Suivez nous sur

Canada

Le Canada désigne le CGRI iranien comme organisation terroriste, défiant l'inaction de l'UE

PARTAGEZ:

Publié le

on

Le 19 juin 2024, le Canada a pris des mesures décisives contre le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien en le désignant comme une organisation terroriste. Cette décision importante intervient malgré le refus persistant de l'Union européenne d'emboîter le pas, malgré les appels répétés du Parlement européen à mettre le CGRI sur une liste noire.

https://globalnews.ca/video/10576013/canada-officially-designates-irans-irgc-as-a-terrorist-entity

Le CGRI opère sous l'influence directe du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, et est connu pour sa répression interne et son contrôle économique.

Les Gardiens de la révolution ont créé un vaste empire économique en Iran, couvrant le commerce, l’industrie, l’énergie, la banque, les transports, les mines, la santé, le divertissement, le sport et l’import-export. Ils contrôlent ce vaste réseau à travers des fondations, des camps, des consortiums et des holdings. Mais ce n’est là que le côté ordinaire de leurs activités. Plus important encore, ils utilisent leur puissance économique pour financer le terrorisme et la guerre mondiale, tout en soutenant le régime oppressif iranien.

À l’échelle internationale, sa Force Quds est connue pour son soutien aux activités terroristes et pour son soutien financier, logistique et militaire aux gouvernements et groupes armés alliés dans tout le Moyen-Orient.

Publicité

Cette décision décisive du Canada contraste fortement avec le refus de l'Union européenne (UE) de prendre des mesures similaires. Malgré plusieurs résolutions du Parlement européen appelant à inscrire le CGRI sur la liste noire, l’UE est restée inactive. Des personnalités clés telles que Josep Borrell, perçu comme indulgent envers l’Iran, ont joué un rôle déterminant dans cette politique d’apaisement. Cette réticence a suscité de vives critiques, beaucoup affirmant qu’elle enhardit le régime iranien et ses mécanismes répressifs.

La désignation du Canada l'aligne sur les États-Unis, qui ont mis le CGRI sur la liste noire en 2019. Le Royaume-Uni a également annoncé son intention de emboîter le pas, mais n'a pas encore mis en œuvre la désignation. En prenant cette mesure, le Canada renforce la nécessité d'une position internationale unifiée contre les activités malveillantes du CGRI et souligne la reconnaissance croissante de son rôle dans la promotion du terrorisme et de l'instabilité régionale.

La décision a également une résonance particulière pour les Canadiens, étant donné la responsabilité du CGRI dans la tragique destruction du vol PS752 en 2020, qui a coûté la vie à 176 personnes, dont 55 citoyens canadiens et 30 résidents permanents.

Mrs MaryamRajavi, président élu du Conseil national de la Résistance iranienne, principal parti d'opposition, a déclaré : « La désignation par le Canada du CGRI comme entité terroriste est une mesure louable qui mérite les félicitations du Parlement et du gouvernement du Canada. La Résistance iranienne défend cette désignation depuis des années. Cette mesure est essentielle en réponse à quatre décennies de répression, de terrorisme et de bellicisme du régime ».

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance