Les gouvernements locaux offrent des licences de locaux ; la Commission des jeux de hasard accorde des licences opérationnelles et individuelles.

1. Licences d'exploitation

Pour offrir les services énumérés dans la section précédente, les entreprises de jeux de hasard doivent disposer d'une licence d'exploitation. Les prestataires doivent demander des licences différentes s’ils exploitent plusieurs établissements de jeux (tels que des casinos et des machines à sous).

Il existe trois types de licences d'exploitation : 1) terrestres, 2) en ligne et 3) auxiliaires. Des licences auxiliaires sont requises pour les opérateurs qui proposent des paris par courrier électronique et par téléphone. Les sociétés de jeux de hasard doivent posséder des licences en ligne et hors ligne lorsqu'elles opèrent à distance et en personne.

En outre, une société doit obtenir une licence si son activité de jeu en ligne est basée à l'étranger, à condition qu'elle offre des services aux joueurs au Royaume-Uni.

Qui est admissible à postuler?

Tout individu ou groupe, où qu’il soit dans le monde, est invité à postuler. Chaque candidat doit être âgé de plus de dix-huit ans. Les actions que la licence est censée autoriser doivent être précisées dans la demande. Les candidatures complétées peuvent être envoyées par courrier au site Web de la Gambling Commission.

Exigences pour les licences d'exploitation

Lors de l’évaluation des candidats, la Commission des jeux de hasard utilise un ensemble de critères qui mettent l’accent sur un certain nombre de facteurs importants. Ils examinent d'abord soigneusement l'identité du demandeur ainsi que celle des membres de sa famille. Pour s'assurer que le demandeur dispose des ressources nécessaires pour maintenir l'entreprise après l'octroi de la licence, ils examinent également les états financiers en deuxième lieu. Troisièmement, ils évaluent la fiabilité et l'honnêteté du candidat pour s'assurer qu'il gérera correctement son entreprise. Quatrièmement, ils tiennent compte de l'éducation, de la formation et des antécédents professionnels du candidat dans le domaine. Le passé criminel du demandeur est la dernière chose qu'ils examinent car il peut être le signe de problèmes futurs. Ensemble, ces éléments soutiennent la prise de décision éclairée de la Commission des jeux de hasard en matière de licences.

Calendrier et frais

Les demandes de licences d'exploitation sont traitées dans un délai d'environ 16 semaines. Les documents relatifs à l'identification de l'opérateur, à la politique, aux finances et aux personnes importantes font partie des données nécessaires, que la Commission examine toutes de manière approfondie.

Des frais de candidature doivent être payés. Le demandeur doit payer le premier prix annuel de la licence dans les 30 jours suivant la réception de sa licence, si celle-ci est approuvée. Ils n’auront ensuite qu’à payer une redevance annuelle. Le calculateur en ligne fourni par la Gambling Commission peut être utilisé pour déterminer le coût précis.

2. Licences personnelles

Les employés clés des sociétés de jeux sont couverts par des licences personnelles. Ces licences durent généralement cinq ans et doivent être renouvelées à leur expiration.

Les licences fonctionnelles personnelles (PFL) et les licences de gestion personnelle (PML) sont les deux catégories de licences personnelles.

Licences fonctionnelles personnelles

Il est recommandé aux membres du personnel travaillant dans les domaines de la sécurité, de la répartition et de la caisse de demander une licence fonctionnelle personnelle (PFL). Chaque candidat doit soumettre un certain nombre de documents nécessaires et être âgé d'au moins dix-huit ans. Il s'agit du numéro de téléphone et de l'adresse e-mail de la personne, d'un enregistrement complet de ses cinq dernières adresses résidentielles et des dates de chaque location, d'une adresse postale au Royaume-Uni et de documents d'identité vérifiés. Il est essentiel de se rappeler que les exigences en matière de documentation peuvent changer en fonction du lieu de résidence du demandeur : au Pays de Galles, en Angleterre ou à l'étranger. Des frais de dossier de 185 £ doivent être payés par les candidats et la procédure d'évaluation prend normalement huit semaines. Cette procédure rigoureuse garantit que seules des personnes qualifiées pourront occuper ces postes importants dans le secteur des jeux.

Licences de gestion personnelle

Le personnel travaillant dans la gestion, en particulier ceux ayant des responsabilités en matière de marketing, de planification, d'informatique et de conformité, doit demander une licence de gestion personnelle (PML). Plusieurs documents importants doivent être fournis dans le cadre de la procédure de candidature. Il s'agit d'un formulaire de vérification d'identité, d'une photo au format passeport, de documents d'identité professionnels et d'une adresse de contact au Royaume-Uni comme confirmation d'identité.

Il est important de noter que selon que le demandeur vit au Pays de Galles, en Angleterre ou à l'étranger, des formalités administratives supplémentaires peuvent être nécessaires. Le coût de candidature de 370 £ est fixe. Après la procédure de réexamen, qui dure généralement huit semaines, le demandeur est informé du résultat. Cette procédure minutieuse garantit que seules des personnes compétentes et responsables occupent des postes de direction dans le secteur des jeux de hasard.

3. Licences de locaux

Base L'autorisation d'utiliser les installations comme casinos ou pour d'autres activités de jeu est accordée par des licences relatives aux entreprises non éloignées. On peut en acquérir un en contactant le gouvernement local.

Qui est admissible à postuler?

Seuls ceux qui ont demandé ou obtenu une licence d'exploitation sont qualifiés pour soumettre une demande de licence d'exploitation. Le demandeur doit également démontrer qu'il est autorisé à occuper l'espace.

Notification obligatoire

Après avoir introduit sa demande, le demandeur dispose d'un délai de sept jours pour signaler aux autorités compétentes la modification de la fonction des locaux. Ces autorités comprennent le HM Revenue and Customs, l'autorité locale de planification, l'autorité locale d'octroi des licences, le service local de protection de l'enfance, le service local de santé environnementale, le chef de la police locale, le service local d'incendie et de secours et l'autorité locale de planification. En exigeant cette communication, toutes les parties concernées sont informées des changements et sont en mesure de prendre les mesures nécessaires pour garantir le respect des normes et réglementations de sécurité.

Frais

Le gouvernement local est chargé de fixer toutes les taxes foncières. La façon dont les frais sont calculés varie selon que l'emplacement se trouve en Écosse, au Pays de Galles ou en Angleterre. Vous pouvez trouver des détails plus détaillés ici.

Réglementation anti-blanchiment

Les titulaires de licence sont tenus par les lois britanniques sur les jeux de hasard d'obtenir et d'identifier l'identité d'un client avant de lui permettre de placer un pari. Le nom, l'adresse et la date de naissance du client sont considérés comme des informations essentielles. Il y a trois raisons pour lesquelles les sociétés de jeux demandent ce type d'authentification à leurs clients. Il s’agit avant tout de vérifier leur identification afin de lutter contre le blanchiment d’argent. La deuxième raison est de s’assurer qu’ils sont suffisamment âgés pour jouer légalement. Enfin, elle cherche à déterminer si les participants ont choisi de s'abstenir de jouer de leur propre gré. Cette procédure minutieuse garantit le respect des exigences réglementaires tout en préservant l'intégrité du secteur des jeux de hasard.

Le blanchiment d’argent peut se produire de quatre manières principales dans le secteur des jeux de hasard. La première consiste à utiliser de l’argent obtenu illégalement pour gagner de l’argent qui semble licite en pariant sur des résultats improbables. Deuxièmement, l’argent obtenu par des moyens illicites peut être utilisé pour financer des jeux récréatifs.

L’émergence de la monnaie numérique et des plateformes de jeux en ligne a aggravé le troisième type de blanchiment d’argent. Ces sites sont utilisés par les criminels pour jouer de l'argent gagné illégalement, puis le retirer en tant qu'argent « propre ». Enfin, le blanchiment d’argent peut être facilité par des sociétés écrans ou des sociétés écrans affiliées aux casinos. Ces organisations, malgré leur apparente légitimité, manipulent et cachent de l’argent gagné illégalement, ce qui rend plus difficile l’identification de la source initiale de financement. Cela démontre la complexité du blanchiment d’argent dans le secteur des jeux et la nécessité de mesures fortes et globales pour le combattre.

Modifications des lois britanniques sur les jeux

La Commission des jeux de hasard a lancé un nouveau service appelé « Dites-nous quelque chose en toute confiance » en décembre 2023. Son objectif est de signaler les activités contraires à l'éthique ou suspectes dans le secteur des jeux de hasard. Grâce à cette fonction, les gens peuvent signaler diverses activités, telles que des pratiques douteuses liées aux paris sportifs et à la manipulation de matchs, aux jeux de hasard chez des mineurs, aux problèmes de blanchiment d'argent, aux comportements étranges et aux jeux illicites ou aux activités criminelles.

En permettant aux utilisateurs de télécharger facilement des documents justificatifs et des photos en un seul endroit, le nouveau service améliore la procédure de signalement de manière anonyme. Si quelqu'un souhaite soumettre plus d'informations, il peut les envoyer par courrier ou par e-mail. Cette solution tout compris donne aux utilisateurs la possibilité de contribuer activement au maintien de l'intégrité de l'industrie du jeu en offrant une plateforme sûre et facilement accessible pour signaler les fautes.

Les conditions de licence et les codes de bonnes pratiques

Le Conditions de permis et codes de bonnes pratiques (LCCP) s'appliquent à tous les opérateurs agréés. Ces réglementations obligent les entreprises de jeux d’argent à évaluer la possibilité de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme au sein de leurs opérations.

La Commission des jeux de hasard a le droit d'annuler la licence d'une entreprise si celle-ci ne respecte pas certaines conditions.

Afin de prévenir les activités illégales, un ensemble de règles et de processus doivent être créés afin de se conformer au LCCP. Par conséquent, les entreprises doivent informer la National Crime Agency (NCA) de tout blanchiment d’argent.

Loi de 2002 sur les produits du crime

La loi sur les produits du crime de 2002 impose des obligations à tous les opérateurs du secteur des jeux de hasard. Les objectifs de la loi sont les suivants : obliger les entreprises à divulguer les circonstances dans lesquelles elles savent ou croient qu'une personne est impliquée dans le blanchiment d'argent ; les obliger à divulguer leurs informations dans le format et le style requis par la loi ; et s'assurer qu'ils obtiennent l'autorisation requise pour finaliser une transaction qui serait autrement illégale.

Toute situation dans laquelle les fonds des clients sont soupçonnés ou démontrés comme étant le produit d'une activité illégale doit être signalée à la National Crime Agency (NCA). Dans le cas contraire, le personnel de l'entreprise pourra être accusé de blanchiment d'argent.

Certaines normes doivent être en place afin d'accélérer le processus d'examen et de dépôt des rapports d'activités suspectes (SAR). Les employeurs sont tenus de s'assurer que les employés informent un agent ou un gestionnaire désigné de toute activité suspecte. Par la suite, il incombe à l'agent ou au gestionnaire d'évaluer chaque rapport et de décider si une communication de renseignements doit être déposée ou non. Les employeurs doivent également s’assurer que leurs employés reçoivent la formation dont ils ont besoin pour faire face efficacement à ces circonstances.

Les entreprises de jeux sont également tenues de suivre les normes établies par le Groupe d'action financière en plus de ces garanties. Il est impératif que les sociétés de jeux de hasard respectent ces cadres juridiques et réglementaires, car le non-respect de ces règles pourrait entraîner des amendes importantes de la part de la Commission des jeux de hasard.

Conclusion

En examinant les entreprises qui ne sont pas en conformité, la Commission des jeux de hasard donne la priorité à l'application des exigences en matière de LBC. Les entreprises ont été condamnées à une amende totale de 32.1 milliards de livres sterling (43.3 milliards de dollars) par la Commission en 2020. En plus d'infliger des amendes aux opérateurs, la Commission a récemment annulé un certain nombre de licences de jeux. Les entreprises doivent donner la priorité au respect de la réglementation AML et alerter les régulateurs de toute activité suspecte afin d’éviter ces répercussions.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance