Suivez nous sur

Chypre

Dois-je voter ou pas ?

PARTAGEZ:

Publié le

on

Le dimanche 9 juin 2024, les électeurs chypriotes sont invités à voter pour 6 députés européens et 7,280 3,227 candidats pour XNUMX XNUMX postes tels que présidents, maires, conseillers municipaux et dirigeants de communautés de district dans les municipalités et localités de Chypre. Pourtant, aucune qualification ni aucune expérience n’est exigée de ces candidats pour diriger et gérer les affaires de la ville, de la communauté ou d’un pays ! Élire un candidat, c’est comme jouer à la loterie ou à la roulette russe ; Soit vous gagnez, soit vous souffrez, écrit Andreas C Chrysafis.

Logiquement, cela n’a aucun sens que les gens votent pour un système qui accepte l’incompétence et rejette la méritocratie dans un système confortable de convenance qui, en fin de compte, inspire et engendre la corruption. Malheureusement, Chypre en a connu beaucoup !

La campagne électorale a commencé et Kommatokratia tente de convaincre les citoyens d’exercer leur « droit démocratique » et de voter. Ils s'inquiètent si l'abstention devient le parti le plus important à Chypre. Ils ne pourraient pas monter à bord de ce train à sauce ! 

Les citoyens ont de bonnes raisons de s'abstenir ou de voter blanc ; les candidats doivent comprendre que les votes du peuple se méritent et ne peuvent pas être distribués comme des bonbons ! 

Dans le même temps, les couteaux sont sortis et les langues empoisonnées s'agitent pour destituer la seule et unique personne de confiance en position d'autorité, Odysseas Michaelides, de son poste de vérificateur général. Pourquoi…? Parce qu'il n'est pas corrompu et qu'il a gagné le respect écrasant du public en dénonçant la corruption en haut lieu ; une coutume qui est pratiquée et dissimulée depuis des années. Mais dans un pays où il n’y a pas de loi, il n’y a pas de crime !

Le procureur général a déposé une demande auprès de la Cour constitutionnelle suprême visant à révoquer le vérificateur général, invoquant des accusations douteuses pour « comportement inapproprié ». Les véritables raisons des intentions du gouvernement sont bien cachées, mais les citoyens ne sont pas crédules et sont descendus dans la rue pour soutenir leur vérificateur général.

Publicité

De tels cas confirment pourquoi certains électeurs choisissent de ne pas aller voter pour une dictature élue et un système qui ronge lentement leurs droits en tant que citoyens de l’État.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance