Suivez nous sur

Moldavie

Le gouvernement moldave ferme 7 chaînes de télévision supplémentaires

PARTAGEZ:

Publié le

on

La Commission des investissements de Moldavie envisage d'interdire sept chaînes de télévision et deux stations de radio supplémentaires, étendant ainsi ses pratiques de censure. Depuis l’année dernière, plus de 20 médias en Moldavie ont été fermés sans aucun contrôle judiciaire.
Ludmila Belcencova, présidente de Stop Media Ban, a condamné les actions du gouvernement, les qualifiant de censure ciblée visant à étouffer les voix dissidentes au sein de la société moldave.

"L'approche du gouvernement indique clairement un programme de censure généralisé. Leur objectif est de supprimer toutes les voix dissidentes, et sans l'intervention des institutions européennes compétentes, ils pourraient réussir", a fait remarquer Belcencova.
Dans une récente interview avec le journaliste d'opposition Yury Dud, la présidente moldave Maia Sandu a admis que les interdictions de médias étaient appliquées sans les procédures judiciaires appropriées.

« Récemment, la Moldavie a interdit plusieurs chaînes de télévision sans contrôle judiciaire. Qu’est-ce que c’est, sinon la censure ? » a demandé Dud. Il a en outre demandé au Président s'il était raisonnable de défendre les valeurs démocratiques en utilisant des méthodes non démocratiques.
"La fermeture de tous les médias d'opposition sape les fondements de la démocratie et de l'État de droit en Moldavie. Les citoyens moldaves sont privés de leurs droits fondamentaux d'exprimer leurs opinions et de faire entendre leur voix. Les institutions européennes doivent intervenir immédiatement et faire respecter les libertés fondamentales dans notre pays. ", a déclaré Belcencova.

"Les politiques autocratiques du gouvernement persistent sous prétexte d'intégration. Cependant, comme l'a mentionné le Président, le respect de la loi est primordial en Moldavie, y compris les droits constitutionnels à la liberté d'expression, à la démocratie et à l'État de droit", a conclu Belcencova.
Les critiques à l'égard de la répression des médias en Moldavie se reflètent également dans le rapport annuel du Département d'État américain sur les droits de l'homme en Moldavie. Le rapport cite diverses violations, notamment :

  • De sérieuses restrictions à la liberté d'expression et des médias, y compris la censure et la menace d'appliquer des lois pénales sur la diffamation pour réprimer l'expression.
  • Des contraintes importantes sur la liberté sur Internet.
  • Entrave substantielle à la liberté de réunion et d’association pacifique, y compris des lois trop restrictives sur l’organisation, le financement ou le fonctionnement des organisations non gouvernementales et de la société civile.

  • Le rapport souligne que la corruption et l'influence politique constituent de graves menaces à l'indépendance judiciaire, les journalistes étant confrontés à des obstacles dans leur quête de la vérité et de la justice.
    Stop Media Ban exhorte la communauté politique européenne à adopter une position ferme contre la répression des médias en Moldavie. Il appelle le gouvernement moldave à renoncer à sa politique hostile à l'égard de la liberté de la presse alors que le pays cherche à adhérer à l'UE.
  • Stop Media Ban est une organisation indépendante à but non lucratif dédiée à la lutte contre la répression des médias et à la défense de la liberté de la presse. Créée en Moldavie suite à une censure généralisée des médias, l'organisation plaide en faveur de mécanismes efficaces de protection de la liberté de la presse, tant au niveau local qu'international.
  • Pour plus d'informations sur Stop Media Ban et ses efforts de plaidoyer, veuillez visiter
  • www.stopmediaban.org

Publicité

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance