Suivez nous sur

EU

76 arrêté lors de la deuxième action internationale sur #CommerceFraud

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

L'action eCommerce 2017 (eComm 2017) ciblait les réseaux criminels impliqués dans ce crime et les lieux où des biens achetés illégalement avaient été livrés. Les forces de l'ordre et le secteur privé ont formé des équipes pour une coopération pratique. Les pays participants sont: Autriche, Belgique, Bulgarie, Colombie, Croatie, Danemark, Estonie, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Hongrie, Lettonie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Espagne, Suède et Royaume-Uni. Ils ont reçu du soutien et des informations opérationnelles du Canada, des États-Unis, de l'Islande et de la Géorgie.

Le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3) d'Europol a coordonné cette opération depuis son siège à La Haye, avec l'assistance directe des systèmes de cartes de paiement, des banques, des entreprises de logistique et des e-commerçants. L'EC3 a également soutenu les autorités nationales sur place en fournissant des services d'analyse aux États membres.

Resultats

Des centaines de paquets provenant de magasins en ligne ont été interceptés et plus de sites 100 ont été recherchés, en utilisant des informations précédemment soumises par les commerçants électroniques, l'industrie des paiements et les entreprises de logistique. Les recherches domiciliaires ont entraîné la saisie de biens de grande valeur, y compris les appareils électroniques, les smartphones, les tablettes, les montres et les vêtements. La méthode d'analyse conjointe a révélé des points chauds criminels et des groupes criminels organisés qui ont tenté de contourner les diverses mesures de sécurité des commerçants et des institutions financières.

Les mesures d'enquête ont également révélé que certains des suspects ont été impliqués dans d'autres formes de criminalité, telles que la fraude d'identité, le phishing, les cyberattaques, la fraude romantique, l'utilisation illégale de passeports volés, l'immigration clandestine, l'exploitation sexuelle en ligne d'enfants, le trafic de drogue et blanchiment d'argent.

Les sites Web et les comptes sociaux de 200 ont été utilisés pour acheminer des produits électroniques achetés frauduleusement. Les demandes de les retirer ont été envoyées aux sociétés d'hébergement. Certaines de ces plateformes de médias sociaux criminellement utilisées avaient plus de 10 000. On soupçonne que les adeptes ont formé des bases de clients potentielles pour ces groupes du crime organisé. La suppression de ces comptes a un impact collaboratif important sur l'industrie.

Publicité

Dans un État membre de l'UE, la police avait trouvé un groupe du crime organisé au cours de la précédente action eComm en octobre 2016 et avait mené des enquêtes sur les activités du groupe au cours des huit derniers mois. Cela a entraîné l'arrestation des personnes clés de ce groupe la semaine dernière.

Bénéfice élevé, faible risque

L'eComm 2017 est une opération créée dans le cadre d'EMPACT Payment Card Fraud (PCF) dirigé par l'Autriche. Cette opération s'inscrit dans la continuité des travaux du groupe de travail E-Commerce, un réseau de partenariat privé-public créé en 2014 avec les principaux acteurs, dont le Merchant Risk Council (MRC), un réseau de 490 e-commerçants dans le monde. Ce groupe de travail, créé pour lutter contre la fraude CNP, a été créé pour garantir un environnement en ligne sécurisé pour les clients du monde entier en partageant des informations et en développant les meilleures pratiques entre les forces de l'ordre et le secteur privé.

Dans la phase de planification de l'eComm 2017 plus tôt cette année, Europol et MRC ont convenu de coordonner respectivement l'application de la loi et la coopération commerciale. Chaque agence d'application de la loi participée s'est associée à ses partenaires sélectionnés du secteur privé pour trouver des groupes de fraude organisés par le crime organisé par échange d'informations et analyse conjointe.

La fraude par carte de paiement contre les magasins en ligne est considérée comme une activité criminelle à haut risque et à faible risque, avec des pertes pour le secteur européen dépassant EUR 1 milliards par an. Les mesures d'enquête sont très complexes en raison de la dimension virtuelle et internationale de ce crime. La fraude cybernétique est une priorité absolue pour Europol et les organismes d'application de la loi dans l'Union européenne.

Steven Wilson, responsable de l'EC3 d'Europol, a souligné: "Avec l'échange d'informations et les travaux d'analyse conjointe avant l'eComm 2017, les forces de l'ordre ont pu trouver des groupes de la criminalité organisée qui ont un impact négatif important sur la sécurité de l'Europe. En perturbant les activités de ces groupes, Europol et ses partenaires créent une Europe plus sûre pour ses citoyens et entreprises ".

Una Dillon, directrice générale de la MRC, a déclaré: «Il est essentiel pour les entreprises du secteur privé, comme les membres marchands de la MRC, de collaborer avec les organismes d'application de la loi du secteur public pour contrer la croissance continue de la fraude au paiement au détail. La coopération et la collaboration entre les marchands de commerce électronique EC3 d'Europol de toute l'Europe ont montré que le fait de travailler ensemble et de partager des informations pertinentes peut faire une énorme différence et empêcher le crime. Le nombre d'arrestations pertinentes à cette occasion est exceptionnel et un crédit pour les personnes impliquées. Le MRC continuera à soutenir Europol sur cette importante initiative ".

L'eComm 2017 est le deuxième, après l'eComm 2016 mené par 10 pays européens en octobre 2016. Le modèle de travail de coopération, qui a été développé par le groupe de travail eCommerce et le projet de recherche financé par la Commission européenne, OP Skynet, par le L'unité dédiée à la criminalité liée aux cartes et aux paiements, une unité de police spécialisée au Royaume-Uni, a jeté les bases d'un partenariat privé-public pratique en Europe.

Prévention

L'utilisation d'une carte pour acheter en ligne peut être aussi sécurisée que le magasinage hors ligne. Il existe un certain nombre de règles de sécurité qui peuvent être suivies pour éviter de devenir une victime de fraude. Dans ce cas, la fraude doit être signalée à la police nationale, et si l'achat impliquait l'utilisation d'une carte de crédit ou de débit, la fraude devrait également être signalée à la banque.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance