Suivez nous sur

Antisémitisme

L'antisémitisme contredit notre objectif commun de travailler à une solution à deux États

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Les résultats de l'étude commanditée par l'UE par l'Institut Georg-Eckert (GEI) publiée en juin dernier sur les manuels scolaires palestiniens, présenté au Parlement le 2 septembre, nous a pris, certains députés européens, par surprise. Le rapport concluant que le programme ne répond pas aux normes de l'UNESCO dans son intégralité, Maciej Popowski, directeur général adjoint pour la politique de voisinage et les négociations d'élargissement, dont la direction a commandé l'étude, a bien résumé les conclusions indiquant, "Il est très clair que l'étude révèle l'existence de contenus très profondément problématiques qui restent très préoccupants", écrivez Frederiqe Ries, députée européenne (groupe Renew Europe), Ilana Cicurel, députée européenne (groupe Renew Europe), Dietmar Köster, député européen (Socialistes et démocrates) et Niclas Herbst, député européen (Union chrétienne-démocrate).

En effet, le rapport du GEI a confirmé les précédents rapports que les accords de paix et les propositions avec Israël, qui figuraient dans les manuels scolaires de l'AP, ont été retirés de l'itération actuelle du programme. Il a en outre confirmé que les éditions publié depuis 2017 sont maintenant remplis d'insertions troublantes de contenu et d'images antisémites, de discours de haine et d'incitation directe à la violence, au martyre et au djihad dans presque tous les niveaux et matières. L'impact direct de ces programmes s'est fait sentir au cours des deux derniers mois lors de la recrudescence des Gewalt en Israël, avec des manuels incitant étudiants à la violence, leur ordonnant de commettre le djihad et de mourir en martyrs en libérant la mosquée Al-Aqsa.

Les inquiétudes suscitées par de telles conclusions dans le rapport du GEI sont justifiées, car il est tout à fait évident que les manuels scolaires palestiniens se sont constamment détériorés au cours des trois dernières années. Pas plus tard que la semaine dernière, lors de la plénière, le Parlement européen a adopté une résolution critiquant l'AP pour avoir créé et enseigné de nouveaux matériels violents et haineux avec l'aide de l'UE et insistant pour examiner l'AP afin de "modifier rapidement le programme". Dans la résolution, ils ont réitéré précédemment adopté résolutions insistant sur le fait que le financement de l'UE à l'AP "doit être subordonné" à l'enseignement d'une réforme du programme d'études pour adhérer pleinement aux normes de l'UNESCO en matière de paix et de tolérance".

Les contenus violents et haineux sont mesurés en termes de cas manifestes d'incitation, de haine et d'antisémitisme identifiés. Certains de nos collègues députés européens sont plus positifs dans leur approche Il n'est pas clair comment une telle approche positive pourrait être adoptée, alors que le directeur du GEI, le propre professeur Dr. Eckhardt Fuchs discours devant le Parlement en septembre 2021, il a déclaré que le programme de l'Autorité palestinienne ne répond pas aux normes de l'UNESCO compte tenu de la manière dont nous pouvons y « trouver des incitations à la haine, des éléments antisémites et nous l'avons dit très clairement ».

L'AP elle-même a également rejeté sans équivoque les conclusions du rapport du GEI avec le responsable du programme d'études de l'AP au ministère de l'Éducation, Tharwat Zaid, indiquant le mois dernier que des changements ne seront pas apportés au programme et que l'AP rejette les conclusions du rapport de l'UE sur les manuels de l'AP. Le Premier ministre palestinien Shtayye a déclaré de la même manière dans un cabinet de juin 2021 discours en réaction aux conclusions du rapport du GEI selon lesquelles le programme palestinien "ne peut être jugé selon des normes très éloignées de l'histoire et de la culture du peuple [palestinien]", tandis que le ministre palestinien des Affaires étrangères Maliki a affirmé Valérie Plante. le mois dernier qu'ils ne modifieront pas le programme d'études sur les demandes de conditionnalité de financement sur une réforme des programmes d'études.

Au sujet de la conditionnalité, il convient de préciser que notre point de vue a toujours été qu'une réserve devrait être retenue jusqu'à ce que les programmes palestiniens répondent aux normes internationales. Cela ne doit en aucun cas être confondu avec l'arrêt du financement dans son intégralité et ne doit pas être considéré comme une suppression d'une partie du budget, la réserve étant dégelée lorsque les normes internationales seront enfin respectées.

En tant que députés au Parlement européen, il est de notre devoir de défendre les valeurs européennes. Le Parlement européen a demandé à plusieurs reprises à l'AP de promouvoir une éducation de qualité pour les enfants palestiniens qui adhère aux normes de l'UNESCO et soutient une solution à deux États. En cette période délicate, nous appelons nos collègues à soutenir ces appels et nos propres engagements respectifs à combattre la haine et l'antisémitisme.

Publicité

Moins de 80 ans après la perpétration du pire crime contre l'humanité que notre continent ait connu, l'Holocauste, et une semaine à peine après que des milliers de personnes, dont certains de nos collègues eurodéputés, ont marché vers le camp de la mort d'Auschwitz dans le cadre de la marche annuelle des vivants , nous devons montrer que lorsque nous disons "Plus jamais ça", nous le pensons. Accessoirement le thème de la marche de cette année était l'importance de transmettre la responsabilité de la mémoire et de l'éducation de l'Holocauste à la prochaine génération. Cette prochaine génération doit inclure la prochaine génération d'écoliers palestiniens qui, avec l'aide de notre financement, ne sont même pas enseigné que l'Holocauste s'est produit.

L'éducation à une identité nationale palestinienne qui soutient les aspirations à l'autodétermination ne doit pas se faire au détriment de la vérité et de l'histoire. Un peuple qui voudrait que son propre sort soit reconnu doit aussi comprendre celui de ses voisins. La critique d'Israël est acceptable, mais elle doit être enseignée dans un contexte qui respecte les normes de paix internationales, humanise les Juifs et les Israéliens et rejette la violence de toutes les parties.

Ce n'est pas seulement le révisionnisme historique qui est évident, mais les tropes antisémites manifestes qui prédominent dans les cartes d'étude publiées pour l'année universitaire 2021-2022. Les caractéristiques des Juifs sont dépeints comme sournois, traîtres et hostiles, le canard antisémite classique que les Juifs (et les sionistes, qui sont confondus) Contrôle événements mondiaux à travers l'influence juive est mis en évidence pour ne pas mentionner ouvertement dénégation du droit du peuple juif à l'autodétermination et de l'existence d'une identité nationale juive.

De tels clichés antisémites contrastent fortement avec la stratégie de l'UE de lutte contre l'antisémitisme et de promotion de la vie juive, publié en octobre 2021 sur fond de montée inquiétante de l'antisémitisme. Appelant à « veiller à ce que les fonds extérieurs de l'UE ne soient pas mal affectés à des activités qui incitent à la haine et à la violence, y compris contre le peuple juif » et notant que « tout matériel qui va à leur encontre risque de porter atteinte à la paix et à la coexistence et n'a pas sa place dans les manuels scolaires ou des salles de classe », il est évident qu'il y a lieu de s'inquiéter.

En matière de financement, la responsabilité est primordiale. C'est quelque chose dont les participants au Comité de liaison ad hoc, prévu pour début mai, doivent également se souvenir. Établi "pour promouvoir la coopération entre les parties et la communauté des donateurs à l'appui de la solution à deux États, du développement de l'économie palestinienne et du renforcement des institutions", l'AHLC a le potentiel de soutenir les questions critiques dans l'arène palestinienne, mais une surveillance complète avec en ce qui concerne l'affectation des dons est impérative.

Certains confondent les appels à un meilleur contrôle budgétaire en ce qui concerne le financement de l'UE avec l'opposition au financement de l'UE pour l'Autorité palestinienne. Nous réitérons notre soutien sans réserve au financement de l'UE pour l'AP, mais l'argent des contribuables de l'UE ne doit jamais être utilisé à mauvais escient pour l'incitation et la perpétuation de l'antisémitisme qui contredit notre objectif commun de travailler pour la paix et une solution à deux États.

Frederiqe Ries est députée européenne du groupe Renew Europe et vice-présidente.

Ilana Cicurel est députée européenne du groupe Renew Europe et membre de la commission de la culture et de l'éducation.

Dietmar Köster est député européen des Socialistes & Démocrates et membre de la commission des affaires étrangères.

Niclas Herbst est député européen de l'Union chrétienne-démocrate et vice-président de la commission des budgets du Parti populaire européen.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance