Suivez nous sur

EU

Agitation à Chisinau: des milliers de personnes contre la tentative de Dodon de réduire les pouvoirs de la nouvelle présidente Maia Sandu

Cristian Gherasim

En cliquant sur ce bouton,

on

Des milliers de personnes ont manifesté devant le bâtiment du parlement à Chisinau au cours de la semaine dernière. Plus de 5,000 personnes ont manifesté jeudi à Chisinau (3 décembre) pour protester contre un projet de loi visant à limiter le pouvoir présidentiel en Moldavie, écrit Christian Gherasim.

Les manifestants avaient des pancartes avec: «Nous voulons des médias libres».

"Le régime de Dodon suit les traces de Plahotniuc. Ils essaient de voler nos résultats de vote, ils essaient d'annuler abusivement le vote populaire du 15 novembre", a déclaré Maia Sandu lors d'un point de presse.

Maia Sandu a déclaré que le projet de loi est "un abus non démocratique de la personne qui a perdu l'élection et la confiance du peuple" et accuse Igor Dodon de "planifier de contrôler les stratagèmes de corruption et les institutions de l'Etat".

Le projet de loi veut également placer les services secrets moldaves sous l'influence du Parlement.

"Nous sommes ici aujourd'hui pour défendre notre démocratie, pour défendre notre droit à un pays sans corruption, sans pauvreté, un pays où justice nous est faite. En même temps, nous devons prendre soin de notre santé, c'est pourquoi vous" Depuis près de dix mois, Dodon et son gouvernement ont tout chamboulé, et c'est à cause d'eux que nous devons redescendre dans la rue dans une pandémie pour défendre nos droits. Les gens meurent dans les hôpitaux parce qu'ils n'ont pas de médicaments, les gens n'ont rien à manger et la majorité du PSRM-Şor se préoccupe de réduire les devoirs du président! ", A déclaré Sandu. Radio Chisinau.

Maia Sandu est perçue comme la candidate pro-UE qui a gagné contre le choix de Poutine Igor Dodon, président sortant. Sandu a remporté l'élection présidentielle le mois dernier et, 48 ans, possède trois diplômes en économie et en administration publique, dont un à Harvard. Entre 2010 et 2012, elle a été conseillère auprès de l'un des directeurs exécutifs de la Banque mondiale. Cependant, elle a choisi de quitter Washington, où elle gagnait 10,000 XNUMX dollars par mois et retournait en Moldavie.

le Brexit

Les auditeurs de l'UE soulignent les risques de la réserve d'ajustement au Brexit

Reporter Correspondant UE

En cliquant sur ce bouton,

on

Dans un avis publié aujourd'hui (1er mars), la Cour des comptes européenne (CCE) exprime certaines inquiétudes concernant la récente proposition de réserve d'ajustement pour le Brexit (BAR). Ce fonds de 5 milliards d'euros est un outil de solidarité destiné à soutenir les États membres, les régions et les secteurs les plus touchés par le retrait du Royaume-Uni de l'UE. Selon les auditeurs, si la proposition offre une certaine flexibilité aux États membres, la conception de la réserve crée un certain nombre d'incertitudes et de risques.

La Commission européenne propose que 80% du fonds (4 milliards d'euros) soient accordés aux États membres sous forme de préfinancement après l'adoption du BAR. Les États membres se verraient attribuer leur part de préfinancement sur la base de l'impact estimé sur leurs économies, en tenant compte de deux facteurs: le commerce avec le Royaume-Uni et le poisson pêché dans la zone économique exclusive du Royaume-Uni. En appliquant cette méthode d'allocation, l'Irlande deviendrait le principal bénéficiaire du préfinancement, avec près d'un quart (991 millions d'euros) de l'enveloppe, suivie des Pays-Bas (714 millions d'euros), de l'Allemagne (429 millions d'euros), de la France (396 millions d'euros) et de la Belgique ( 305 M €).

«Le BAR est une initiative de financement importante qui vise à aider à atténuer l'impact négatif du Brexit sur les économies des États membres de l'UE», a déclaré Tony Murphy, membre de la Cour des comptes européenne responsable de l'avis. «Nous considérons que la flexibilité offerte par le BAR ne devrait pas créer d'incertitude pour les États membres.»

Avis n ° 1/2021 concernant la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil établissant la réserve d'ajustement pour le Brexit

Continuer la lecture

coronavirus

Seul état en Europe où pas une seule personne n'a été vaccinée contre le COVID

Cristian Gherasim

En cliquant sur ce bouton,

on

La République de Moldavie est le seul État d'Europe où personne n'a reçu de vaccin anti-COVID. La situation n'est pas non plus excellente dans d'autres pays non membres de l'UE. Alors que dans la plupart des pays de l'UE, la campagne de vaccination est en cours et que nombre d'entre eux devraient déjà recevoir la deuxième dose, certains pays non membres de l'UE n'ont pas encore reçu suffisamment de vaccins. Pourtant, si la Moldavie n'a reçu aucun vaccin, d'autres pays non membres de l'UE ont au moins acquis des vaccins vitaux, écrit Cristian Gherasim.

Jusqu'au 24 février, la Moldavie est restée le seul pays d'Europe à n'avoir pas encore commencé la vaccination contre le coronavirus. Selon le portail Our World in Data, qui recueille des données sur les vaccinations dans le monde, le processus de vaccination a commencé dans tous les pays du continent européen. Le portail ne contient pas de données pour seulement trois pays des Balkans: la Macédoine du Nord, la Bosnie-Herzégovine et la République partiellement reconnue du Kosovo.

Pourtant, selon certaines informations, les vaccinations ont commencé dans le nord de la Macédoine le 17 février.

Dans le Kosovo partiellement reconnu, les vaccinations n'ont pas commencé. Le 13 février, la Bosnie-Herzégovine a annoncé le début de la vaccination avec le vaccin russe Spoutnik V. Selon la presse balkanique, les agents de santé vivant dans l'entité bosniaque sont vaccinés. En Ukraine, la vaccination a commencé le 24 février. Et dans la Roumanie voisine, environ 7% de la population a déjà été vaccinée, en utilisant 1.44 million de doses de vaccin contre le coronavirus.

La République de Moldavie est le pays le plus pauvre d'Europe. Le pays ne s'attendait pas à recevoir de vaccins avant fin février selon un communiqué délivré par le ministre de la Santé.

La situation est particulièrement désastreuse parmi les travailleurs de première ligne, car la République de Moldavie a le taux d'infection le plus élevé d'Europe parmi le personnel médical. Avec une population de 2.6 millions d'habitants, la Moldavie s'attend à recevoir un peu plus de 200,000 XNUMX doses, dans le cadre du programme COVAX de l'ONU, qui vise à rendre les vaccins disponibles aux pays les plus pauvres.

Continuer la lecture

EU

Le Français Sarkozy reconnu coupable de corruption et condamné à la prison

Contributeur clients

En cliquant sur ce bouton,

on

Un tribunal de Paris a retrouvé aujourd'hui (1er mars) l'ancien président français Nicolas Sarkozy (photo) coupable de corruption et de trafic d'influence et l'a condamné à un an de prison et à deux ans avec sursis. Le tribunal a déclaré que Sarkozy avait le droit de demander à être détenu à la maison avec un bracelet électronique. C'est la première fois dans l'histoire moderne de la France qu'un ancien président est condamné pour corruption. Les coaccusés de Sarkozy - son avocat et ami de longue date Thierry Herzog, 65 ans, et le magistrat désormais retraité Gilbert Azibert, 74 ans - ont également été reconnus coupables et condamnés à la même peine que le politicien, écrit Sylvie Corbet, Associated Press.

Le tribunal a estimé que Sarkozy et ses coaccusés avaient scellé un «pacte de corruption», fondé sur des «preuves cohérentes et sérieuses». Le tribunal a déclaré que les faits étaient «particulièrement graves» étant donné qu'ils ont été commis par un ancien président qui a utilisé son statut pour aider un magistrat qui avait servi son intérêt personnel. De plus, en tant qu'avocat de formation, il était «parfaitement informé» de la perpétration d'une action illégale, a déclaré le tribunal. Sarkozy avait fermement nié toutes les allégations portées contre lui lors du procès de 10 jours qui a eu lieu à la fin de l'année dernière. Le procès pour corruption s'est concentré sur les conversations téléphoniques qui ont eu lieu en février 2014.

À l'époque, les juges d'instruction avaient ouvert une enquête sur le financement de la campagne présidentielle de 2007. Au cours de l’enquête, ils ont découvert par hasard que Sarkozy et Herzog communiquaient via des téléphones portables secrets enregistrés sous l’alias «Paul Bismuth». Des conversations sur écoute sur ces téléphones ont conduit les procureurs à soupçonner Sarkozy et Herzog d'avoir promis à Azibert un emploi à Monaco en échange d'une fuite d'informations sur une autre affaire judiciaire, connue sous le nom de la femme la plus riche de France, l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt.

Lors d'un de ces appels téléphoniques avec Herzog, Sarkozy a déclaré à propos d'Azibert: «Je vais le faire monter… Je vais l'aider. Dans un autre, Herzog a rappelé à Sarkozy de «dire un mot» pour Azibert lors d'un voyage à Monaco. Les poursuites judiciaires contre Sarkozy ont été abandonnées dans l'affaire Bettencourt. Azibert n'a jamais décroché le poste à Monaco. Les procureurs ont cependant conclu que la «promesse clairement énoncée» constituait en soi un délit de corruption au regard du droit français, même si la promesse n'était pas tenue. Sarkozy a vigoureusement nié toute intention malveillante. Il a déclaré au tribunal que sa vie politique consistait à «donner un peu d'aide (aux gens). C'est tout, un peu d'aide », a-t-il déclaré lors du procès.

La confidentialité des communications entre un avocat et son client a été un point de discorde majeur dans le procès. «Vous avez devant vous un homme dont plus de 3,700 2017 conversations privées ont été mises sur écoute… Qu'ai-je fait pour mériter ça? Sarkozy a déclaré lors du procès. L'avocate de la défense de Sarkozy, Jacqueline Laffont, a soutenu que toute l'affaire était basée sur un «bavardage» entre un avocat et son client. Le tribunal a conclu que l'utilisation de conversations sur écoute était légale tant qu'elles permettaient de montrer des preuves d'infractions liées à la corruption. Sarkozy s'est retiré de la politique active après avoir échoué à être choisi comme candidat à la présidentielle de son parti conservateur pour les élections françaises de XNUMX, remportées par Emmanuel Macron.

Il reste cependant très populaire parmi les électeurs de droite et joue un rôle majeur dans les coulisses, notamment en maintenant une relation avec Macron, qu'il conseillerait sur certains sujets. Ses mémoires publiés l'année dernière, «The Time of Storms», ont été un best-seller pendant des semaines. Sarkozy fera face à un autre procès plus tard ce mois-ci avec 13 autres personnes accusées de financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012. Son parti conservateur est soupçonné d'avoir dépensé 42.8 millions d'euros (50.7 millions de dollars), presque le double du maximum autorisé, pour financer la campagne, qui s'est soldée par la victoire du rival socialiste François Hollande.

Dans une autre enquête ouverte en 2013, Sarkozy est accusé d'avoir pris des millions de dollars au dictateur libyen de l'époque, Moammar Kadhafi, pour financer illégalement sa campagne de 2007. Il a été accusé de corruption passive, de financement illégal de campagnes, de dissimulation d’avoirs volés à la Libye et d’association criminelle. Il a nié les actes répréhensibles.

Continuer la lecture

Twitter

Facebook

Tendance