Suivez nous sur

Bulgarie

#Bulgarie - `` Nous ne voulons pas être sous la mafia et la corruption '' Minekov

En cliquant sur ce bouton,

on

Avant un débat sur l'état de droit en Bulgarie (5 octobre), des manifestants et des députés européens se sont réunis devant le parlement pour appeler à un changement systémique et à de nouvelles élections en Bulgarie. EU Reporter s'est entretenu avec certaines des personnes impliquées. Le professeur Vladislav Minekov a été qualifié de «trio empoisonné» par les médias bulgares appartenant à l'oligarque. Interrogé sur ce qui retenait les manifestants dans les rues quatre-vingt-dix jours après la première manifestation impromptue du 9 juillet, il a répondu que les Bulgares ne veulent pas vivre sous la mafia. Minekov s'est félicité que le Parlement européen soit aux prises avec cette question importante, affirmant que les Bulgares avaient l'impression que l'UE et le monde ignoraient ce qui se passait en Bulgarie.

L'une des six eurodéputés que nous avons interrogés, la députée européenne Clare Daly (Irlande), a comparé l'actuel gouvernement bulgare à des vampires se nourrissant de l'argent de l'UE, «aspirant la force vitale de la société bulgare», a-t-elle déclaré que le Parti populaire européen, en particulier, avait protégé Le gouvernement de Borissov pendant trop longtemps et qu'il était temps de faire face à la corruption flagrante et au non-respect de l'état de droit. «Bruxelles pour la Bulgarie» a organisé des manifestations hebdomadaires à Bruxelles depuis le début des manifestations en juillet.

L'une des organisatrices, Elena Bojilova, a déclaré que les Bulgares de l'étranger veulent faire preuve de solidarité avec leurs compatriotes: «Nous avons eu des gens d'autres villes de Gand, d'Anvers.» Bojilova a expliqué que ce phénomène se produisait également dans de nombreux autres pays, «à Vienne, à Londres, au Canada aux États-Unis, dans d'autres capitales européennes. Le fait que nous ne soyons pas physiquement en Bulgarie ne nous empêche pas de soutenir les efforts de nos compatriotes, et nous soutenons pleinement leurs revendications qui portent sur la démission du gouvernement, la démission du procureur général, la réforme de l’État de droit et essentiellement le nettoyage. les

Bulgarie

Kristian Vigenin: `` Un modèle de gouvernement semi-mafieux en Bulgarie doit être surmonté ''

En cliquant sur ce bouton,

on

Le gouvernement bulgare actuel et le parti GERB doivent être démis de leurs fonctions, déclare le vice-président de l'Assemblée nationale bulgare, Kristian Vigenin (photo). Dans cette interview, il a établi des parallèles entre les manifestations en Bulgarie et en Biélorussie. M. Vigenin a souligné que l'actuel Premier ministre Boyko Borisov n'est venu au parlement que deux fois cette année et que ses actions sont inconstitutionnelles,écrivent Polina Demchenko et Vladyslav Grabovskyi.

Dans le Bloc du matin sur la chaîne de télévision BNT, vous avez affirmé que vous deviendriez la «voix intérieure» des manifestants au parlement. Quelle est cette voix?

Les principales revendications de la manifestation sont la démission du gouvernement Boyko Borisov et du procureur en chef Ivan Geshev, ainsi que la tenue d'élections anticipées, qui doivent être organisées par le gouvernement de service. Nous avons déclaré que nous, en tant que parti, en tant que groupe parlementaire, serons la voix des manifestants au sein du Parlement, et depuis que nous soutenons leurs revendications avec les instruments parlementaires dont nous disposons, nous essayons de soutenir les revendications. de la protestation.

Monsieur Vigenin, avez-vous participé à la manifestation?

Beaucoup de mes collègues et moi participons à la manifestation plutôt que les citoyens. En fait, nous agissons comme un lien entre les manifestations dans les rues du peuple et du parlement. Pour la première fois, une forme très large est démontrée entre des représentants de formations différentes les unes des autres, qui, avec le soutien du président, veulent de réels changements en Bulgarie, que la devise passée par la première manifestation, est pertinente à cet égard. jour, les forces de «Mutri» sont sorties! ».

(Il convient de noter que le credo dit par Kristian Vigenin, est traduit par «Bandits out!»; Ou «A bas les bandits!»; Le mot «mutra» a sa propre signification en bulgare, qui peut être grossièrement traduit par bandit classique des années XNUMX.)

Nous pensons que ce modèle de gouvernement semi-mafieux qui a été construit en Bulgarie, le modèle selon lequel la mafia contrôle toutes les institutions, doit être surmonté, et pour que cela se produise, le gouvernement actuel et le parti GERB doivent être écartés du pouvoir. Voici le tableau d'ensemble.

Et si le parti GERB ne cesse d'exister, ne démissionne pas? Quelle pourrait être la réaction des citoyens à votre avis?

Les manifestations durent depuis trois mois, les gens ne se lassent pas de protester. Il est de plus en plus difficile de s'accrocher aux autorités, car apparemment, il se rapproche de la défensive, de manière isolée. Dans le même temps, cela devient de plus en plus difficile pour eux au parlement, car nous, en tant que deuxième groupe parlementaire, avons décidé de ne pas nous enregistrer, en fait de ne pas participer, mais plutôt de saboter les activités de l'Assemblée nationale.

Plusieurs fois, il n'a pas été possible de recruter le nombre requis de députés avant le début de la réunion, car au moins 121 représentants du peuple ont été présentés pour y assister. Et ils comptent de plus en plus sur les forces politiques. Par exemple, le 16 septembre, le Parlement, après tout, a commencé à travailler, alors que nous nous réunissions. Mais même alors, les activités du président étaient à la limite.

Nous étions ici, mais nous ne nous sommes pas enregistrés, et l'un des autres groupes politiques ne s'est pas enregistré non plus. Dans un tel environnement, lorsque les manifestations à l'extérieur et le travail inconstant de l'Assemblée à l'intérieur, on pense que le GERB ne survivra pas longtemps. Mais nous devons encore attendre et voir le résultat. En outre, le politicien a ajouté qu'aujourd'hui, l'opinion au parlement est très dépendante d'une petite formation, dont le président a été condamné à une peine de 4 ans au parlement pour extorsion et racket. Cela crée l'ambiance au Parlement.

Le président bulgare a déclaré que l'actuel Cabinet des ministres était le rôle des assistants du Premier ministre. Êtes-vous d'accord avec ce constat?

En fait, il en est ainsi, j'ai dit que la direction du parti GERB est devenue un appendice du pouvoir exécutif. Le Parlement exécute tout ce que le gouvernement ordonne, en particulier le Premier ministre, le président du parti GERB. Dans le même temps, le Premier ministre ne vient pas faire rapport au parlement.

Les questions que nous introduisons dans la qualité du contrôle par rapport à celui-ci sont la déviation. Cette année, Boyko Borisov n'est venu au parlement que deux fois, même si les premiers ministres sont venus littéralement dans le pays en une semaine et ont répondu aux questions des représentants du peuple. Les actions de Borisov sont inconstitutionnelles, puisque l'organe suprême en Bulgarie est l'Assemblée nationale.

Et comment reste-t-il Premier ministre sans remplir ses fonctions?

C'est ainsi qu'il comprend ses responsabilités et ne pense pas qu'il devrait en informer le Parlement bulgare. Habituellement, lorsqu'il y a des questions relativement importantes, Boyko Borisov envoie quelqu'un des vice-premiers ministres, mais il pense qu'il est «au-dessus de cela».

On a l'impression que le soi-disant «jeu» est conçu pour garantir la réélection du président Rumen Radev. Est-ce vrai?

Le président est toujours la personnalité politique la plus populaire en Bulgarie. Les protestations ont commencé pour défendre l'institution présidentielle lorsque le procureur général a envoyé ses subordonnés à la présidence. Les gens ont perçu cela comme un empiétement sur l'institution présidentielle et un empiètement sur le président lui-même.

Rumen Radev n'est pas timide et n'a pas peur de signaler les erreurs du Premier ministre et de l'exécutif en général, de signaler les problèmes du système. Bien sûr, ceux dont il souligne les erreurs n'aiment pas cela. Ils font tout ce qu'ils peuvent pour le pousser dans le coin de l'arène politique, mais ils échouent. Les gens, y compris les représentants des formations politiques de droite, voient en lui de l'espoir. Ils croient qu'il peut surmonter ce modèle de gouvernement mafieux et oligarchique en Bulgarie.

Comment pouvez-vous caractériser le système actuellement construit en Bulgarie?

Je pense que les citoyens ukrainiens le comprendraient facilement, car je vois que les systèmes de gouvernement ukrainien et bulgare sont similaires. Je ne parle pas de situations politiques spécifiques en Ukraine, mais je parle du fait qu'en fait les grandes entreprises et l'oligarchie contrôlent la gestion. Je pense que cela entrave le développement du pays, et nous devons nous en débarrasser.

En Ukraine, en 2014, Kiev a accueilli la Révolution de la dignité - Euromaidan. Tout a commencé avec le mêmes rassemblements et manifestations pacifiques, et se sont terminés par les «Cent Célestes». Comment éviter une issue aussi triste? Après tout, à en juger par l'humeur de vos manifestants, ils ne reculeront pas.

Des similitudes peuvent être trouvées dans les deux situations. Mais, je ne pense pas que nous ayons les conditions préalables à l'escalade des manifestations. Je crois que le fait que la Bulgarie fait partie de l'Union européenne, le long chemin parcouru de la démocratisation, et le l'établissement d'institutions nous aidera à faire face sans violence. Mais on ne peut pas nier le fait qu'un jour la violence s'est produite dans notre pays, tout d'abord la police, ce qui, en vérité, était inattendu pour les citoyens bulgares.

Je crois la violence a été provoquée délibérément et délibérément par le gouvernement. Ils ont fait ceci pour effrayer les manifestants et supprimer les barrières et barricades qui ont été construits à plusieurs intersections dans le centre de Sofia. Bien sûr, ici à Sofia, les manifestations ne sont pas aussi importantes qu'elles l'étaient à Kiev en 2014. Les tentes, qui ont été démantelés par la police, ont donné une motivation et une confiance supplémentaires aux les gens qu'ils peuvent accomplir quelque chose de plus. Maintenant, ces barrières ont disparu. Grand des manifestations sont organisées une fois par semaine, les organisateurs les appellent «soulèvement du peuple».

En général, de petites promotions ont lieu tous les jours. Ainsi, vers 7h-8h, les gens se rassemblent devant le bâtiment de «l'Assemblée nationale». La prochaine grande manifestation est «l'Assemblée du peuple» est prévue le 22 septembre, jour de l'indépendance de la Bulgarie.

Ainsi, symboliquement, les gens veulent montrer qu'ils peuvent être indépendants de la mafia et des «mutras» (bandits).

Vigenin a expliqué ce qu'est «mutra». Des groupes de soi-disant «bandits» sont apparus au début des années 90, en Bulgarie. Ces types étaient forts et armés, alors ils étaient appelés «mutra». Au fil du temps, ils sont passés à l'arrière-plan, la vie économique et politique s'est améliorée. Mais le Premier ministre bulgare, selon Vigenin, tire ses racines précisément de ces années 90 «fringantes». Son passé était discutable, c'est pourquoi les manifestants l'appellent «mutra».

En règle générale, un leader s'entoure de personnes proches d'esprit, celles avec lesquelles il a l'habitude de travailler. C'est ce que Boyko Borisov a fait. Lui et ses adhérents ont construit un système dans lequel les «mutras» sont revenus, mais pas avec des armes et des chauves-souris, mais avec les mécanismes du pouvoir d'État, mais ils font de même. Cela scandalise les gens et les fait protester.

Comment voyez-vous l'évolution des événements?

Si nous suivons une logique politique normale, alors il est nécessaire que le premier ministre démissionne. Il était censé le faire en juillet. Dans ce cas, l'environnement politique dans lequel nous vivons de la manière suivante - tout dépend du Premier ministre. Pour le moment, il ne s'intéresse pas à ce qui est bon pour l'État, il ne s'intéresse pas à ce qui est bon pour son propre parti, mais il essaie plutôt de se garantir qu'il survivra.

Parlant du mot «survivra», vous devez comprendre qu'il ne s'agit pas seulement de la situation politique, mais aussi de la sécurité personnelle après son départ du pouvoir. Borisov continuera à rechercher de telles garanties de sécurité pour lui-même, mais personne ne lui donne de telles garanties, il continue donc à rester à son poste et continue de persister aussi longtemps que cela lui convient. C'est ainsi que je vois personnellement la situation; il est assez difficile de comprendre ce qui se passe exactement dans la tête du premier ministre. Tout dépend de sa décision personnelle, puisque dans le parti GERB toutes les décisions sont prises par lui seul.

Vous avez dit que vous assistiez souvent à des actions de protestation. Pouvez-vous partager votre impression de ce que vous y voyez? Quel genre de personnes y a-t-il, avec quelles idées sont-ils venus protester?

Oui, différentes personnes viennent protester, me parler. Ceux qui sympathisent avec nous, les socialistes, protestent aussi, il y a aussi des représentants des partis de droite, avec lesquels nous sommes des opposants politiques. Il se trouve que nous nous sommes retrouvés du même côté des barricades pour parler. Comme l'a dit le président Rumen Radev: «Nous ne parlons pas de la gauche contre la droite, nous parlons de personnes respectables contre la mafia.»

Et parmi les gens vénérables se trouvaient des socialistes, des droitiers et des libéraux, et cela ressemble vraiment à quelque chose de nouveau dans la politique bulgare. Bien sûr, le parti BSP a également commis des erreurs dans le passé. Mais les gens de tous les partis, les adhérents de chaque dirigeant politique, sont prêts à sacrifier, à aider à surmonter le gouvernement actuel et son héritage. Ils sont prêts à donner une nouvelle voie à la Bulgarie, comme pour un État européen libre et réel, dans lequel il y aura liberté d'expression, liberté des médias - ce sont des choses qui nous font de plus en plus défaut.

Kristian Vigenin a rappelé l'année 1989, lorsque le chef de la République populaire de Bulgarie, Todor Zhivkov, a été destitué. Cet événement a marqué le début de la «Révolution douce» dans le pays. Vigenin avait alors 14-15 ans, il avait des impressions assez vives de cette année.

On a le sentiment que tout se répète. Le sentiment de manque de liberté et le désir d'une vraie démocratie en Bulgarie, que les jeunes ont besoin de quelque chose de différent, ce que leurs parents ne peuvent pas réaliser. Comme si l'histoire avait fait un cercle et que l'année était de nouveau 1989, ce qui en soi est un diagnostic assez difficile de ce qui s'est passé pendant ces années en Bulgarie. Et tout cela est décevant, à cause de la situation dans notre pays qui fait partie de l'Union européenne.

Comment l'Union européenne réagit-elle à ce qui se passe dans votre pays?

L'Union européenne et les dirigeants européens sont tout simplement silencieux. Cette semaine il y aura une discussion au Parlement européen sur ce qui se passe en Bulgarie, après trois mois, les gens ont commencé à manifester.

Parallèlement, des manifestations ont lieu en Biélorussie. Voyez-vous des similitudes dans ces situations?

Peut-être que les manifestations en Bulgarie ont un caractère plus doux, mais il y a des similitudes entre ce qui se passe ici et ce qui se passe en Biélorussie. Quelque chose de drôle (curieuse ?) arrivé. Le Premier ministre bulgare, dans une tentative de s'offrir du temps politique, a proposé d'élaborer une nouvelle constitution pour le pays. C'est une façon de démarrer un processus qui lui permettra de rester au pouvoir encore quelques mois. Littéralement un jour ou deux plus tard, Loukachenko a proposé la même chose en Biélorussie. Cela a encore renforcé l'impression que les dirigeants autoritaires ont le même ensemble d'outils et les utilisent de la même manière.

Les opinions exprimées dans l'article ci-dessus sont celles des seuls auteurs et ne représentent aucune opinion de la part de Reporter UE.

Continuer la lecture

Bulgarie

La Commission se plaint du manque de résultats dans la lutte contre la corruption en #Bulgarie

En cliquant sur ce bouton,

on

Valeurs et transparence La vice-présidente Věra Jourová a dirigé les discussions lors du débat du Parlement européen sur l'état de droit en Bulgarie (5 octobre). Jourová a déclaré qu'elle était au courant des manifestations qui ont eu lieu au cours des trois derniers mois et qu'elle suivait la situation de près. Jourová a déclaré que les manifestations montrent que les citoyens attachent une grande importance à un pouvoir judiciaire indépendant et à une bonne gouvernance.
Elle a déclaré que la Commission ne lèvera pas le `` mécanisme de contrôle et de vérification '' (MCV) qui vérifie les progrès de la Bulgarie dans la réforme de son système judiciaire et la lutte contre le crime organisé, elle a ajouté qu'elle tiendrait compte des vues du Conseil européen et du Parlement dans tout autre rapport. Lutte contre la corruption Le commissaire européen à la justice Didier Reynders a déclaré que, si les structures bulgares étaient en place, elles devaient être efficaces.
Reynders a déclaré que les enquêtes montrent un très faible niveau de confiance du public dans les institutions anti-corruption de la Bulgarie et une conviction que le gouvernement n'a pas la volonté politique de le faire dans la pratique. Manfred Weber, député européen, président du Parti populaire européen, a défendu le bilan du Premier ministre Boyko Borissov, ajoutant qu'il soutenait le mécanisme de l'état de droit dans les discussions du Conseil européen. Weber reconnaît que l'état de droit en Bulgarie «n'est pas parfait» et qu'il y a encore beaucoup à faire, mais a déclaré que le sort du gouvernement devrait être décidé l'année prochaine lors des élections.
L'eurodéputée Ramona Strugariu (Groupe Renouveler l'Europe) a fait l'une des interventions les plus puissantes dans le débat, affirmant que lorsqu'elle manifestait pendant l'hiver froid de 2017 à Bucarest - contre la corruption gouvernementale en Roumanie - le soutien du président Juncker et du premier vice-président Le soutien de Timmermans lui a fait sentir que quelqu'un écoutait les Roumains qui voulaient une réforme. Strugariu a déclaré: «Je suis ici aujourd'hui pour demander cette voix à la Commission, au Conseil et à cette Assemblée parce que le peuple bulgare en a besoin. Parce que cela compte pour eux. C'est vraiment important pour eux.
Aux députés européens qui soutenaient le Premier ministre Borissov, elle a demandé: «Savez-vous qui vous soutenez? Parce que vous soutenez des personnes confrontées à de graves allégations de corruption, de blanchiment d'argent et de fraude avec de l'argent européen? J'ai vu des femmes traînées dehors par la police et des photos d'enfants aspergés de gaz lacrymogène, est-ce une protection? Êtes-vous sûr que c'est la personne à approuver? »

Continuer la lecture

Bulgarie

#Bulgarie - `` Nous avons besoin d'un nouveau gouvernement capable de lutter contre tous les problèmes systématiques ''

En cliquant sur ce bouton,

on

Lundi soir (5 octobre), les députés ont discuté des manifestations en cours en Bulgarie avec des représentants du Conseil et de la Commission, une résolution rédigée par le député européen Juan Fernando Lopez Aguilar (S&D, Espagne) sur l'état de droit en Bulgarie sera votée jeudi. Petar Vitanov, député européen (Groupe des socialistes et démocrates, Bulgarie), a déclaré qu'il était important en Europe de voir ce que la corruption dans le gouvernement bulgare actuel signifie pour les citoyens, il était également important pour les contribuables européens de voir comment leur financement était gaspillé. Lorsqu'on lui a demandé si sa position pouvait être utilisée par des opposants politiques contre lui, il a déclaré: «Bien sûr que ce sera le cas, nous entendons cela du gouvernement, mais ce n'est pas de notre faute. Ils devraient se blâmer. Ce n'est pas ma faute s'ils dépensent de l'argent dans des stratagèmes corrompus.
L'eurodéputée Tsevetelina Penkova (Groupe des socialistes et démocrates, Bulgarie) a déclaré: «Il y a trois piliers principaux en Bulgarie, nous avons une société qui dit qu'il y a un problème réel dans le pays, nous avons le rapport d'experts de la Commission européenne et maintenant nous allons avoir une évaluation politique du Parlement européen. Je crois donc que ces trois piliers sont suffisants pour prouver qu’il y a un problème en Bulgarie et que nous avons besoin d’élections démocratiques pour élire un nouveau gouvernement qui sera en mesure de lutter contre tous les problèmes systématiques que nous avons actuellement. » Tsevetelina a déclaré que si le cadre juridique et institutionnel était en place, le système ne fonctionnait pas dans la pratique.
Il y a eu des enquêtes sur la corruption, mais rarement des procès ou des condamnations. Elena Yoncheva, eurodéputée (Groupe des socialistes et démocrates, Bulgarie), s'adressant aux eurodéputés, a déclaré que Borissov était au pouvoir depuis 10 ans et avait permis que l'adhésion de la Bulgarie à l'UE soit utilisée contre son peuple tandis que le gouvernement se livrait à de plus en plus d'abus de pouvoir. Yoncheva a appelé la présidence allemande à ne pas rester silencieuse et à laisser les choses continuer comme elles le sont actuellement. Elle a terminé en disant: «La douleur de la Bulgarie est la douleur de toute l'UE.»

Continuer la lecture
Publicité

Facebook

Twitter

Tendance