Suivez nous sur

coronavirus

Ministre britannique : Pas encore de décision sur les vaccins COVID-19 pour les enfants en bonne santé

PARTAGEZ:

En cliquant sur ce bouton,

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Des élèves assistent à un cours à la Weaverham High School, alors que le verrouillage de la maladie à coronavirus (COVID-19) commence à se relâcher, dans le Cheshire, en Grande-Bretagne, le 9 mars 2021. REUTERS/Jason Cairnduff

Le ministre britannique des Vaccins, Nadhim Zahawi, a déclaré dimanche 5 septembre qu'aucune décision n'avait encore été prise quant à savoir si les enfants en bonne santé âgés de 12 à 15 ans devaient être vaccinés contre le COVID-19, à la suite d'informations selon lesquelles un déploiement pourrait commencer dans les prochains mois. jours, écrit Alistair Smout.

Vendredi 3 septembre, le Comité mixte britannique sur la vaccination et la vaccination (JCVI) a refusé de recommander la vaccination des enfants de ce groupe, adoptant une approche de précaution en raison d'un risque rare d'inflammation cardiaque, mais ajoutant que la question était finement équilibrée. Lire la suite.

Publicité

Le gouvernement consulte des conseillers médicaux pour obtenir des conseils sur des considérations plus larges, telles que l'impact sur les écoles, et peut encore donner le feu vert à une large vaccination de la tranche d'âge.

Certains journaux ont rapporté que les ministres étaient convaincus que les médecins-chefs soutiendraient rapidement les injections pour les 12 à 15 ans en bonne santé, mais Zahawi a déclaré que le gouvernement ne préjugerait pas de la décision.

"Aucune décision ne sera prise tant que nous n'aurons pas de nouvelles des médecins-chefs", a déclaré Zahawi à la BBC.

Publicité

Les enfants sont déjà largement vaccinés aux États-Unis, en Israël et dans de nombreux pays européens.

Les autorités britanniques ont souligné que les 12 à 15 ans qui sont vulnérables au COVID-19 sont déjà éligibles à la vaccination, ainsi que toutes les personnes de plus de 16 ans.

Les quatre pays du Royaume-Uni, qui ont enregistré 133,000 XNUMX décès dus au COVID, contrôlent leur propre politique de santé, bien que tous aient jusqu'à présent suivi les conseils du JCVI sur le déploiement du vaccin.

Zahawi a confirmé qu'une preuve de vaccination serait requise en Angleterre pour certains grands événements à partir de la fin de ce mois, une fois que tous les adultes auront reçu deux injections. Lire la suite.

Il a également déclaré que le gouvernement était toujours en train de finaliser les plans d'un programme de rappel de vaccins à la suite de l'avis provisoire du JCVI selon lequel un programme pourrait être nécessaire pour les personnes vulnérables et âgées. Lire la suite.

"Il est très probable que nous commencions à renforcer ces groupes, car j'espère que l'intérim deviendra alors un conseil définitif, d'ici le milieu de ce mois", a-t-il déclaré.

coronavirus

La Commission autorise un régime letton de 1.8 million d'euros en faveur des éleveurs de bovins touchés par la flambée de coronavirus

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a approuvé un régime letton de 1.8 million d'euros pour soutenir les agriculteurs actifs dans le secteur de l'élevage bovin touchés par l'épidémie de coronavirus. Le régime a été approuvé au titre de l'aide d'État Cadre temporaire. Dans le cadre de ce régime, l'aide prendra la forme de subventions directes. La mesure vise à atténuer les pénuries de liquidités auxquelles les bénéficiaires sont confrontés et à remédier en partie aux pertes qu'ils ont subies en raison de l'épidémie de coronavirus et des mesures restrictives que le gouvernement letton a dû mettre en œuvre pour limiter la propagation du virus. La Commission a estimé que le régime était conforme aux conditions de l'encadrement temporaire.

En particulier, l'aide (i) ne dépassera pas 225,000 31 € par bénéficiaire ; et (ii) sera accordée au plus tard le 2021 décembre 107. La Commission a conclu que la mesure est nécessaire, appropriée et proportionnée pour remédier à une perturbation grave de l'économie d'un État membre, conformément à l'article 3, paragraphe XNUMX, point b). TFUE et les conditions énoncées dans le cadre temporaire. Sur cette base, la Commission a autorisé le régime au titre des règles de l'UE en matière d'aides d'État. De plus amples informations sur le cadre temporaire et les autres mesures prises par la Commission pour faire face à l'impact économique de la pandémie de coronavirus peuvent être trouvées ici. La version non confidentielle de la décision sera publiée sous le numéro SA.64541 dans le registre des aides d'État sur la Commission concurrence site Web une fois que tous les problèmes de confidentialité ont été résolus.

Publicité

Continuer la lecture

coronavirus

La Commission approuve un régime portugais de 500,000 XNUMX euros destiné à soutenir davantage le secteur du transport de passagers aux Açores dans le contexte de l'épidémie de coronavirus

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a approuvé un régime portugais de 500,000 XNUMX € pour soutenir davantage le secteur du transport de passagers dans la région des Açores dans le contexte de l'épidémie de coronavirus. La mesure a été approuvée au titre de l'aide d'État Cadre temporaire. Il fait suite à un autre régime portugais de soutien au secteur du transport de passagers aux Açores que la Commission a approuvé le 4 Juin 2021 (SA.63010). Dans le cadre du nouveau régime, l'aide prendra la forme de subventions directes. La mesure sera ouverte aux entreprises de transport collectif de passagers de toutes tailles actives aux Açores. Le but de la mesure est d'atténuer les pénuries soudaines de liquidités auxquelles ces entreprises sont confrontées et de faire face aux pertes subies en 2021 en raison de l'épidémie de coronavirus et des mesures restrictives que le gouvernement a dû mettre en œuvre pour limiter la propagation du virus.

La Commission a constaté que le régime portugais était conforme aux conditions énoncées dans l'encadrement temporaire. En particulier, l'aide (i) ne dépassera pas 1.8 million d'euros par entreprise ; et (ii) sera accordée au plus tard le 31 décembre 2021. La Commission a conclu que la mesure est nécessaire, appropriée et proportionnée pour remédier à une perturbation grave de l'économie d'un État membre, conformément à l'article 107, paragraphe 3, point b). TFUE et les conditions du cadre temporaire. Sur cette base, la Commission a autorisé la mesure au titre des règles de l'UE en matière d'aides d'État. De plus amples informations sur le cadre temporaire et les autres mesures prises par la Commission pour faire face à l'impact économique de la pandémie de coronavirus peuvent être trouvées ici. La version non confidentielle de la décision sera publiée sous le numéro SA.64599 dans le aides d'État s'inscrire sur la Commission site de la compétition une fois que tous les problèmes de confidentialité ont été résolus.

Publicité

Continuer la lecture

coronavirus

La Commission autorise un régime d'aides français de 3 milliards d'euros pour soutenir, par le biais de prêts et de prises de participation, les entreprises touchées par la pandémie de coronavirus

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a autorisé, en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État, le projet de la France de créer un fonds de 3 milliards d'euros qui investira par le biais d'instruments de dette et d'instruments de capitaux propres et hybrides dans les entreprises touchées par la pandémie. La mesure a été autorisée au titre de l'encadrement temporaire des aides d'État. Le programme sera mis en œuvre par le biais d'un fonds, intitulé « Fonds de transition pour les entreprises touchées par la pandémie de COVID-19 », doté d'un budget de 3 milliards d'euros.

Dans le cadre de ce dispositif, le soutien prendra la forme (i) de prêts subordonnés ou participatifs ; et (ii) des mesures de recapitalisation, notamment des instruments hybrides de capital et des actions privilégiées sans droit de vote. La mesure est ouverte aux entreprises établies en France et présentes dans tous les secteurs (hormis le secteur financier), qui étaient viables avant la pandémie de coronavirus et qui ont démontré la pérennité de leur modèle économique. Entre 50 et 100 entreprises devraient bénéficier de ce dispositif. La Commission a considéré que les mesures étaient conformes aux conditions fixées dans l'encadrement temporaire.

La Commission a conclu que la mesure était nécessaire, appropriée et proportionnée pour remédier à une perturbation grave de l'économie française, conformément à l'article 107, paragraphe 3, point b), du TFUE et aux conditions énoncées dans la surveillance temporaire. Sur cette base, la Commission a autorisé ces régimes en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État.

Publicité

Vice-présidente exécutive Margrethe Vestager (photo), la politique de la concurrence, a déclaré : « Ce dispositif de recapitalisation de 3 milliards d'euros permettra à la France de soutenir les entreprises touchées par la pandémie de coronavirus en facilitant leur accès au financement en ces temps difficiles. Nous continuons à travailler en étroite collaboration avec les États membres pour trouver des solutions pratiques pour atténuer l'impact économique de la pandémie de coronavirus tout en respectant les réglementations de l'UE. »

Publicité
Continuer la lecture
Publicité
Publicité
Publicité

Tendance