Suivez nous sur

Bangladesh

Campagne de désinformation contre le Bangladesh : remettre les pendules à l’heure

PARTAGEZ:

Publié le

on

Une campagne de diffamation se déroule depuis un certain temps à l'étranger pour discréditer le gouvernement du Bangladesh, en particulier devant le monde occidental – écrit Syed Badrul Ahsan. De telles tentatives sont le fait d'éléments qui, dans un passé récent, ont exprimé, de plusieurs manières, leur mécontentement face aux mesures prises par les autorités du Bangladesh pour traduire en justice les collaborateurs bengalis locaux de l'armée pakistanaise en 1971 pour leur participation au génocide commis. par l'armée au cours des neuf mois de la guerre de libération du Bangladesh.

À en juger par ces tentatives, ainsi que par d'autres, visant à présenter le Bangladesh sous un mauvais jour à propos des crimes prétendument commis par les autorités de Dhaka, on pourrait imaginer que le Bangladesh est aujourd'hui aux prises avec une dictature bidon, voire une autocratie enracinée qui s'est imposée à lui-même. le pays par la simple force des armes plutôt que par la prise du pouvoir par des élections générales.

La désinformation s'est intensifiée ces derniers mois, comme en témoigne la pression exercée par des gouvernements et des organisations étrangères sur le gouvernement pour garantir des élections libres et équitables en janvier de l'année prochaine. Une partie de la désinformation est liée aux élections générales de 2014 et 2018, lorsque la Ligue Awami a été ramenée au pouvoir grâce au vote populaire. On ne peut pas prétendre que les élections ont été parfaites, que tout s’est bien passé.

Cependant, on ne peut que faire savoir au-delà du Bangladesh que lors des élections de 2014, l’opposition politique a refusé de participer à l’exercice. Cela a conduit à ce que 153 candidats de la Ligue Awami soient renvoyés au Parlement sans contestation. Les 147 sièges restants (le Bangladesh dispose d'un parlement de 300 sièges, avec 50 sièges supplémentaires réservés aux femmes) ont été contestés par la Ligue Awami et de petits partis qui ont pris part aux élections. Et pourtant, de fausses informations ont été diffusées selon lesquelles les élections n’étaient pas équitables.

Ce qui nous amène aux élections de 2018. Certes, on reconnaît que le vote a soulevé certaines questions tant au niveau national qu'à l'étranger, mais suggérer qu'il s'agissait d'une élection de minuit, au cours de laquelle les votes ont été entassés dans les urnes par les partisans du parti au pouvoir. La Ligue Awami, étend la crédulité. Malgré les allégations de l’opposition selon lesquelles les élections ont été volées, aucune preuve n’a été apportée pour étayer ses arguments. De plus, aucune assignation n’a été déposée auprès de la justice pour protester contre les résultats de l’élection. De telles plaintes devant la loi sont une pratique courante dans les pays où une fraude électorale est suspectée. Aucune plainte de ce type n’a été enregistrée au Bangladesh.

La désinformation contre le Bangladesh n’est certainement pas un phénomène nouveau. En 2013, lorsque les forces de sécurité ont expulsé une foule rassemblée dans la capitale Dhaka par le groupe islamiste Hefazat-e-Islam, un groupe qui perturbait la vie publique et menaçait l'ordre public, l'information a été dénoncée par de soi-disant organismes de défense des droits de l'homme, connus pour leur position antigouvernementale selon laquelle des centaines de partisans d'Hefazat avaient été tués et leurs corps jetés dans les égouts et les canalisations. Les investigations menées par l'administration n'ont trouvé aucun corps et donc aucune preuve de telles insinuations. Et pourtant, ce mensonge a été repris à l’étranger pour présenter le Bangladesh comme un État où la dissidence politique est laissée de côté.

Il faut remonter un peu dans le temps. Il y a une dizaine d'années, le gouvernement du Bangladesh, en créant des tribunaux spéciaux, a entrepris de traduire en justice les collaborateurs de l'armée pakistanaise de 1971, accusés de complicité dans le génocide commis par les soldats. Il en a résulté un tollé considérable en Occident, notamment de la part des partisans du Jamaat-e-Islami. La désinformation était simple : les procès n’étaient pas équitables et les normes internationales n’étaient pas respectées dans les poursuites contre les accusés.

Publicité

C’était une déviation de la vérité. En outre, les défenseurs des criminels de guerre ont soigneusement et délibérément négligé les faits : les accusés s'étaient ouvertement et fièrement engagés dans l'orchestration du meurtre d'un grand nombre de Bengalis, dont de nombreux intellectuels, tout au long de la guerre en 1971, et tout un groupe de preuves attestaient de leur culpabilité. Justice a été rendue à ces collaborateurs au Bangladesh, mais leurs amis étrangers ont ignoré ou délibérément supprimé le récit de leurs méfaits passés.  

La désinformation a pris une forme étrange, avec des allégations de crimes contre l'humanité commises par le gouvernement depuis son élection aux élections de décembre 2008. Lorsqu’un gouvernement établi par le consentement populaire entreprend des opérations pour assurer la sécurité des citoyens et de l’État, cela ne constitue pas un crime. Si la question concerne les « personnes disparues », il y aura évidemment des inquiétudes. Si un citoyen disparaît à cause d’un organisme d’État, il incombe au gouvernement de veiller à ce que les personnes disparues soient retrouvées et ramenées chez elles. On s'attend à ce que le gouvernement du Bangladesh s'attaque sérieusement et avec force aux cas des personnes portées disparues et veille à ce que les cris plaintifs de leurs familles soient entendus.

Cela dit, des organisations de défense des droits de l’homme à l’étranger ont-elles eu l’idée d’enquêter sur le nombre de personnes disparues par des agences gouvernementales, combien ont disparu de leur propre gré et combien de disparus sont rentrés chez eux ? Des enquêtes sur les personnes portées disparues sont en cours dans le pays. Une allégation curieuse est que les forces de sécurité du Bangladesh reçoivent des ordres du gouvernement de la Ligue Awami. Mais cela ne devrait-il pas être la règle ? Où d’autre les forces de sécurité reçoivent-elles leurs ordres, dans n’importe quel pays ?

Passons maintenant à un autre aspect de la campagne de désinformation. Accuser les médias bangladais de ne pas avoir la liberté de s'engager dans des reportages indépendants est une autre contre-vérité évoquée par certains éléments au pays et à l'étranger. Il suffit de parcourir les articles d’opinion dans les journaux et d’observer la teneur des émissions télévisées sur la politique nationale pour comprendre les mensonges véhiculés à l’étranger sur la liberté des médias dans le pays.

Il est évident que ceux qui ont mené allègrement leur campagne de désinformation sur les réalités politiques du Bangladesh ont ignoré des vérités historiques telles que l’exigence nationale de remettre le pays sur les rails de l’histoire authentique. Pendant vingt-six ans, de 1975 à 1996 et de 2001 à 2006, le Bangladesh est resté sous l’emprise d’un régime militaire et quasi-militaire. C'était une période où l'histoire de la nation tombait en proie à des forces déterminées à pousser le pays dans un moule antilibéral et communautaire. Depuis de nombreuses années, les efforts se concentrent donc sur une restauration de l’histoire sur la base d’une démocratie laïque.

Au cours des quatorze dernières années, le gouvernement a sévèrement réprimé les militants islamistes. Elle reste concentrée sur la recherche des restes de ces éléments grâce aux opérations incessantes menées par les forces de sécurité dans tout le pays. De telles vérités sont soigneusement dissimulées ou ignorées par ceux qui produisent et diffusent de la désinformation contre le Bangladesh. Une fois de plus, une partie de la campagne de désinformation concerne la relocalisation de segments de la population de réfugiés rohingyas vers Bhashan Char depuis les camps surpeuplés de Cox's Bazar. Les critiques portent sur ce que l'on appelle l'insécurité, l'isolement et la vulnérabilité des réfugiés face à la fureur de la nature. Et pourtant, les Rohingyas de Cox's Bazar et de Bhashan Char, au nombre de plus d'un million, ont été pris en charge avec la diligence requise et dans le respect des principes humanitaires par les autorités bangladaises.

Le Bangladesh n'est pas administré par un régime autoritaire mais par un gouvernement qui combat les démons massés autour de lui et du pays. Le sentiment, crédible, s'est développé dans le pays que cette campagne de désinformation, conjuguée à l'insistance des gouvernements occidentaux sur des élections équitables, n'est qu'une campagne subtile et soigneusement orchestrée pour renverser du pouvoir le gouvernement dirigé par le Premier ministre Sheikh Hasina. .

Aucun gouvernement n’est parfait. Aucun pays n'est le paradis. Personne ne prétend que tout va bien au Bangladesh. De même, personne ne devrait conclure que tout va mal dans le pays.

Et voici le dernier point. Aucun pays doté d’estime de soi, et malgré toutes les difficultés qu’il traverse, ne permettra à la propagande façonnée et médiatisée à l’étranger de saper sa politique et sa base constitutionnelle. 

L'écrivain Syed Badrul Ahsan est un journaliste, auteur et analyste politique et diplomatique basé à Londres. 

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance