Suivez nous sur

l'Iran

"Le peuple iranien est prêt à renverser le régime", déclare le chef de l'opposition aux députés

PARTAGEZ:

Publié le

on

La présidente élue du Conseil national de la résistance iranienne, Maryam Radjavi, a exhorté les députés européens à soutenir une position beaucoup plus dure de l'UE et de ses États membres contre le régime théocratique de Téhéran. Elle a déclaré que le peuple de son pays s'était soulevé contre le fascisme religieux et elle a critiqué l'inaction européenne en réponse aux exécutions de manifestants, écrit le rédacteur politique Nick Powell.

Maryam Radjavi est revenue au Parlement européen quatre ans après sa dernière visite, une période qui a vu une croissance massive de la résistance populaire au pouvoir des mollahs en Iran. Elle est maintenant présidente élue du principal organe d'opposition, le Conseil national de la résistance iranienne. Sa lutte a duré toute une vie, puisqu'elle a participé à des manifestations étudiantes contre le régime dictatorial du dernier Shah.

Des dizaines d'eurodéputés de différentes formations politiques sont venus entendre Maryam Radjavi. Elle a déclaré que 112 prisonniers avaient été exécutés par le régime depuis le début du mois de mai, dans le but de créer une atmosphère de terreur pour empêcher de nouveaux soulèvements. Le peuple avait répondu par des protestations contre ces brutales meurtres mais la réponse de l'Europe a été décevante.

"Malheureusement, nous assistons à un manque d'action de la part de l'Union européenne et de ses États membres", a-t-elle déclaré. « L'opposition aux exécutions n'est-elle pas un des principes bien connus de l'Union européenne ? Alors pourquoi, en ce qui concerne l'Iran, les intérêts économiques et les considérations politiques minimisent l'importance de la situation des droits de l'homme ? »

"Je suis ici aujourd'hui pour être la voix des manifestants en Iran, en particulier des femmes, qui se sont soulevés contre la dictature religieuse", a-t-elle ajouté, affirmant que son message était que le peuple iranien s'est levé pour renverser le fascisme religieux. "Ils rejettent la tyrannie sous toutes ses formes et persisteront dans leur combat jusqu'à ce qu'ils obtiennent la liberté et la démocratie."

Stanislav Polčak du groupe PPE a déclaré que le Parlement européen doit soutenir la création d'une république démocratique et laïque en Iran et a décrit le Conseil national de la Résistance comme la seule opposition active au régime. Un autre député européen du PPE, Ivan Štefanec, a déclaré que sous la direction de Maryam Radjavi, les Iraniens sont « plus proches que jamais de leur liberté ». Il a exhorté ceux qui pensaient encore qu'il était possible pour l'UE d'avoir une relation constructive avec le régime de se souvenir de la leçon de l'histoire, que « face au fascisme, l'apaisement ne fonctionne pas ».

Ryszard Czarnecki du groupe ECR a condamné ceux qui espéraient toujours que les affaires se déroulent comme d'habitude avec le régime iranien, affirmant que les mollahs devraient payer le prix fort pour fournir des drones à la Russie pour une utilisation dans sa guerre en Ukraine. Mais Jan Zahradil, également de l'ECR, a averti que certains politiciens européens et américains sont à l'aise avec le statu quo, car ils croient toujours qu'ils pourraient conclure des accords avec le régime.

Publicité

A l'intérieur de l'Iran, la résistance organisée se développe. Le Conseil national de la résistance et son élément central, l'Organisation des Moudjahidine du peuple (MEK), ont inlassablement recherché un changement démocratique. Son programme en 10 points appelle à une république avec séparation de la religion et de l'État, pleines libertés individuelles et sociales, égalité des sexes, autonomie pour les nationalités ethniques, élimination de la peine de mort, système judiciaire indépendant, marché libre, dissolution des gardiens de la révolution et un Iran non nucléaire avec une coexistence et une coopération internationales et régionales.

Maryam Radjavi a appelé l'Union européenne à inclure les Gardiens de la révolution dans sa liste d'organisations terroristes, à déclencher le soi-disant "mécanisme de relance" dans l'accord sur le nucléaire iranien de 2016 qui rétablirait les sanctions de l'ONU contre le régime, à désigner le régime comme un menace grave pour la paix et la sécurité mondiales et de reconnaître le droit du peuple iranien à lutter pour renverser le régime, ainsi que ce qu'elle a appelé « la lutte légitime de la jeunesse iranienne » contre les gardiens de la révolution.

Les protestations, dit-elle, avaient rejeté à la fois la dictature cléricale actuelle et la dictature du Shah qui l'avait précédée; c'étaient de fausses alternatives. « Le peuple iranien est prêt à renverser le régime.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance