Suivez nous sur

coronavirus

Alors qu'Omicron déferle, un hôpital français grince sous le manque de personnel

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

La médecin des urgences Abigael Debit passe de plus en plus son temps à trouver des lits pour les patients COVID-19, que ce soit dans sa propre clinique publique-privée en dehors de Paris ou dans les hôpitaux voisins, alors que la variante contagieuse Omicron déchire la France.

Les données scientifiques montrent un risque plus faible de maladie grave d'Omicron par rapport à la variante Delta, mais le grand nombre d'infections signifie que le système de santé français est à nouveau sous pression, comme ailleurs en Europe.

Le personnel médical est fatigué et il y a des pénuries de personnel, résultat des démissions et d'une augmentation du nombre de médecins et d'infirmières qui contractent le virus et partent en arrêt maladie. Pendant ce temps, les services à remplissage rapide entraînent des transferts de patients et le retard des procédures non urgentes.

"Nous avons moins de lits dans notre service de soins intensifs et moins de lits dans notre service COVID par rapport à la première vague", a déclaré Debit entre les contrôles des patients à l'hôpital Saint Camille où elle travaille.

Publicité

Son unité reçoit des patients d'urgence qui auront besoin de soins hospitaliers. Les patients COVID-19 occupent 10 des 13 lits qu'elle gère. Le service COVID de 29 lits de son hôpital est plein. Environ 80 % des patients y sont non vaccinés.

La France a signalé une enregistrement 368,149 cas le mardi (11 janvier). Le nombre de patients COVID-19 nécessitant une hospitalisation avoisine un sommet de huit mois, mais un exode de personnel rend plus difficile la prestation de soins.

"Il y a du personnel en arrêt maladie. Et il y a eu des démissions (...) au cours des différentes vagues COVID, donc il y a une vraie lassitude", a déclaré Debit.

Publicité
Des personnes portant des masques protecteurs marchent dans le jardin des Tuileries à Paris au milieu de l'épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19) en France, le 5 janvier 2022. REUTERS/Gonzalo Fuentes
Des personnes portant des masques protecteurs marchent dans le jardin des Tuileries à Paris au milieu de l'épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19) en France, le 5 janvier 2022. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Son hôpital a dû réduire le nombre de lits de soins intensifs qu'il exploite à sept contre 13 lorsque l'épidémie a éclaté pour la première fois.

Des centaines de médecins ont manifesté mardi à Paris contre les salaires et les conditions de travail. Les syndicats soutiennent que l'épidémie n'a fait qu'accélérer ce qu'ils disent être une baisse des conditions de travail dans les hôpitaux français depuis des années.

"COVID est un bouc émissaire pratique mais ce n'est pas la raison pour laquelle le personnel est épuisé. Le personnel est épuisé depuis des années", a déclaré l'assistante médicale Isabelle Pugliese lors du rassemblement.

Le ministre de la Santé Olivier Veran a déclaré qu'il était trop tôt pour savoir si la poussée d'Omicron avait atteint un pic en France.

L'objectif du président Emmanuel Macron est d'obtenir des coups de feu et de resserrer les restrictions sur les libertés des personnes non vaccinées.

La patiente Nicole Legaye a déclaré qu'elle aurait aimé pouvoir être vaccinée, mais qu'elle n'a pas pu en raison d'une allergie grave.

"Je ne suis pas anti-vaxxer", a déclaré le joueur de 70 ans. "Quand ils ont dit que je ne pouvais pas être vaccinée, j'ai dû écouter", a-t-elle déclaré avec un haussement d'épaules résigné.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.
Publicité
Publicité

Tendance