Suivez nous sur

Portugal

Un autre membre du gouvernement portugais licencié dans le dernier scandale d'embauche

PARTAGEZ:

Publié le

on

Un nouveau responsable du gouvernement portugais a été licencié jeudi 5 janvier. C'est un embarras majeur pour l'administration socialiste qui fait actuellement face à de vives critiques pour ses processus de vérification à la suite d'une série de démissions et de scandales.

Bien que les socialistes dirigés par Antonio Costa aient remporté la majorité absolue des sièges au Parlement l'année dernière, le gouvernement a traversé une période difficile avec 11 ministres et secrétaires quittant leur poste, certains en raison d'allégations d'inconduite ou de pratiques douteuses.

Le plus courrier du matin Le journal a rapporté que Carla Pereira a pris ses fonctions de secrétaire d'État à l'agriculture mercredi. Elle se serait fait prendre ses comptes bancaires dans le cadre d'enquêtes sur la corruption de son mari, un ancien maire.

De nombreux partis d'opposition ont exigé qu'elle soit licenciée. Americo Pereira, son mari, a déclaré que seul lui faisait l'objet d'une enquête, et non sa femme.

Bien que le ministère de l'Agriculture ait initialement déclaré qu'elle ne pouvait pas quitter son emploi parce qu'elle n'était accusée d'aucun crime, il a déclaré plus tard qu'elle avait présenté sa démission. Cela a été rapidement accepté.

Pereira n'était pas disponible pour commenter.

Fin décembre, le ministre de l'Infrastructure Départ de Pedro Nuno Santos after a backlash against the hefty severance payment received by a new Treasury Secretary from state-owned airline TAP. This was under the minister’s purview. The secretary also resigned.

Publicité

Après avoir été officiellement inculpé par les procureurs de malversation alors qu'il était maire de 2015-16, Miguel Alves, Costa’s right-handman, resigned en novembre. Alves a nié tout acte répréhensible.

Joao Contrim, the leader of the small, but vocal Liberal Initiative party, said that “We say no” to instability and incompetence. He asked lawmakers to support a motion for no-confidence. This was rejected.

Catarina Martins of the Left Bloc stated that there were too many questionable appointments and added that “for every case closed, a brand new case opens”.

Costa responded to criticism by telling parliament that he would propose to President a new vetting process for the time between the nominations and the actual appointments of government officials in order to “ensure greater transparency & trust.”

He largely dismissed the matter, saying that the most important thing to the Portuguese was his administration’s results (such as strong economic growth and lower unemployment).

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance