Suivez nous sur

France

« Nous avons sauvé la République ! -Le Nouveau Front populaire revendique la victoire sur Macron et Le Pen

PARTAGEZ:

Publié le

on

Le principal résultat des élections à la sortie des urnes place le Nouveau Front populaire de gauche sur la bonne voie pour devenir le plus grand bloc à l’Assemblée nationale française, à l’issue du deuxième tour des élections anticipées convoquées par le président Macron. Le sondage Ipsos pour France Télévisions prévoit entre 172 et 192 sièges pour le NPF, 150-170 pour l'Alliance Ensemble d'Emmanuel Macro et 132-152 pour le Rassemblement national de Marine Le Pen, en tête après le premier tour d'une semaine. il y a.

Les 57-67 députés des Républicains, successeurs des gaullistes, devraient être divisés entre ceux qui soutiendraient le choix de Le Pen comme Premier ministre, Jordan Bardella, et ceux qui voteraient toujours contre un parti qu'ils perçoivent comme une menace fondamentale pour le parti. Ve République, fondée par Charles De Gaulle.

Dès la publication du sondage, Jean Luc Mélenchon, leader du Nouveau Front populaire, a proclamé avoir « sauvé la République ». Une grande partie de ses tirs étaient dirigés contre le président Macron, largement critiqué pour avoir déclenché les élections en premier lieu. Il l'a appelé à reconnaître sa défaite et à ne pas tenter de la contourner d'une manière ou d'une autre.

« C'est le devoir du Président de faire appel au Nouveau Front Populaire pour diriger le pays », a-t-il déclaré. Il a ajouté qu'une coalition avec des partis extérieurs au bloc NPF n'était pas acceptable, même si elle ne se dirige pas vers une majorité globale des 577 sièges de l'Assemblée nationale. Ils ne négocieraient pas mais chercheraient à mettre en œuvre leur programme, qui promet un meilleur accord pour les travailleurs et des impôts plus élevés pour les riches.

La plupart des sièges du NPF seront occupés par des députés du parti La France Insoumise de Mélenchon et des socialistes dirigés par Oliver Faure. Il s'est exprimé peu après Mélenchon et a déclaré qu'il devrait y avoir un gouvernement avec « un seul programme, celui du Nouveau Front populaire.

M. Faure a prévenu les Républicains et les députés de l'alliance présidentielle Ensemble qu'ils « ne devraient jamais voter aux côtés de l'extrême droite, pour empêcher le Nouveau Front populaire de diriger le pays ».

Publicité

Jordan Bardella a déclaré à ses partisans rassemblés dans l'espoir de célébrer une victoire du Rassemblement national qu'une alliance « contre nature » et « déshonorante » avait « privé le peuple français ». Il faisait référence à la pratique, établie de longue date dans la politique française, selon laquelle les candidats classés en troisième position des partis opposés à l'extrême droite se retirent en faveur de candidats mieux placés pour vaincre le Rassemblement national et ses partis prédécesseurs.

"Ce soir, ces alliances jettent la France dans les bras de l'extrême gauche de Jean-Luc Mélenchon", a déclaré Jordan Bardella. Il a néanmoins affirmé qu'en doublant son nombre de députés à l'Assemblée nationale, son parti avait posé « les premières pierres de la victoire de demain ». C'est un sentiment que Marine Le Pen a partagé lorsqu'elle a pris la parole : « la victoire n'a été que retardée », a-t-elle déclaré.

Le Premier ministre Gabriel Attal, qui fait partie de l'alliance Ensemble, a déclaré qu'il remettrait sa démission à Emmanuel Macron. Le président lui-même ne devrait pas s'exprimer dans l'immédiat, un communiqué publié en son nom indiquant qu'il analysera d'abord les résultats et ensuite « respectera le choix du peuple français ».

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance