Suivez nous sur

EU

NextGenerationEU : un plan de relance et de résilience de 93 millions d'euros en ligne pour le Luxembourg

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a adopté aujourd'hui (18 juin) une évaluation positive du plan de relance et de résilience du Luxembourg. Il s'agit d'une étape importante vers le versement par l'UE de 93 millions d'euros de subventions au titre du mécanisme de relance et de résilience (FRR). Ce financement soutiendra la mise en œuvre des mesures d'investissement et de réforme décrites dans le plan de relance et de résilience du Luxembourg. Il soutiendra les efforts du Luxembourg pour sortir plus fort de la pandémie de COVID-19.

Le RRF – au cœur de NextGenerationEU – fournira jusqu'à 672.5 milliards d'euros (en prix courants) pour soutenir les investissements et les réformes dans l'ensemble de l'UE. Le plan luxembourgeois fait partie d'une réponse coordonnée sans précédent de l'UE à la crise du COVID-19, pour relever les défis européens communs en adoptant les transitions verte et numérique, pour renforcer la résilience économique et sociale et la cohésion du marché unique.

La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a déclaré : « Aujourd'hui, la Commission européenne a décidé de donner son feu vert au plan de relance et de résilience du Luxembourg. Le plan met fortement l'accent sur les mesures qui contribueront à sécuriser la transition verte, démontrant ainsi l'engagement du Luxembourg à créer un avenir plus durable. Je suis fier que NextGenerationEU joue un rôle important dans le soutien de ces efforts. »

La Commission a évalué le plan luxembourgeois sur la base des critères énoncés dans le règlement RRF. L'évaluation de la Commission a notamment examiné si les investissements et les réformes prévus dans le plan luxembourgeois soutiennent les transitions verte et numérique ; contribuer à relever efficacement les défis identifiés dans le semestre européen ; et renforcer son potentiel de croissance, de création d'emplois et de résilience économique et sociale.

Sécuriser la transition verte et numérique du Luxembourg  

L'évaluation de la Commission constate que le plan luxembourgeois alloue 61 % des dépenses totales à des mesures qui soutiennent les objectifs climatiques. Il s'agit notamment de mesures d'approvisionnement en énergie renouvelable d'un projet de quartier résidentiel à Neischmelz, d'un dispositif de soutien au déploiement de bornes de recharge pour véhicules électriques et du dispositif « Naturpakt » incitant les communes à protéger l'environnement naturel et la biodiversité.

La Commission constate que le plan luxembourgeois consacre 32 % des dépenses totales à des mesures d'accompagnement de la transition numérique. Cela inclut des investissements dans la numérisation des services et procédures publics ; digitalisation des projets pour la santé, comme une solution en ligne pour les contrôles de santé à distance ; et la mise en place d'un laboratoire pour tester des connexions de communication ultra-sécurisées basées sur la technologie quantique. En outre, des investissements dans des programmes de formation ciblés fourniront aux demandeurs d'emploi et aux travailleurs en chômage partiel des compétences numériques.

Renforcer la résilience économique et sociale du Luxembourg

La Commission considère que le plan luxembourgeois devrait contribuer à relever efficacement l'ensemble ou un sous-ensemble important des défis identifiés dans les recommandations par pays (CSR) pertinentes. Plus précisément, il contribue à répondre aux RSE sur les politiques du marché du travail en s'attaquant à l'inadéquation des compétences et en améliorant l'employabilité des travailleurs âgés. Il contribue également à accroître la résilience du système de santé, l'augmentation des logements disponibles, les transitions verte et numérique et l'application du cadre de lutte contre le blanchiment d'argent.

Le plan représente une réponse globale et adéquatement équilibrée à la situation économique et sociale du Luxembourg, contribuant ainsi de manière appropriée aux six piliers du règlement RRF.

Soutenir les projets phares d'investissement et de réforme

Le plan luxembourgeois propose des projets dans cinq domaines phares européens. Il s'agit de projets d'investissement spécifiques traitant de questions communes à tous les États membres dans des domaines créateurs d'emplois et de croissance et nécessaires aux transitions verte et numérique. Par exemple, le Luxembourg a proposé des mesures visant à accroître l'efficacité et l'efficience des services de l'administration publique grâce à une numérisation renforcée.

Une économie qui fonctionne pour les personnes Valdis Dombrovskis, vice-président exécutif, a déclaré : « Félicitations au Luxembourg pour avoir conçu un plan de relance dont l'accent sur les transitions verte et numérique va bien au-delà des exigences minimales. Cela apportera une contribution significative à la sortie de crise du Luxembourg, promettant un avenir meilleur à ses jeunes en investissant dans des programmes de compétences numériques, des formations pour les demandeurs d'emploi et les chômeurs, ainsi qu'en augmentant l'offre de logements abordables et durables. Ces investissements permettront à l'économie luxembourgeoise d'être adaptée à la prochaine génération. Il est également bon de voir les projets du Luxembourg d'investir dans les énergies renouvelables et de numériser davantage ses services publics, deux domaines présentant un potentiel de croissance économique solide.

L'évaluation conclut également qu'aucune des mesures incluses dans le plan ne porte atteinte de manière significative à l'environnement, conformément aux exigences énoncées dans le règlement RRF.

Les systèmes de contrôle mis en place par le Luxembourg sont jugés adéquats pour protéger les intérêts financiers de l'Union. Le plan fournit suffisamment de détails sur la manière dont les autorités nationales préviendront, détecteront et corrigeront les cas de conflit d'intérêts, de corruption et de fraude liés à l'utilisation des fonds.

Le commissaire à l'économie, Paolo Gentiloni, a déclaré : « Bien que sa contribution financière soit relativement limitée, le plan de relance et de résilience du Luxembourg devrait apporter de réelles améliorations dans un certain nombre de domaines. L'accent mis sur l'accompagnement de la transition climatique du Grand-Duché est particulièrement positif, avec des mesures importantes pour encourager l'adoption des véhicules électriques et augmenter l'efficacité énergétique des bâtiments. Les citoyens bénéficieront également de la volonté de dynamiser les services publics numériques et de proposer des logements plus abordables. Enfin, je salue le fait que le plan comprend des mesures importantes pour renforcer davantage le cadre de lutte contre le blanchiment d'argent et son application. »

Prochaines étapes

La Commission a adopté aujourd'hui une proposition de décision d'exécution du Conseil visant à octroyer 93 millions d'euros de subventions au Luxembourg au titre du RRF. Le Conseil disposera désormais, en règle générale, de quatre semaines pour adopter la proposition de la Commission.

L'approbation du plan par le Conseil permettrait le versement de 12 millions d'euros au Luxembourg en préfinancement. Cela représente 13% du montant total alloué pour le Luxembourg.

La Commission autorisera d'autres décaissements sur la base de la réalisation satisfaisante des étapes et des objectifs définis dans la décision d'exécution du Conseil, reflétant les progrès réalisés dans la mise en œuvre des investissements et des réformes. 

Plus d'information

Questions et réponses : la Commission européenne approuve le plan de relance et de résilience du Luxembourg de 93 millions d'euros

Centre de récupération et de résilience : questions et réponses

Fiche d'information sur le plan de relance et de résilience du Luxembourg

Proposition de décision d'exécution du Conseil relative à l'approbation de l'évaluation du plan de relance et de résilience du Luxembourg

Annexe à la proposition de décision d'exécution du Conseil relative à l'approbation de l'évaluation du plan de relance et de résilience du Luxembourg

Document de travail des services accompagnant la proposition de décision d'exécution du Conseil

Facilité de relèvement et de résilience

Règlement sur le mécanisme de relèvement et de résilience

Belgique

Le bilan des morts s'élève à 170 dans les inondations en Allemagne et en Belgique

En cliquant sur ce bouton,

on

Le nombre de morts dans les inondations dévastatrices dans l'ouest de l'Allemagne et en Belgique est passé à au moins 170 samedi (17 juillet) après que des rivières ont éclaté et des crues éclair cette semaine ont fait s'effondrer des maisons et déchiré des routes et des lignes électriques, écrire Petra Wischgoll,
David Sahl, Matthias Inverardi à Duesseldorf, Philip Blenkinsop à Bruxelles, Christoph Steitz à Francfort et Bart Meijer à Amsterdam.

Quelque 143 personnes sont mortes dans les inondations de la pire catastrophe naturelle qu'ait connue l'Allemagne depuis plus d'un demi-siècle. Cela comprenait environ 98 dans le district d'Ahrweiler au sud de Cologne, selon la police.

Des centaines de personnes étaient toujours portées disparues ou inaccessibles car plusieurs zones étaient inaccessibles en raison des niveaux d'eau élevés tandis que la communication à certains endroits était toujours en panne.

Résidents et commerçants lutté pour ramasser les morceaux dans les villes battues.

"Tout est complètement détruit. Vous ne reconnaissez pas le paysage", a déclaré Michael Lang, propriétaire d'un magasin de vin dans la ville de Bad Neuenahr-Ahrweiler à Ahrweiler, retenant ses larmes.

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier s'est rendu à Erftstadt, dans l'État de Rhénanie du Nord-Westphalie, où la catastrophe a fait au moins 45 morts.

"Nous pleurons avec ceux qui ont perdu des amis, des connaissances, des membres de leur famille", a-t-il déclaré. "Leur destin nous déchire le cœur."

Environ 700 habitants ont été évacués vendredi soir après la rupture d'un barrage dans la ville de Wassenberg, près de Cologne, ont annoncé les autorités.

Mais le maire de Wassenberg, Marcel Maurer, a déclaré que les niveaux d'eau se stabilisaient depuis la nuit. "Il est trop tôt pour donner le feu vert, mais nous sommes prudemment optimistes", a-t-il déclaré.

Le barrage de Steinbachtal, dans l'ouest de l'Allemagne, restait cependant menacé de rupture, ont déclaré les autorités après l'évacuation de quelque 4,500 XNUMX personnes des maisons en aval.

Steinmeier a déclaré qu'il faudrait des semaines avant que l'intégralité des dégâts, qui devrait nécessiter plusieurs milliards d'euros de fonds de reconstruction, puisse être évaluée.

Armin Laschet, Premier ministre du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie et candidat du parti au pouvoir CDU aux élections générales de septembre, a déclaré qu'il parlerait au ministre des Finances Olaf Scholz dans les prochains jours d'un soutien financier.

La chancelière Angela Merkel devait se rendre dimanche en Rhénanie-Palatinat, l'État qui abrite le village dévasté de Schuld.

Des membres des forces de la Bundeswehr, entourés de voitures partiellement submergées, pataugent dans les eaux de crue à la suite de fortes pluies à Erftstadt-Blessem, en Allemagne, le 17 juillet 2021. REUTERS/Thilo Schmuelgen
Des membres de l'équipe de secours autrichienne utilisent leurs bateaux lorsqu'ils traversent une zone touchée par les inondations, à la suite de fortes pluies, à Pepinster, en Belgique, le 16 juillet 2021. REUTERS/Yves Herman

En Belgique, le nombre de morts est passé à 27, selon le centre national de crise, qui coordonne l'opération de secours là-bas.

Il a ajouté que 103 personnes étaient "disparues ou inaccessibles". Certains étaient probablement inaccessibles car ils ne pouvaient pas recharger leurs téléphones portables ou étaient à l'hôpital sans papiers d'identité, a indiqué le centre.

Au cours des derniers jours, les inondations, qui ont principalement touché les États allemands de Rhénanie-Palatinat, de Rhénanie du Nord-Westphalie et de l'est de la Belgique, ont coupé des communautés entières de l'électricité et des communications.

RWE (RWEG.DE), le plus grand producteur d'électricité d'Allemagne, a déclaré samedi que sa mine à ciel ouvert à Inden et la centrale à charbon de Weisweiler avaient été massivement affectées, ajoutant que la centrale fonctionnait à une capacité inférieure après la stabilisation de la situation.

Dans les provinces du sud de la Belgique, Luxembourg et Namur, les autorités se sont empressées de fournir de l'eau potable aux ménages.

Les niveaux d'eau des crues ont lentement baissé dans les régions les plus touchées de la Belgique, permettant aux résidents de trier les biens endommagés. Le Premier ministre Alexander De Croo et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ont visité certaines zones samedi après-midi.

Le gestionnaire du réseau ferroviaire belge Infrabel a publié des plans de réparation des lignes, dont certaines ne seront remises en service que fin août.

Les services d'urgence aux Pays-Bas sont également restés en état d'alerte élevé, car les rivières débordantes menaçaient les villes et les villages de la province méridionale du Limbourg.

Des dizaines de milliers d'habitants de la région ont été évacués au cours des deux derniers jours, tandis que soldats, sapeurs-pompiers et volontaires ont travaillé frénétiquement vendredi soir (16 juillet) pour renforcer les digues et éviter les inondations.

Les Néerlandais ont jusqu'à présent échappé à une catastrophe à l'échelle de ses voisins et, samedi matin, aucune victime n'avait été signalée.

Les scientifiques disent depuis longtemps que le changement climatique entraînera des averses plus abondantes. Mais déterminer son rôle dans ces pluies incessantes demandera au moins plusieurs semaines à la recherche, ont déclaré des scientifiques vendredi.

Continuer la lecture

République tchèque

NextGenerationUE : la présidente von der Leyen en Tchéquie présentera l'évaluation de la Commission sur le plan de relance national

En cliquant sur ce bouton,

on

Aujourd'hui (19 juillet), la présidente de la Commission Ursula von der Leyen (photo) sera en Tchéquie pour présenter l'évaluation de la Commission sur le plan national de relance et de résilience dans le NextGenerationEU. Lundi matin, la présidente von der Leyen se rendra à Prague pour rencontrer le Premier ministre Andrej Babiš, ainsi que la vice-présidente Věra Jourová. Elle visitera également l'Opéra d'État de Prague et l'Opéra d'État et le Musée national, et discutera des investissements dans l'efficacité énergétique. 

Continuer la lecture

Semaine à venir

La semaine à venir : de Poleaxed à Polexit

En cliquant sur ce bouton,

on

De 'Fit for 55' à Fit for rien

La presse bruxelloise a été épuisée par une semaine de briefings apparemment interminables sur le nouveau paquet de propositions visant à aider l'UE à atteindre son objectif de réduction de 55% des émissions d'ici 2030. Les propositions vont sans aucun doute être valables pendant de nombreuses années. discussions et marchandages au cours des prochains mois - et peut-être des années, mais les inondations de cette semaine en Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique nous rappellent que la situation est urgente, que tout le monde est vulnérable et que l'échec a un coût très élevé. 

La Pologne entre dans un trou noir légal

L'un des principes les plus fondamentaux de l'UE est qu'il s'agit d'une union fondée sur le droit. En un mot, la Commission présente une proposition, puis - généralement - le Parlement européen, composé de députés européens de chaque État membre, et les ministres nationaux du Conseil se battent jusqu'à ce qu'un compromis largement acceptable soit atteint. Ensuite, tout le monde respecte la loi convenue, plus ou moins, avec une tape sur le poignet de temps en temps. Si vous pensez qu'une administration nationale ne respecte pas la loi, vous pouvez protéger vos droits par l'intermédiaire de vos tribunaux. C'est du moins ainsi que cela devrait fonctionner. Plus ou moins. 

Le gouvernement polonais dirigé par le PiS en a cependant décidé autrement. La Cour de justice de l'Union européenne a estimé que le régime disciplinaire des juges polonais ne garantit pas l'impartialité et l'indépendance et est ouvert à l'influence politique. Cela devrait être inquiétant en soi, mais des procédures disciplinaires ont été engagées à la suite de juges ayant introduit une demande de décision préjudicielle devant la Cour de l'UE, punissant en fait des juges pour avoir respecté le fait que la Pologne, en tant que membre de l'UE, a accepté la primauté de Le droit de l'UE sur le droit national. Plutôt que de rectifier la situation, le gouvernement polonais redouble d'efforts. 

Aujourd'hui (16 juillet), un porte-parole du gouvernement polonais a déclaré aux journalistes que l'arrêt de la Cour européenne sur la chambre disciplinaire est inconstitutionnel, qu'il n'y a aucune raison de l'appliquer en Pologne et qu'il attend de la Commission européenne qu'elle agisse dans le cadre des traités. Il s'agit d'un Polexit de facto, sinon de jure. L'UE devra agir et rapidement.

D'autres affaires:

Le Conseil Agriculture et pêche (19 juillet) discutera du plan d'action biologique, qui vise à rendre au moins 25 % des terres agricoles de l'UE biologiques d'ici 2030 ; discuter de questions commerciales; le bien-être des dindes et l'initiative citoyenne européenne « End the Cage Age ».

Un conseil informel des ministres de l'environnement en Slovénie (20-21 juillet) discutera du paquet FF55 (voir ci-dessus) les préparatifs de la COP26 à Glasgow en novembre ; biodiversité ; et un rapport sur la mise en œuvre de l'initiative des pollinisateurs.

Une réunion des ministres de la recherche (21 juillet) discutera de l'Espace européen de la recherche et du Pacte pour la recherche et l'innovation en Europe. Les ministres de la compétitivité (22 juillet) discuteront de la transition vers une économie circulaire et des industries créatives en tant que générateur de valeur ajoutée dans l'économie.

Une réunion informelle des ministres européens (22-23 juillet) abordera : la politique d'élargissement ; la règle de droit; et les activités relatives à la Conférence sur l'avenir de l'Europe.

Quant au Parlement européen, la semaine prochaine, les députés seront impliqués dans « des activités parlementaires externes et des travaux de circonscription », ou comme on dit dans le langage courant, « en vacances ». C'est probablement un peu injuste. Les vacances officielles du parlement commencent la semaine suivante. Étant donné qu'être député européen est plus une vocation qu'un travail ordinaire, on peut se demander s'ils sont vraiment en vacances. Nous espérons qu'ils auront l'occasion de se lever et de recharger leurs batteries.

le Brexit 

Jeudi (22 juillet), le Royaume-Uni présentera *sa* voie à suivre sur le protocole d'Irlande du Nord (NIP) au parlement de Westminster. Le PIN fait, bien sûr, partie de l'accord de retrait UE-Royaume-Uni, donc on aurait pu penser que ce serait quelque chose dont le Royaume-Uni discuterait avec l'UE au préalable - mais apparemment pas.

Et si vous pensiez que la confiance au Royaume-Uni était au plus bas à Bruxelles…

Le gouvernement britannique a réussi à unir les partis politiques d'Irlande du Nord sur au moins un sujet, un effondrement complet de la confiance dans le gouvernement de Boris Johnson. La proposition du secrétaire d'État britannique pour l'Irlande du Nord Brandon Lewis d'une amnistie pour toutes les poursuites contre les personnes impliquées dans les « Troubles », les trente années de conflit en Irlande du Nord, a suscité l'incrédulité de tous les côtés. 

Il n'y a pas de solutions faciles dans les situations d'après-conflit. Comme l'a écrit Seamus Heaney : « Personne ne peut réparer un tort, infligé ou subi », mais le fait de balayer la recherche de réponses et de justice avec une amnistie générale unilatérale a tout aliéné. 

La présidente Ursula von der Leyen se rendra en République tchèque pour présenter l'approbation par la Commission de son plan de relance national (19 juillet) et, mardi (20 juillet), elle rencontrera Bill Gates. 

Le Collège des Commissaires aura lieu mardi, le mercredi étant un jour férié belge. 

Jeudi, la Banque centrale européenne aura sa mise à jour mensuelle régulière. Ce sera le premier depuis la présentation de sa revue stratégique le 8 juillet.

FIN

Continuer la lecture
Publicité
Publicité

Tendance