Suivez nous sur

Kenya

Le Kenya est-il le prochain Singapour ?

PARTAGEZ:

Publié le

on

Par Jean Clarys

L’idée selon laquelle le Kenya pourrait devenir le prochain Singapour semble ambitieuse et provocatrice. Singapour est souvent citée comme exemple de réussite économique rapide, et le Kenya aspire à une transformation similaire. Cet article examine les principales similitudes et différences entre ces deux pays pour évaluer cette hypothèse.

Cadres politiques et économiques : une analyse comparative

Depuis les années 1960, Singapour connaît une transformation économique spectaculaire. Autrefois petit port de pêche, Singapour est devenu l'un des centres financiers les plus prospères au monde. Ce succès repose sur plusieurs facteurs : une stabilité politique stricte, des politiques attractives en faveur des entreprises et des infrastructures de premier ordre. Par exemple, l'aéroport Changi de Singapour est régulièrement classé parmi les meilleurs au monde, et le port de Singapour est l'un des plus fréquentés en termes de tonnage de transport.

Le gouvernement singapourien a créé un environnement commercial favorable, attirant des investissements étrangers massifs et stimulant la croissance économique. Le Kenya, en revanche, se trouve actuellement à un carrefour critique avec M-Pesa, qui a révolutionné les services bancaires mobiles.

Les réformes récentes, notamment dans le cadre de la Vision 2030, visent à transformer le Kenya en un pays industrialisé à revenu intermédiaire. Des projets d'infrastructures ambitieux, tels que le développement du chemin de fer à voie standard (SGR) reliant Mombasa à Nairobi, illustrent la volonté du Kenya de moderniser son économie.

Efforts de gouvernance et de lutte contre la corruption : des chemins divergents

Publicité

Le modèle de gouvernance de Singapour est souvent décrit comme un autoritarisme bienveillant, caractérisé par une administration efficace et des efforts incessants de lutte contre la corruption. Le Bureau d'enquête sur les pratiques de corruption (CPIB), créé en 1952, joue un rôle crucial dans le maintien de faibles niveaux de corruption. Cette approche a maintenu la stabilité politique et sociale, créant un environnement propice à la croissance économique. Les politiques économiques de Singapour, telles que les zones économiques spéciales et les incitations fiscales, ont également joué un rôle crucial pour attirer les investissements étrangers.

Par exemple, le projet de l’île Jurong a transformé un groupe de petites îles en un centre chimique de classe mondiale. De l’autre côté de l’océan Indien, au Kenya, la situation politique actuelle est très différente de celle de Singapour. En effet, le pays est confronté à des défis de gouvernance et à des problèmes de corruption persistants. Le pays se classe mal dans l’indice de perception de la corruption, ce qui souligne la nécessité de réformes substantielles.

Cependant, des initiatives récentes montrent une volonté de changement. La création de la Commission d’éthique et de lutte contre la corruption (EACC) et la nouvelle législation visant à améliorer la transparence sont des pas dans la bonne direction. La démocratisation progressive et les réformes administratives visent à améliorer l'efficacité du gouvernement et à attirer davantage d'investissements étrangers. La lutte contre la corruption reste un défi majeur, mais des progrès significatifs ont été réalisés ces dernières années, avec des poursuites judiciaires dans des affaires très médiatisées.

Infrastructures et développement urbain : jeter les bases de la croissance

Singapour dispose d'un réseau de transport extrêmement efficace et d'un développement urbain bien intégré. Le système de transport en commun rapide (MRT) est un excellent exemple de transport public efficace, facilitant des déplacements efficaces au sein de la ville. Des infrastructures de premier ordre, dont un port de classe mondiale et un aéroport international, sont des piliers essentiels de son économie. Le gouvernement singapourien a investi massivement dans les infrastructures, reconnaissant son importance pour le développement économique et pour attirer les entreprises internationales.

De son côté, le Kenya a entrepris plusieurs projets d'infrastructure récents pour moderniser ses réseaux de transport et de communication. L'autoroute Thika est un exemple notable, améliorant la connectivité entre Nairobi et les régions environnantes. Des initiatives telles que le projet ferroviaire Mombasa-Nairobi et le développement d'autoroutes visent à améliorer la connectivité et à stimuler l'économie. Cependant, le financement et la gestion de ces projets posent des défis importants. Les partenariats public-privé, tels que le projet de corridor de transport Lamu Port-Soudan du Sud-Éthiopie (LAPSSET), sont souvent utilisés pour surmonter ces obstacles, offrant ainsi des opportunités de développement futur.

Éducation et innovation : bâtir une économie basée sur la connaissance

Le système éducatif de Singapour est réputé pour son excellence, notamment dans les domaines des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques (STEM). Des institutions comme l'Université nationale de Singapour (NUS) et l'Université technologique de Nanyang (NTU) sont très bien classées à l'échelle mondiale. Le gouvernement encourage fortement l'innovation, la recherche et le développement, ce qui a permis à Singapour de devenir un leader mondial en matière de technologie et d'innovation. Par exemple, l’Agence pour la science, la technologie et la recherche (A*STAR) stimule l’innovation dans divers domaines.

Dans une dynamique similaire à celle de Singapour, même si des défis subsistent, le Kenya a également réalisé des progrès significatifs dans le domaine de l'éducation. Le pays a connu une augmentation des taux d’alphabétisation et de scolarisation. Des initiatives telles que les pôles technologiques et le soutien aux start-ups témoignent d’un engagement à promouvoir l’innovation. Le pays est devenu un pôle technologique en Afrique, avec des développements notables dans les technologies de l’information et de la communication. Par exemple, l'iHub de Nairobi sert d'espace de travail collaboratif pour les entrepreneurs technologiques. Toutefois, pour atteindre le niveau de Singapour, des investissements supplémentaires dans l'éducation et l'innovation sont nécessaires.

En résumé, même si le Kenya et Singapour partagent certaines similitudes en termes de développement économique et d’aspirations à la modernisation, des différences significatives subsistent. Le modèle de gouvernance efficace de Singapour et ses efforts anti-corruption contrastent avec les défis politiques du Kenya. Cependant, grâce à la poursuite des réformes et aux investissements stratégiques dans les infrastructures et l'éducation, le Kenya a le potentiel de suivre une trajectoire de développement similaire à celle de Singapour. Seul le temps nous dira si le Kenya pourra effectivement devenir le prochain Singapour, mais les signes actuels sont prometteurs.

© Jean CLARYS, 2024. Tous droits réservés

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance