Suivez nous sur

Moldavie

Un député italien estime que la loi moldave sur le vote par correspondance viole l'universalité du vote et exclut de nombreux Moldaves à l'étranger

PARTAGEZ:

Publié le

on

Naike Gruppioni, députée italienne et vice-présidente de la Fondation Italie-États-Unis, a fait part de ses inquiétudes concernant la nouvelle législation moldave qui exclut les Moldaves vivant en Italie et dans d'autres pays du droit de voter par correspondance aux prochaines élections présidentielles.

Dans une question soumise au ministre italien des Affaires étrangères et européennes, le législateur souligne que la loi introduite par le gouvernement moldave « viole l'universalité et l'égalité du vote, excluant de nombreux Moldaves à l'étranger, en particulier les 140,000 80 en Italie, qui accueillent XNUMX % des électeurs ». des citoyens moldaves dans l’UE.

Le 1er mars 2024, le gouvernement moldave a adopté une nouvelle législation introduisant le vote par correspondance pour les prochaines élections présidentielles. La loi est toutefois limitée à quelques pays et exclut une grande partie des quelque 1.2 million de Moldaves vivant en dehors de leur pays d'origine.

Dans sa question écrite, Gruppioni souligne que cette loi a suscité des inquiétudes parmi les médias, la société civile et l'opposition quant à sa constitutionnalité et sa compatibilité avec les normes électorales internationales. Elle note également que le gouvernement moldave a révoqué la licence d'un certain nombre de chaînes de télévision du pays sans contrôle approprié, remettant en question l'état des institutions démocratiques du pays.

La question se pose à la lumière du fait que la Moldavie est devenue candidate à l’adhésion à l’UE. Elle écrit que « la Commission européenne a recommandé d'entamer des négociations d'adhésion formelles, mais a noté que la Moldavie a encore besoin de réformes significatives, notamment dans l'administration publique et la démocratisation ».

Questions de Mme Gruppioni au ministre italien des Affaires étrangères :

Publicité
  1. Le gouvernement collaborera-t-il avec les autorités moldaves et les institutions européennes pour promouvoir un cadre électoral non discriminatoire et universel ?
  2. L'Italie a-t-elle été consultée par les autorités moldaves pour obtenir des conseils sur cette législation ?
  3. Quelle est la position de l'Italie face à l'intention de la Moldavie de limiter le vote par correspondance aux États-Unis et au Canada, à l'exclusion des résidents européens ?
  4. Sachant que 12 chaînes de télévision en Moldavie sont actuellement sans licence en raison de décisions gouvernementales critiquées par des ONG internationales pour manque de contrôle juridique, le gouvernement cherchera-t-il une position de l'UE sur ces questions de droits démocratiques en Moldavie ?

Une réponse formelle du ministère est attendue dans les semaines à venir.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance