Suivez nous sur

Monde

L'Irlande, l'Espagne et la Norvège reconnaissent l'État palestinien

PARTAGEZ:

Publié le

on

Dans des annonces coordonnées, l’Irlande et l’Espagne, ainsi que la Norvège, non membre de l’UE, ont annoncé qu’elles reconnaîtraient la Palestine en tant qu’État à partir du 28 mai. Israël rappelle ses ambassadeurs de Dublin, Madrid et Oslo « pour des consultations ». Il accuse l’Irlande, longtemps considérée comme le membre le plus pro-palestinien de l’Union européenne, de porter atteinte à sa souveraineté et de mettre sa sécurité en danger.

Le Taoiseach irlandais, Simon Harris, s'est dit convaincu que d'autres pays suivraient désormais cet exemple. « C'est un jour historique et important pour l'Irlande et pour la Palestine », a-t-il déclaré, rappelant la lutte de son propre pays pour l'indépendance. « Le 21 janvier 1919, l'Irlande a demandé au monde de reconnaître nos droits à être un État indépendant. nations libres du monde était un plaidoyer pour la reconnaissance internationale de notre indépendance, mettant l’accent sur notre identité nationale distincte, notre lutte historique et nos droits à l’autodétermination et à la justice. Aujourd’hui, nous utilisons le même langage pour soutenir la reconnaissance de la Palestine en tant que nation. État".

Israël a publié une vidéo destinée au public irlandais, affirmant que la reconnaissance d'un État palestinien « conduirait à davantage de terrorisme » et « mettrait en péril toute perspective de paix ». « Irlande, la possibilité de reconnaître un État palestinien risque de vous transformer en un pion dans entre les mains de l’Iran et du Hamas. Une telle démarche ne fera que renforcer le Hamas et affaiblir une autorité palestinienne déjà dysfonctionnelle. Le fait que les dirigeants du Hamas vous remercient devrait servir de sonnette d’alarme », déclare-t-il.

Le Taoiseach a déclaré que le Hamas n’est pas le peuple palestinien et qu’une solution à deux États est la seule issue à la violence générationnelle. « Au peuple d'Israël, je dis que l'Irlande reconnaît l'État d'Israël et condamne les actes barbares perpétrés par le Hamas en octobre », a-t-il déclaré, ajoutant que l'Irlande offrait de l'espoir à la Palestine « dans ses heures les plus sombres ».

Le ministère palestinien des Affaires étrangères a qualifié l'action des trois pays de « étape significative ; l'Espagne, la Norvège et l'Irlande ont une fois de plus démontré leur engagement inébranlable en faveur de la solution à deux États et à rendre au peuple palestinien la justice attendue depuis longtemps.

"En outre, les reconnaissances de l'Espagne, de la Norvège et de l'Irlande sont conformes au droit international et à toutes les résolutions pertinentes des Nations Unies, ce qui contribuera à son tour de manière positive à tous les efforts internationaux visant à mettre fin à l'occupation illégale israélienne et à instaurer la paix et la stabilité dans la région. "

Publicité

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Israël Katz, a déclaré que la décision « envoie un message aux Palestiniens et au monde : le terrorisme paie. Après que l’organisation terroriste Hamas ait commis le plus grand massacre de Juifs depuis l’Holocauste, après avoir commis des crimes sexuels odieux dont le monde a été témoin, ces pays ont choisi de récompenser le Hamas et l’Iran en reconnaissant un État palestinien ».

A Madrid, le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, a déclaré que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu "fait toujours la sourde oreille... il continue de bombarder les hôpitaux et les écoles et de punir les femmes et les enfants de la faim et du froid", ajoutant qu'un accord à deux États La solution pour Israël et la Palestine risque de ne jamais exister. Nous ne pouvons pas permettre cela. Nous avons l’obligation d’agir, en Palestine comme en Ukraine, sans double standard.

Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre a déclaré à Oslo qu’il « n’y aura pas de paix au Moyen-Orient sans une solution à deux États. Il ne peut y avoir de solution à deux États sans un État palestinien. En d’autres termes, un État palestinien est une condition préalable à la réalisation de la paix au Moyen-Orient ».

De retour à Dublin, le ministre des Affaires étrangères, le Tánaiste Micheal Martin, a annoncé qu'il se rendrait dimanche à Bruxelles pour rencontrer plus de 40 partenaires arabes, européens et internationaux, « pour discuter de la façon dont la reconnaissance peut avoir un impact concret et pratique pour mettre fin à cet horrible conflit ». et mettre en œuvre une solution à deux États, basée sur une vision globale que les États arabes ont développée ». 

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance