Suivez nous sur

EU

Après l'OTAN, Biden se tourne vers l'UE pour le renouvellement des relations transatlantiques

PARTAGEZ:

En cliquant sur ce bouton,

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Le président américain Joe Biden arrive pour poser avec le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg lors du sommet de l'OTAN au siège de l'Alliance, à Bruxelles, Belgique, le 14 juin 2021. Kenzo Tribouillard/Pool via REUTERS

Le président américain Joe Biden a intensifié ses efforts pour renouer les relations avec l'Europe mardi 15 juin après un sommet à l'OTAN, une rencontre avec les dirigeants de l'Union européenne pour demander une trêve dans les guerres commerciales et un différend sur les subventions aux avions qui durait depuis 17 ans, écrire John Chalmers et Robin Emmott.

Considérée comme une autre occasion de rétablir les liens après quatre années tendues avec le prédécesseur de Biden, Donald Trump, qui a imposé des droits de douane à l'UE et promu le départ de la Grande-Bretagne du bloc, la réunion vise à mettre un terme au plus grand différend commercial au monde entre l'avionneur américain Boeing et Airbus.

Biden a déclaré aux dirigeants de l'OTAN que "l'Amérique est de retour" lors d'une conférence de presse à Bruxelles lundi soir. Il recherche le soutien européen pour défendre les démocraties libérales occidentales face à une Russie plus affirmée et à la montée militaire et économique de la Chine.

Publicité

"Nous sommes confrontés à une crise sanitaire mondiale unique en un siècle alors que les valeurs démographiques qui nous sous-tendent sont soumises à une pression croissante", a déclaré Biden, faisant référence à COVID-19. "La Russie et la Chine cherchent toutes deux à creuser un fossé dans notre solidarité transatlantique."

Selon un projet de déclaration finale du sommet UE-États-Unis consulté par Reuters, Washington et Bruxelles s'engageront à mettre fin au différend sur les subventions aux avions et une autre dispute sur les tarifs punitifs liés à l'acier et à l'aluminium.

La représentante américaine au Commerce, Katherine Tai, a discuté lundi du différend aérien lors de sa première rencontre face à face avec son homologue européen Valdis Dombrovskis avant le sommet américano-européen de mardi. Le couple doit s'exprimer mardi après-midi.

Publicité

Le gel du conflit sur les baisses d'avions, dont certaines ont été annulées ou liquidées, donnerait aux deux parties plus de temps pour se concentrer sur des programmes plus larges tels que les préoccupations concernant le modèle économique dirigé par l'État chinois, ont déclaré des diplomates.

Le sommet UE-États-Unis commence vers midi, heure d'Europe centrale. Biden doit également rencontrer le roi belge, le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères du pays. Mercredi, il rencontre le président russe Vladimir Poutine à Genève.

Le sommet de Biden à Bruxelles se déroulera avec la directrice générale de l'UE Ursula von der Leyen et le président de l'UE Charles Michel, qui représente les gouvernements de l'UE.

Le projet de déclaration du sommet qui sera publié à la fin de la réunion a déclaré qu'ils avaient "une chance et une responsabilité d'aider les gens à gagner leur vie et à assurer leur sécurité, à lutter contre le changement climatique et à défendre la démocratie et les droits de l'homme".

Il n'y a cependant aucun nouvel engagement transatlantique ferme sur le climat dans le projet de déclaration du sommet, et les deux parties éviteront de fixer une date pour arrêter de brûler du charbon. Lire la suite.

L'UE et les États-Unis sont les principales puissances commerciales du monde, avec la Chine, mais Trump a cherché à mettre l'UE sur la touche.

Après avoir conclu un accord de libre-échange avec l'UE, l'administration Trump s'est concentrée sur la réduction du déficit croissant des États-Unis dans le commerce des marchandises. Biden, cependant, considère l'UE comme un allié dans la promotion du libre-échange, ainsi que dans la lutte contre le changement climatique et la fin de la pandémie de COVID-19.

Commission européenne

NextGenerationUE : la Commission européenne verse 231 millions d'euros de préfinancement à la Slovénie

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a versé 231 millions d'euros à la Slovénie en préfinancement, soit l'équivalent de 13 % de l'allocation de subventions du pays au titre du mécanisme de relance et de résilience (FRR). Le préfinancement contribuera à lancer la mise en œuvre des mesures cruciales d'investissement et de réforme décrites dans le plan de relance et de résilience de la Slovénie. La Commission autorisera d'autres décaissements sur la base de la mise en œuvre des investissements et des réformes décrites dans le plan de relance et de résilience de la Slovénie.

Le pays devrait recevoir 2.5 milliards d'euros au total, dont 1.8 milliard d'euros de subventions et 705 millions d'euros de prêts, sur la durée de son plan. Le décaissement d'aujourd'hui fait suite à la récente mise en œuvre réussie des premières opérations d'emprunt dans le cadre de NextGenerationEU. D'ici la fin de l'année, la Commission a l'intention de lever jusqu'à 80 milliards d'euros de financement à long terme, à compléter par des EU-Bills à court terme, pour financer les premiers versements prévus en faveur des États membres dans le cadre de NextGenerationEU.

Le RRF est au cœur de NextGenerationEU qui fournira 800 milliards d'euros (en prix courants) pour soutenir les investissements et les réformes dans les États membres. Le plan slovène fait partie de la réponse sans précédent de l'UE pour sortir plus forte de la crise du COVID-19, en favorisant les transitions verte et numérique et en renforçant la résilience et la cohésion de nos sociétés. UNE communiqué de presse est disponible en ligne.

Publicité

Continuer la lecture

Chypre

NextGenerationUE : la Commission européenne verse 157 millions d'euros de préfinancement à Chypre

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a déboursé 157 millions d'euros à Chypre en préfinancement, soit l'équivalent de 13 % de l'allocation financière du pays au titre du mécanisme de relance et de résilience (FRR). Le paiement de préfinancement contribuera à lancer la mise en œuvre des mesures cruciales d'investissement et de réforme décrites dans le plan de relance et de résilience de Chypre. La Commission autorisera d'autres décaissements sur la base de la mise en œuvre des investissements et des réformes décrits dans le plan de relance et de résilience de Chypre.

Le pays devrait recevoir 1.2 milliard d'euros au total sur la durée de vie de son plan, dont 1 milliard d'euros de subventions et 200 millions d'euros de prêts. Le décaissement d'aujourd'hui fait suite à la récente mise en œuvre réussie des premières opérations d'emprunt dans le cadre de NextGenerationEU. D'ici la fin de l'année, la Commission a l'intention de lever jusqu'à 80 milliards d'euros de financement à long terme, à compléter par des EU-Bills à court terme, pour financer les premiers versements prévus en faveur des États membres dans le cadre de NextGenerationEU. Faisant partie de NextGenerationEU, le RRF fournira 723.8 milliards d'euros (en prix courants) pour soutenir les investissements et les réformes dans les États membres.

Le plan chypriote fait partie de la réponse sans précédent de l'UE pour sortir plus forte de la crise du COVID-19, en favorisant les transitions verte et numérique et en renforçant la résilience et la cohésion de nos sociétés. UNE communiqué de presse est disponible en ligne.

Publicité

Continuer la lecture

Belgique

Politique de cohésion de l'UE : la Belgique, l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie reçoivent 373 millions d'euros pour soutenir les services sociaux et de santé, les PME et l'inclusion sociale

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission a octroyé 373 millions d'euros à cinq Fonds social européen (FSE) et Fonds européen de développement régional (FEDER) des programmes opérationnels (PO) en Belgique, en Allemagne, en Espagne et en Italie pour aider les pays avec la réponse et la réparation d'urgence du coronavirus dans le cadre de REACT-UE. En Belgique, la modification du PO Wallonie mettra à disposition 64.8 M€ supplémentaires pour l'acquisition d'équipements médicaux pour les services de santé et l'innovation.

Les fonds soutiendront les petites et moyennes entreprises (PME) dans le développement du commerce électronique, de la cybersécurité, des sites Web et des boutiques en ligne, ainsi que de l'économie verte régionale à travers l'efficacité énergétique, la protection de l'environnement, le développement de villes intelligentes et bas carbone. infrastructures publiques. En Allemagne, dans l'État fédéral de Hesse, 55.4 millions d'euros soutiendront les infrastructures de recherche liées à la santé, les capacités de diagnostic et l'innovation dans les universités et autres instituts de recherche, ainsi que les investissements dans la recherche, le développement et l'innovation dans les domaines du climat et du développement durable. Cet amendement apportera également un soutien aux PME et des fonds pour les start-up par le biais d'un fonds d'investissement.

En Saxe-Anhalt, 75.7 millions d'euros faciliteront la coopération des PME et des institutions dans la recherche, le développement et l'innovation, et fournir des investissements et des fonds de roulement aux micro-entreprises touchées par la crise du coronavirus. De plus, les fonds permettront d'investir dans l'efficacité énergétique des entreprises, de soutenir l'innovation numérique dans les PME et d'acquérir des équipements numériques pour les écoles et les institutions culturelles. En Italie, le PO national « Inclusion sociale » recevra 90 millions d'euros pour promouvoir l'intégration sociale des personnes en situation de privation matérielle grave, de sans-abrisme ou d'extrême marginalisation, grâce à des services « Housing First » qui combinent la fourniture d'un logement immédiat avec des services sociaux et d'emploi permettant .

Publicité

En Espagne, 87 millions d'euros seront ajoutés au PO du FSE pour Castilla y León pour soutenir les indépendants et les travailleurs dont les contrats ont été suspendus ou réduits en raison de la crise. L'argent aidera également les entreprises durement touchées à éviter les licenciements, en particulier dans le secteur du tourisme. Enfin, les fonds sont nécessaires pour permettre aux services sociaux essentiels de se poursuivre en toute sécurité et pour assurer la continuité pédagogique tout au long de la pandémie en embauchant du personnel supplémentaire.

REACT-EU fait partie de NextGenerationEU et fournit 50.6 milliards d'euros de financement supplémentaire (en prix courants) aux programmes de la politique de cohésion au cours de 2021 et 2022. Les mesures se concentrent sur le soutien de la résilience du marché du travail, de l'emploi, des PME et des familles à faible revenu, ainsi que sur la mise en place de fondations pérennes pour les transitions verte et numérique et une relance socio-économique durable.

Publicité

Continuer la lecture
Publicité
Publicité
Publicité

Tendance