Suivez nous sur

République tchèque

La nouvelle coalition tchèque face à un agenda difficile - entretien avec Petr Ježek

PARTAGEZ:

Publié le

on

Aujourd'hui (28 novembre), Petr Fiala a été nommé Premier ministre de la République tchèque par le président Miloš Zeman. La nomination fait suite à des élections où le parti au gouvernement a remporté le plus de sièges, mais où une coalition de partis d'opposition a agi ensemble pour former un gouvernement de coalition*. EU Reporter s'est entretenu avec l'ancien diplomate et ancien eurodéputé libéral Petr Ježek au sujet du nouveau gouvernement. 

EU Reporter (EUR) : Que savons-nous de Petr Fiala, le nouveau Premier ministre tchèque ?

PJ (Petr Ježek) : Fiala est un homme politique tchèque bien connu et expérimenté. Il était déjà membre de l'un des anciens gouvernements et président du Parti conservateur tchèque, je dirais, qui dirige la coalition.

EUR : Est-ce une coalition stable ?

PJ : Cela reste à voir. La logique derrière la consolidation de cette coalition était d'apporter un changement et de renverser le Premier ministre populiste André Babis. Il peut y avoir des différences entre les conservateurs et les libéraux au sein de la coalition, mais je pense que l'essentiel est qu'ils veulent être responsables et apporter les changements qui ramèneront la République tchèque dans la famille des pays européens normaux, car avec un Premier ministre populiste et président populiste, ce n'était pas le cas.

Tout en saluant le nouveau gouvernement et le changement qu'il apporte, Ježek ne sous-estime pas les défis auxquels le nouveau gouvernement est confronté. 

Publicité

PJ : Je pense qu'il y a un certain nombre de problèmes qui rendent la vie difficile au nouveau gouvernement, non seulement parce qu'il s'agit d'un partenariat à cinq, mais parce qu'il y a toujours le président de la République tchèque (Zeman), qui avec ses collaborateurs et les collaborateurs se comportent sans scrupules. Ils font ce qu'ils veulent, quelle que soit la constitution, c'est un problème. 

L'autre est la fonction publique, les gens qui étaient fidèles au premier ministre ont été nommés et non sur la base de leurs qualifications et de leur qualité. Nous avons donc une fonction publique très inefficace.  

L'autre problème sera que l'opposition au parlement sera soit des partis populistes, soit des partis extrémistes, où chaque erreur du gouvernement sera utilisée par eux. À cet égard, il existe également une dimension plus large [pour l'ensemble de la région de Visegrad] selon laquelle l'opposition aux dirigeants populistes en Hongrie et en Pologne devra faire équipe et constituer une coalition plus large afin de gagner, si la coalition de la République tchèque est une réussite, elle les renforcera, cela les aidera ; mais sinon cela peut très bien renforcer les leaders populistes. La responsabilité n'est donc pas seulement pour la République tchèque. 

Ježek dit qu'il y a aussi tout un héritage pour tout nouveau gouvernement.

PJ : Tout d'abord, il y a des problèmes urgents comme la pandémie de COVID, les prix de l'énergie et l'énorme déficit budgétaire. Ces problèmes sont énormes, mais cela mis à part, il y a aussi la nécessité de s'occuper des défaillances du gouvernement précédent qui n'a pas réussi à moderniser le pays. Ils n'ont pas amélioré les autoroutes, sans parler des nouvelles technologies ou de l'agenda vert. Le gouvernement fait donc face à d'énormes défis qui ne seront pas faciles face à une opposition composée de populistes et d'extrémistes. 

EUR : le parti de Fiala faisant partie du groupe ECR qui comprend également le Parti polonais de la loi et de la justice, qui remet en cause l'état de droit, notamment à travers la politisation de la justice. Pensez-vous que Fiala soutiendra ses collègues polonais du groupe ECR ? Ou adoptera-t-il une position différente qui défend l'État de droit ?

PJ : Je dirais que Petr Fiala est une personne réaliste et quelqu'un de bonnes intentions. Il y a un certain héritage dans le parti de l'ancien président Vaclav Klaus, qui était Premier ministre et président et il était fermement contre l'euro et d'autres aspects d'une Union européenne plus étroite, qui pèse toujours sur le parti et je dirais qu'il y a encore pas mal de députés européens, qui font partie du groupe ECR, qui partagent ce point de vue, qui pensent que ce qui se passe en Hongrie et en Pologne n'est qu'une affaire pour les deux pays et cela n'a rien à voir avec l'UE. 

J'espère que le Fiala rassemblera des courants pour transformer le parti sur le modèle des partis européens de droite réguliers, comme la CDU en Allemagne, par exemple, qui souhaite que tous les États membres respectent l'État de droit et d'autres engagements. J'espère que lorsqu'il rencontrera ses homologues au sein du Conseil européen, cela le renforcera et cela contribuera à façonner son point de vue sur cette question.

EUR : Petr, je vous connais depuis votre temps en tant que député européen au sein de la commission TAX3, qui a été mise en place après de nombreux scandales, tels que LuxLeaks et les Panama Papers. Il s'est passé beaucoup de choses au cours de la dernière année, que pensez-vous de ces développements ? Et aussi, nous savons que l'un des politiciens les plus en vue qui a été mentionné dans la fuite la plus récente des journaux Pandora était Andre Babis. Est-ce qu'il se passe quelque chose à ce sujet ? 

PJ : Eh bien, je pense qu'il y a eu d'énormes changements non seulement dans l'atmosphère, mais dans l'effort pour rendre la fiscalité plus juste, en particulier il y a les développements de l'OCDE sur un impôt minimum sur les sociétés dans le monde. L'UE déploie également d'énormes efforts pour éliminer les problèmes liés à l'évasion fiscale et à l'évasion fiscale. Je pense que les politiciens ont réalisé qu'ils devaient faire quelque chose. Il y a des États qui retardent leurs efforts, mais je dirais que la pression est énorme, et tôt ou tard, la situation s'améliorera considérablement.

EUR : Et l'ancien Premier ministre Babis ?

PJ : Il faut connaître tous les détails. Je pense que les autorités françaises et les autorités américaines aussi, parce que l'entité américaine était impliquée, vont enquêter sur tout ça.

Pour l'interview complète, veuillez regarder la vidéo ci-dessus.

*Fiala (ODS, Groupe ECR) dirigera une coalition de cinq partis comprenant : Maires et Indépendants (STAN, Groupe PPE), Union Chrétienne et Démocratique – Parti Populaire Tchécoslovaque (KDU/ČSL, PPE), Tradition Responsabilité Prospérité (TOP09, PPE ) et le Parti pirate tchèque (Piráti, Verts/ALE)

Partagez cet article:

Publicité
Publicité

Tendance