Suivez nous sur

Roumanie

La coalition au pouvoir fixe la date des élections clés en Roumanie

PARTAGEZ:

Publié le

on

Cette question très controversée, après des semaines de querelles politiques entre les deux partis au pouvoir en Roumanie, a abouti jeudi 4 juillet.th. Les libéraux et les sociaux-démocrates se sont mis d'accord pour organiser le premier tour de l'élection présidentielle le 24 novembre.th, le deuxième tour devant suivre le 8 décembre.

Après des semaines de débats et des mois d'incertitude concernant le calendrier électoral, les nouvelles dates marquent un retour au calendrier électoral initial après que la coalition au pouvoir a décidé au printemps de déplacer les élections présidentielles à septembre. Dans un premier temps, la Chambre des députés a adopté un projet de loi visant à avancer la date des élections à septembre. Mais les deux partis de la coalition au pouvoir ne parvenaient pas à s'entendre sur l'avancement du calendrier électoral. 

Le Premier ministre social-démocrate Marcel Ciolacu a déclaré qu'il y avait un accord au sein de la coalition sur le report du calendrier et la tenue des élections en septembre. "Ils essaient maintenant de changer les règles du jeu, ils ne tiennent pas leur promesse", a-t-il déclaré. 

D'un autre côté, les libéraux ont soutenu que les élections devraient avoir lieu à la date prévue, vers la fin de l'année. Rareş Bogdan, vice-président du Parti National Libéral (PNL) a déclaré que « nous, les libéraux, restons cohérents, nous pensons que les élections doivent respecter le calendrier précisément pour qu'il y ait suffisamment de temps pour avoir un véritable débat présidentiel et pour les candidats à la présidentielle. pour présenter leurs projets. Il faut laisser suffisamment de temps aux électeurs pour se décider.»

Des rumeurs couraient également selon lesquelles les sociaux-démocrates et les libéraux soutiendraient le même candidat à l'élection présidentielle. Cette affirmation a été rejetée par le président du parti PNL. « Chaque parti aura son propre candidat », a déclaré Nicolae Ciucă.

Jusqu’à présent, seuls George Simion du parti nationaliste de droite AUR, l’eurodéputée Diana Șoșoacă, chef d’un parti extrémiste pro-russe, et Elena Lasconi, la nouvelle dirigeante de l’USR (Renew), ont annoncé leur candidature à la présidence. Un récent sondage place l'actuel secrétaire général adjoint de l'OTAN, Mircea Geoanăas, en tête des prochaines élections, mais il n'a pas encore annoncé sa candidature.

Publicité

La course à la présidentielle pour remplacer le président sortant Klaus Iohannis se déroule au moyen d'un système de vote à deux tours pour un mandat de cinq ans. Les candidats obtenant une majorité de 50%+1 de l'ensemble des électeurs inscrits au premier tour sont déclarés vainqueurs. Si aucun des candidats n'y parvient, un second tour est organisé entre les deux candidats ayant obtenu les meilleurs scores au premier tour. Le candidat qui obtient la majorité des voix au second tour est déclaré vainqueur. Le mandat du président est de cinq ans. 

Entre les deux tours de l'élection présidentielle, les élections législatives auront également lieu le 1er décembre, fête nationale roumaine. Le système électoral utilisé pour les élections législatives implique que la Chambre des députés et le Sénat soient élus par circonscriptions, sur la base d'un système de liste et de candidatures indépendantes, selon le principe de la représentation proportionnelle à liste fermée. 

Les deux Chambres comptent des nombres de membres différents : la Chambre des députés est composée de 330 députés et le Sénat de 136 sénateurs. Ainsi, pour l'élection de la Chambre des Députés la norme de représentation est d'un Député pour 73,000 habitants, et pour l'élection du Sénat, d'un Sénateur pour 168,000 habitants. Le nombre de députés et de sénateurs à élire dans chaque circonscription est déterminé sur la base de la norme de représentation, en rapportant le nombre d'habitants de chaque circonscription à la norme de représentation.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance