Suivez nous sur

Moldavie

Le parti SHOR poursuit le gouvernement moldave devant la Cour européenne pour interdiction politique

PARTAGEZ:

Publié le

on

Dans une démarche audacieuse contre ce qu'ils appellent une répression antidémocratique, le parti SHOR de Moldavie s'est tourné vers la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) pour demander une intervention urgente. Le 17 mai 2024, des représentants du parti SHOR ont déposé une requête en vertu de l'article 39 du règlement de la Cour, visant à mettre fin à l'interdiction qui leur a été imposée par le gouvernement moldave l'année dernière - écrit Pavel Verejanu.

La requête du parti SHOR au titre de l'article 39 de la Convention européenne des droits de l'homme vise à obtenir des mesures provisoires pour annuler l'interdiction, invoquant des violations des libertés fondamentales consacrées aux articles 10 et 11. Ces articles, qui protègent la liberté d'expression et de réunion, sont l'épine dorsale des sociétés démocratiques. .

Ce n'est pas la première fois que le parti SHOR se tourne vers la CEDH pour obtenir de l'aide. En septembre dernier, ils ont déposé une requête au fond contestant la légalité de l'interdiction au titre de l'article 34. La décision de la Cour d'entendre l'affaire, la qualifiant d'« affaire à impact », souligne la gravité de la situation.

Alors que la Moldavie se prépare à des élections présidentielles plus tard cette année, le moment choisi pour l'appel du SHOR ne pourrait être plus critique. Le parti est confronté à une course contre la montre pour enregistrer son candidat d’ici début juillet, un délai impossible à respecter en raison de l’interdiction actuelle. Des mesures provisoires sont impératives pour garantir la participation du SHOR et maintenir le processus démocratique.

L’interdiction du SHOR n’est qu’une facette d’une répression plus large contre les voix de l’opposition en Moldavie. Lors des élections locales de novembre dernier, les candidats du SHOR n’ont pas pu se présenter, tout comme les affiliés du Parti de la chance, dressant ainsi un tableau inquiétant de la répression politique.

« Ces actions constituent une tentative flagrante de la part des autorités moldaves de faire taire la dissidence et d'écraser l'opposition démocratique », a fait remarquer Pavel Verejanu, une personnalité éminente du parti SHOR. « C'est un jour sombre pour la démocratie, lorsque les voix politiques sont étouffées et les choix restreints. »

Publicité

Malgré de récentes victoires juridiques, notamment un arrêt de la Cour constitutionnelle de Moldavie jugeant inconstitutionnelle la législation sur la déchéance, les menaces demeurent importantes. Le président du Parlement a fait allusion à de nouvelles mesures visant à exclure le SHOR des futures élections, suscitant des inquiétudes quant à l'érosion des normes démocratiques.

Au milieu de ces défis, le soutien au parti SHOR continue d’augmenter, reflétant une désillusion généralisée à l’égard de l’establishment au pouvoir. La confiance dans le président Sandu et les institutions gouvernementales s'est effondrée, de nombreux Moldaves craignant un glissement vers l'autoritarisme.

« Si nous ne nous opposons pas à ces pratiques antidémocratiques, nous risquons de perdre l’essence même de la démocratie », a prévenu Verejanu. « Notre combat n'est pas seulement pour SHOR, mais pour l'avenir de la Moldavie et les principes qu'elle défend. »

Alors que le parti SHOR attend la décision de la CEDH sur les mesures provisoires, les yeux de la nation et de la communauté internationale sont rivés sur cette bataille de David et Goliath. Le résultat déterminera non seulement les élections à venir, mais pourrait également créer un précédent pour la démocratie dans la région.

Dans un monde où les libertés politiques sont menacées, le parti SHOR considère sa lutte comme une lueur d’espoir pour ceux qui luttent contre l’oppression et pour les principes de la démocratie. En affrontant les géants, ils cherchent à nous rappeler que même les plus petites voix peuvent avoir un grand impact.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance