Suivez nous sur

Azerbaïdjan

L'Azerbaïdjan et l'UE renforcent leurs relations bilatérales

PARTAGEZ:

Publié le

on

La guerre russo-ukrainienne a perturbé l'approvisionnement en gaz naturel des marchés européens de l'énergie et provoqué une plus grande volatilité sur les marchés de l'énergie. L'Europe n'était pas préparée à être coupée des matières premières en provenance de Russie, notamment du gaz naturel, faisant de l'hiver dernier et du prochain un défi pour les citoyens et les systèmes politiques. Selon une analyse de mars 2022 menée par le Institut économique polonais, l'Union européenne (UE) dépendait à 25 % de l'approvisionnement en pétrole, en combustibles solides et en gaz naturel de la Russie - écrivent Shahmar Hajiyev, conseiller principal au Centre d'analyse des relations internationales et Liliana Śmiech, vice-présidente de l'Institut de Varsovie.

La guerre en cours a également suscité un nouveau débat sur la capacité de l'Union européenne à être autonome en ce qui concerne les importations d'énergie du Kremlin. L'un des résultats de ces pourparlers a été l'élaboration du REPower stratégie de l'UE. Il met non seulement en évidence le processus de diversification des sources et des itinéraires d'approvisionnement en gaz naturel, mais comprend également un objectif de décarbonisation du marché du gaz de l'UE. Le gaz naturel sera progressivement remplacé par l'hydrogène vert et le biométhane. Il convient également de noter que la plupart des pays européens, en particulier en Europe du Sud-Est (SEE), sont beaucoup plus dépendants de l'approvisionnement en gaz naturel russe, donc pour diversifier leurs approvisionnements énergétiques, ils ont besoin de sources d'énergie alternatives et de partenaires énergétiques fiables qui sont très cruciaux pour sécurité énergétique à long terme.

Dans ce contexte, ces dernières années, l'UE et l'Azerbaïdjan ont accéléré la coopération énergétique en signant d'importants documents qui soutiennent non seulement l'exportation de combustibles fossiles mais aussi de sources d'énergie renouvelables de l'Azerbaïdjan vers les marchés européens de l'énergie. Pour être clair, le « protocole d'accord sur un partenariat stratégique dans le domaine de l'énergie » (MoU) signé le 18 juillet 2022, a ouvert de nouvelles opportunités pour les deux parties. Pour l'Azerbaïdjan, le pays augmentera sa part de gaz azerbaïdjanais acheminé vers l'Europe via le gazoduc transadriatique (TAP) et atteindra au moins 20 milliards de mètres cubes (bcm) par an d'ici 2027.

Une autre opportunité importante pour l'Azerbaïdjan est l'exportation d'énergie verte vers l'Europe. Ce faisant, le pays soutiendra le plan REPowerEU évoqué plus haut, qui repose sur trois piliers : économiser l'énergie, produire de l'énergie propre et diversifier les approvisionnements énergétiques de l'UE. Il est à noter que le protocole d'accord définit un objectif commun entre l'UE et l'Azerbaïdjan pour accélérer la croissance et l'application de la production et de la transmission des énergies renouvelables. Cette collaboration vise à tirer parti de la synergie entre la transition énergétique verte de l'UE et les considérables ressources énergétiques renouvelables inexplorées de l'Azerbaïdjan, avec un accent particulier sur l'industrie énergétique offshore. L'UE et l'Azerbaïdjan ont tous deux reconnu l'importance de l'hydrogène renouvelable et d'autres gaz renouvelables en tant que moyen viable de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les secteurs et les applications difficiles à décarboner, tels que la production d'électricité et les processus industriels. Lors de la signature du protocole d'accord, ils se sont engagés à poursuivre les discussions concernant l'amélioration de la capacité de production, le transport et le commerce de l'hydrogène renouvelable et d'autres gaz renouvelables. Ils prévoient également d'explorer son utilisation dans de multiples domaines tels que le stockage de l'énergie et les procédures industrielles, tout en garantissant un commerce et des investissements bilatéraux équitables.

De plus, l'importance de la Engagement mondial sur le méthane a été reconnu par les deux parties, soulignant la responsabilité conjointe de rendre la chaîne d'approvisionnement en gaz naturel plus efficace, respectueuse de l'environnement et soucieuse du climat. En conséquence, le protocole d'accord approuve le développement de systèmes pour collecter le gaz naturel qui pourrait autrement être émis, brûlé ou rejeté dans l'environnement.

Dans le prolongement de la coopération énergétique, l'Azerbaïdjan a intensifié les négociations avec les pays de l'ESE pour les aider à diversifier les approvisionnements et les itinéraires énergétiques. Le "contrat sur un partenariat stratégique dans le domaine du développement et de la transmission de l'énergie verte entre les gouvernements de la République d'Azerbaïdjan, de Géorgie, de Roumanie et de Hongrie », qui a été signé à Bucarest, crée une plate-forme d'énergie verte entre le Caucase du Sud et l'Europe. Cet accord sur l'énergie verte est très important pour les pays d'Europe du Sud-Est car le mix électrique de ces pays repose principalement sur les combustibles fossiles. Ainsi, les importations en provenance d'Azerbaïdjan leur permettront d'équilibrer le mix électrique en réduisant le gaz naturel pour la production d'électricité.

En ce qui concerne la coopération énergétique UE-Azerbaïdjan, il convient de noter que l'Azerbaïdjan envisage une coopération plus approfondie avec les pays de l'ESE, qui dépendent fortement d'un seul fournisseur de gaz naturel. Les récentes visites du président Ilham Aliyev en Roumanie, en Bulgarie, en Albanie, en Serbie et en Bosnie-Herzégovine soutiennent le partenariat stratégique avec ces pays. Dans le contexte de tels développements, un mémorandum d'accord entre les gestionnaires de réseau de transport (GRT) de Bulgarie, de Roumanie, de Hongrie et de Slovaquie et la Compagnie pétrolière d'État de la République d'Azerbaïdjan (SOCAR) a été signé à Sofia, la capitale bulgare, le 25 avril 2023. Ce document souligne l'importance stratégique de la gaz azerbaïdjanais pour la région, et est considéré comme une étape importante dans la coopération future, y compris dans les projets liés aux sources d'énergie renouvelables et à l'hydrogène. De plus, avec cet accord, l'Azerbaïdjan a rejoint la soi-disant « initiative de l'anneau de solidarité » pour promouvoir la coopération énergétique dans le contexte de la guerre en cours en Ukraine. Cet accord soutient les importations de gaz naturel en flux inversé via le gazoduc Trans-Balkan. Cette route peut garantir la sécurité énergétique des pays de l'ESE.

Publicité

Pour l'Europe, la coopération énergétique avec l'Azerbaïdjan est un moyen efficace de soutenir la sécurité énergétique des pays fortement dépendants d'un seul fournisseur d'énergie. Même avec un volume de gaz supplémentaire en provenance d'Azerbaïdjan, cela ne suffira pas à remplacer entièrement le gaz russe, cependant, les volumes en provenance d'Azerbaïdjan aideront les pays de l'ESE à réduire leur dépendance et à diversifier les sources de gaz. Pour cette raison, il s'agit d'une source de gaz très précieuse et, à cette fin, l'UE donne la priorité au gaz interconnecteurs pour recevoir le volume accru de gaz azerbaïdjanais via le gazoduc TAP. Des progrès substantiels pour assurer l'interconnectivité du gaz ont été réalisés au cours de la dernière décennie. Plusieurs nouvelles interconnexions transfrontalières ont été construites, notamment en Europe centrale et du Sud-Est. Ces nouvelles interconnexions ont été essentielles pour relier des infrastructures auparavant isolées des États baltes et de l'Europe du Sud-Est au reste du marché européen.

Achevé fin 2022, les premières quantités de gaz naturel via l'Interconnector Grèce-Bulgarie (IGB) ont transité en début de journée gazière depuis le gazoduc TAP. L'interconnexion fait partie du corridor gazier vertical - Grèce - Bulgarie - Roumanie - Hongrie qui permet d'accéder au gaz naturel du corridor gazier sud (SGC) et au GNL vers l'Europe du Sud-Est et centrale ainsi que l'Ukraine.

En fin de compte, l'Europe pourrait sortir renforcée du déclenchement de la guerre en Ukraine. Selon le DISE Énergie rapport, l'Europe doit s'efforcer d'être totalement indépendante du gaz russe, d'économiser l'énergie, y compris le gaz naturel, d'améliorer d'urgence l'efficacité énergétique et de développer rapidement les énergies renouvelables. À cette fin, la coopération entre l'Azerbaïdjan et l'UE soutiendra la sécurité énergétique à long terme de l'Europe. La stratégie énergétique de l'Azerbaïdjan vise à étendre la géographie d'exportation de ses ressources naturelles, et la capacité de production de gaz naturel du pays lui permettra d'atteindre au moins 20 milliards de m2027 de livraisons de gaz sur les marchés européens de l'énergie d'ici XNUMX.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance