Suivez nous sur

Moldavie

Dynamique énergétique changeante : la Moldavie en route vers l’indépendance sous l’influence de la Russie

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

La Moldavie est considérée comme particulièrement vulnérable aux conséquences de la guerre menée par la Russie en Ukraine voisine. Dans le passé, la République de Moldavie dépendait presque exclusivement du gaz naturel russe, sur la base d'un accord avec le groupe Gazprom, mais après le déclenchement de la guerre en Ukraine, elle a accéléré ses efforts pour diversifier ses sources d'approvisionnement et importe actuellement du gaz naturel via Roumanie - écrit Irene Max.

Récemment, la Norvège et la Moldavie ont signé un protocole d'accord pour renforcer la coopération dans le secteur énergétique afin de garantir l'approvisionnement de ce pays d'Europe de l'Est qui tente de mettre fin à sa dépendance de longue date à l'égard de la Russie. L'accord vise à promouvoir et à renforcer la coopération dans le domaine de l'énergie, y compris, mais sans s'y limiter, la transition énergétique et la sécurité énergétique, ainsi qu'à encourager de nouveaux investissements dans le secteur énergétique.

La BERD prête 30.8 millions d'euros à la Moldavie et à sa compagnie publique d'électricité pour relier le réseau du pays à celui de son voisin de l'Union européenne, la Roumanie, en construisant une ligne de transport à haute tension entre la ville moldave de Balti et la frontière roumaine.

L'objectif du projet est d'accroître la sécurité énergétique de la Moldavie en accélérant l'intégration du pays au réseau européen ENTSO-E, ainsi que de renforcer l'intégration du pays avec ses voisins européens.

Conflit Energocom-MoldovaGaz

À partir du 1er mai, MoldavieGaz reviendra au mode normal d'achat de gaz, en bourse, en choisissant le fournisseur qui propose le prix le plus bas. Auparavant, Moldaviegaz était obligée d'acheter du gaz à Energocom, conformément à la décision de la Commission des situations exceptionnelles, fondée sur des arguments de sécurité énergétique.

En fin de compte, MoldavieGaz était en quelque sorte obligé d’acheter du gaz à Energocom, contrairement à toutes les lois et à la logique économique, et ne pouvait pas acheter de carburant bleu sur le marché à des prix inférieurs. Energocom a acheté du gaz pour 300 euros les 1,000 550 mètres cubes et l'a revendu à MoldavieGaz pour 450 euros. En avril, les autorités moldaves ont déclaré qu'elles étaient prêtes à vendre à MoldavieGaz pour 300 euros, alors que sur le marché le prix est de XNUMX euros.

Publicité

Le directeur général de MoldavieGaz, Vadim Ceban, a déclaré dans une lettre adressée à l'Agence nationale moldave de l'énergie que « de mai à septembre 2024, Moldaviegaz pourrait couvrir une partie du gaz nécessaire à la consommation [avec du gaz acheté] à Gazprom et une autre partie, avec du gaz acheté à Gazprom. sur une base concurrentielle en choisissant un fournisseur en vue d'obtenir le prix d'achat du gaz le plus bas et de fournir du gaz aux consommateurs."

Victor Binzari a acheté un volume test de GNL via la Grèce, mais, pour le moment, il semble que l'approvisionnement ait été mis en veille, en raison de quelques problèmes techniques rencontrés lors du processus de démarrage. La décision adoptée par Victor Binzari semble aller dans le sens d’un renoncement à la dépendance au gaz russe, mais, du moins pour le moment, les choses semblent reportées.

Victor Bînzari a déclaré que « nous (Energocom) comprenons très bien qu'il y a de la concurrence sur le marché, qu'il y a des prix de Gazprom, qui sont parfois bien inférieurs à ce qui existe sur le marché, et nous aurons une concurrence assez intéressante, ce que nous n'avons pas fait. ce que j'avais jusqu'à présent depuis 30 ans."

Étant donné que les autorités de Kiev n'ont pas l'intention de prolonger l'accord sur le transport du gaz russe vers l'Europe via l'Ukraine, qui expire à la fin de cette année, cela signifie que les livraisons vers la Transnistrie pourraient également cesser. Les décisions de la République de Moldavie dans le domaine énergétique semblent pour le moins interprétables.

Alors que le ministre de l'Energie, Victor Parlicov, a déclaré que « nous n'empêcherons pas la livraison de gaz russe dans la région. Nous pensons qu'avec l'Ukraine, nous pouvons trouver un moyen de maintenir le calme dans la région de Transnistrie », Victor Binzari, le directeur d'Energocom, semble adopter la même direction, en maintenant une dépendance énergétique produite avec le gaz russe. Un pourcentage de 78 % de l'électricité est fourni par MGRES (une centrale électrique qui dépend du gaz russe gratuit qui transite par l'Ukraine pour atteindre la région de Transnistrie).

Victor Bînzari ne semble pas être en mesure d'identifier des solutions grâce auxquelles la Moldavie, bénéficiant du soutien de l'UE, obtiendrait son indépendance énergétique. Nous notons le fait que, notamment le Conseil européen, à travers le document final SWD (2024) 114, a mis en garde contre la vulnérabilité de la Moldavie aux chocs économiques liés à la guerre d'agression de la Russie en Ukraine et au changement climatique.

Et, dans ce contexte, la question se pose de savoir si la stratégie et les décisions adoptées par Victor Binzari, PDG d'Energocom, encouragent réellement l'achat de gaz russe et le financement de la guerre en Ukraine. Les choix de leadership de Binzari exercent une influence considérable sur l'orientation d'Energocom, qui revêt une importance importante sur le marché plus large de l'énergie.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance