Suivez nous sur

Kosovo

La Serbie veut normaliser ses relations avec le Kosovo

PARTAGEZ:

Publié le

on

La Serbie veut des relations normales avec le Kosovo, mais ne signera toujours aucun accord avec lui, a déclaré le président Aleksandar Vucic dimanche 19 mars, au lendemain de son accord verbal de mise en œuvre d'un plan de normalisation des relations soutenu par l'Occident.

La Serbie veut rejoindre l'Union européenne, et une condition d'adhésion est qu'elle normalise ses relations avec le Kosovo à majorité albanaise, qui a déclaré son indépendance en 2008 mais que Belgrade considère toujours comme une province serbe.

Vucic et le Premier ministre kosovar Albin Kurti ont convenu de mettre en œuvre des mesures de normalisation lors d'une réunion avec des responsables de l'UE dans une station balnéaire de Macédoine du Nord samedi, bien qu'aucun document n'ait été signé et que l'UE ait déclaré vouloir aller plus loin.

"La Serbie veut avoir des relations normales avec le Kosovo. Nous voulons voyager, nous voulons faire des affaires, vous ne pouvez pas vivre isolé derrière des murs de 100 mètres", a déclaré Vucic aux journalistes dimanche.

"Je ne voulais pas signer l'accord sur l'annexe de mise en œuvre hier soir ni l'accord soutenu par l'UE (à Bruxelles le mois dernier)", a déclaré Vucic aux journalistes. "Je ne veux signer aucun document international juridiquement contraignant avec le Kosovo car la Serbie ne reconnaît pas son indépendance."

Tard dans la soirée de samedi, Kurti a déclaré que l'accord représentait une "reconnaissance de facto".

Aux termes de leur accord verbal, le Kosovo s'est engagé à donner une plus grande autonomie aux zones à majorité serbe, tandis que la Serbie a accepté de ne pas bloquer l'adhésion du Kosovo aux organisations internationales. L'UE s'est engagée à organiser une conférence des donateurs pour les deux pays, le versement de l'aide financière dépendant des mesures visant à améliorer les relations.

Publicité

Le chef de la politique étrangère de l'UE, Josep Borrell, a déclaré samedi après la réunion de 12 heures que l'accord conclu était en deçà d'une proposition "plus ambitieuse et détaillée" de l'UE sur laquelle les parties n'étaient pas en mesure de s'entendre.

Il a déclaré que le Kosovo avait manqué de flexibilité sur le fond des propositions, tandis que la Serbie avait refusé de signer le document alors que Belgrade était "tout à fait prêt à le mettre en œuvre".

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance