Suivez nous sur

Bavière

Contrer l'inflation avec une hausse des taux, le ministre bavarois exhorte la BCE

En cliquant sur ce bouton,

on

Une inflation plus élevée aggrave le sort des épargnants et la Banque centrale européenne devrait réagir en augmentant ses taux d'intérêt de 0%, a déclaré le ministre des Finances de Bavière, Albert Fueracker (photo), raconté quotidiennement Bild dans des commentaires publiés mercredi 2 juin.

L'inflation annuelle des prix à la consommation en Allemagne s'est accélérée en mai, dépassant l'objectif de la BCE proche mais inférieur à 2%, a annoncé lundi l'Office fédéral des statistiques.

Les prix à la consommation, harmonisés pour les rendre comparables aux données d'inflation des autres pays de l'Union européenne, ont augmenté de 2.4% en mai, contre 2.1% en avril.

"L'Allemagne est un pays d'épargnants. La politique de taux d'intérêt zéro de longue date de la BCE est un poison pour les plans d'épargne typiques", a déclaré Fueracker, membre de l'Union chrétienne-sociale conservatrice de Bavière (CSU), au quotidien à grand tirage.

"En combinaison avec l'inflation désormais croissante, l'expropriation pour les épargnants devient de plus en plus perceptible. La Bavière avertit depuis des années qu'il faut mettre fin à la politique de taux d'intérêt zéro - il est maintenant grand temps", a-t-il ajouté.

Les Allemands conservateurs se plaignent depuis longtemps que les taux d'intérêt de 0% de la BCE nuisent aux épargnants car ils se retrouvent avec peu ou pas de gain - un problème aggravé par la hausse de l'inflation érodant la valeur de leurs pépins.

Les chiffres des prix de lundi pour mai ont montré qu'une mesure nationale de l'inflation a atteint 2.5%, le niveau le plus élevé depuis 2011.

Sous le titre « L'inflation ronge notre épargne », Bild a publié un article séparé mettant en garde : « Les travailleurs, les retraités et les épargnants allemands ont peur à cause de la forte inflation !

Mardi, le ministre de l'Economie du gouvernement fédéral allemand, Peter Altmaier, a déclaré qu'il "suivait de très près cette évolution avec l'inflation" mais ne pouvait pas encore se prononcer.

Les Allemands votent lors d'une élection fédérale le 26 septembre. Jusqu'à présent, l'inflation n'a pas gagné du terrain en tant que problème de campagne, mais elle devrait dépasser les 3% plus tard cette année, car une hausse des impôts et des effets statistiques ajoutent aux pressions sur les prix. En savoir plus

Déjà les plus grands critiques de la politique de la BCE, certains Allemands conservateurs craignent que la banque centrale ne soit excessivement complaisante à l'égard de l'inflation et que sa politique d'argent facile n'annonce une nouvelle période de hausse des prix.

Publicité

Twitter

Facebook

Publicité

Tendance