Suivez nous sur

Allemagne

La Commission autorise un programme allemand de 2.98 milliards d'euros pour promouvoir le chauffage urbain écologique

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

La Commission européenne a autorisé, en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État, un programme allemand de 2.98 milliards d'euros visant à promouvoir le chauffage urbain écologique basé sur les énergies renouvelables et la chaleur résiduelle. La mesure contribuera à la mise en œuvre du plan national allemand pour l'énergie et le climat et à la Objectifs stratégiques de l'UE relatifs au pacte vert pour l'UE, en particulier l'objectif de neutralité climatique de l'UE à l'horizon 2050.

La vice-présidente exécutive Margrethe Vestager, en charge de la politique de concurrence, a déclaré : « Ce programme de 2.98 milliards d'euros contribuera à verdir le secteur du chauffage urbain en Allemagne, en soutenant la construction de systèmes de chauffage urbain plus efficaces et la décarbonisation des systèmes existants. Grâce à cette mesure, l'Allemagne pourra augmenter la part des énergies renouvelables et de la chaleur perdue dans le secteur du chauffage, diminuant ainsi considérablement ses émissions. La mesure d'aide allemande que nous avons approuvée aujourd'hui contribuera à la réalisation des objectifs du pacte vert de l'UE et aidera l'Allemagne à atteindre ses objectifs environnementaux, tout en limitant les éventuelles distorsions de concurrence.»

Le schéma allemand

En juin 2022, l'Allemagne a notifié à la Commission son intention de mettre en place un système visant à promouvoir le chauffage urbain vert basé sur la chaleur renouvelable et résiduelle.

Le dispositif, qui se poursuivra jusqu'au 30 août 2028, sera ouvert aux gestionnaires de réseaux de chauffage urbain et aux opérateurs ne fournissant pas actuellement ce service sur le marché. L'aide prendra la forme de subventions directes. La mesure soutiendra des études de faisabilité et des plans de transformation respectivement pour la construction et la décarbonisation des réseaux de chauffage urbain. Dans le cadre de ce régime, les gestionnaires de réseaux de chauffage urbain pourront également bénéficier d'aides à l'investissement pour :

  • la construction de nouveaux systèmes de chauffage urbain avec une part de chaleur renouvelable et résiduelle d'au moins 75 % ;
  • la décarbonisation et la modernisation des systèmes de chauffage urbain existants pour qu'ils fonctionnent sur la base d'énergies renouvelables et de la chaleur résiduelle ; et
  • l'installation d'installations de production de chaleur renouvelable et solaire thermique, de pompes à chaleur et de réservoirs de chaleur, ainsi que l'intégration de la chaleur résiduelle dans les systèmes de chauffage urbain.

En outre, les gestionnaires de réseaux de chauffage urbain pourront bénéficier d'aides au fonctionnement pour la production de chaleur renouvelable au moyen d'installations solaires thermiques et de pompes à chaleur.

Le soutien aux études de faisabilité et aux plans de transformation couvrira jusqu'à 50 % de leurs coûts. En ce qui concerne les aides à l'investissement, le montant de l'aide par bénéficiaire couvrira jusqu'à 40 % des coûts d'investissement éligibles. Dans le cas d'une aide au fonctionnement, l'aide sera calculée sur la base de la quantité de chaleur renouvelable produite. L'autorité chargée de l'octroi veillera à ce que l'aide ne dépasse pas le déficit de financement (c'est-à-dire le montant d'aide nécessaire pour attirer les investissements qui, autrement, n'auraient pas lieu).

Publicité

Ce programme national devrait soutenir l'installation d'environ 681 MW de capacité de production de chaleur renouvelable par an, réduisant les émissions de gaz à effet de serre d'environ 4 millions de tonnes de CO2 par an.

L'évaluation de la Commission

La Commission a apprécié le régime au regard des règles de l'UE en matière d'aides d'État, en particulier Article 107 (3) (c) du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne («TFUE»), qui permet aux pays de l'UE de soutenir le développement de certaines activités économiques sous certaines conditions, dans le cadre de Lignes directrices 2022 sur les aides d'État pour le climat, la protection de l'environnement et l'énergie.

La Commission a constaté que:

  • L'aide est nécessaire et approprié pour la décarbonisation du secteur du chauffage urbain en Allemagne et qu'il a un « effet incitatif ». Étant donné que les combustibles fossiles présentent un avantage de coût par rapport à la chaleur renouvelable et résiduelle, en l'absence d'aide, les investissements dans les installations de production de chauffage urbain seraient basés sur les combustibles fossiles et refléteraient ainsi le mix énergétique actuel en Allemagne, caractérisé par une part élevée de chaudières à gaz et de cogénération installations. En outre, en l'absence d'aides, les investissements dans de nouveaux réseaux de chauffage urbain et dans la décarbonation des réseaux existants ont peu de chances d'avoir lieu en raison des coûts élevés et des faibles revenus de ces investissements. Enfin, sans l'aide, les bénéficiaires du régime ne seraient pas suffisamment incités à planifier la construction de nouveaux réseaux de chauffage urbain et la décarbonisation des réseaux existants de manière rentable.
  • L'aide est proportionné et limité au minimum nécessaire. Bien que le niveau de l'aide ne soit pas basé sur la quantification individuelle du déficit de financement pour chacun des bénéficiaires, l'autorité chargée de l'octroi doit s'assurer que l'aide ne dépasse pas le déficit de financement. En outre, le soutien à la production de chaleur fera l'objet d'un suivi annuel par l'autorité concédante afin de s'assurer que le déficit de financement n'est pas dépassé.
  • La solution effets positifs de l'aide sur la décarbonisation des systèmes de chauffage urbain en Allemagne l'emportent sur les effets négatifs potentiels sur la concurrence et les échanges entre États membres. Le régime soutiendra la décarbonisation du secteur du chauffage urbain en Allemagne, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre, conformément aux Green Deal européen, sans fausser indûment la concurrence dans le marché unique.

Sur cette base, la Commission a autorisé le régime allemand en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État.

Contexte

La Commission Lignes directrices 2022 sur les aides d'État pour le climat, la protection de l'environnement et l'énergie fournir des orientations sur la manière dont la Commission évaluera la compatibilité des mesures d'aide à la protection de l'environnement, y compris la protection du climat, et à l'énergie soumises à l'obligation de notification prévue à l'article 107, paragraphe 3, point c), du TFUE.

Les nouvelles lignes directrices, applicables à partir de janvier 2022, créent un cadre habilitant flexible et adapté pour aider les États membres à fournir le soutien nécessaire pour atteindre les objectifs du Green Deal de manière ciblée et rentable. Les règles impliquent un alignement sur les objectifs et cibles importants de l'UE définis dans le pacte vert européen et sur d'autres modifications réglementaires récentes dans les domaines de l'énergie et de l'environnement et répondront à l'importance accrue de la protection du climat. Ils comprennent des volets sur les mesures d'efficacité énergétique, les aides à la mobilité propre, les infrastructures, l'économie circulaire, la réduction de la pollution, la protection et la restauration de la biodiversité, ainsi que des mesures visant à assurer la sécurité d'approvisionnement énergétique, sous certaines conditions.

Les lignes directrices permettent aux États membres de soutenir la production de chaleur à partir d'installations de cogénération liées au secteur du chauffage urbain, sous certaines conditions. Ces règles visent à aider les États membres à atteindre les objectifs ambitieux de l'UE en matière d'énergie et de climat au moindre coût possible pour les contribuables et sans distorsions de concurrence indues dans le marché unique.

La solution La directive sur l'efficacité énergétique de 2018 a établi un objectif d'efficacité énergétique contraignant à l'échelle de l'UE d'au moins 32.5 % d'ici 2030. Avec la Communication sur l'accord vert européen en 2019, la Commission a renforcé ses ambitions climatiques en fixant un objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre en 2050. La Droit climatique européen adoptée en juin 2019, qui consacre l'objectif de neutralité climatique à l'horizon 2050 et introduit l'objectif intermédiaire de réduction des émissions nettes de gaz à effet de serre d'au moins 55 % d'ici 2030, pose les bases du 'Fit pour 55' propositions législatives adoptées par la Commission le 14 juillet 2021. Parmi ces propositions, la Commission a présenté une modification du La directive sur l'efficacité énergétique définir un objectif annuel contraignant plus ambitieux pour réduire la consommation d'énergie au niveau de l'UE.

La version non confidentielle de la décision sera publiée sous le numéro de cas dans le SA.63177 registre des aides d'État sur la Commission Compétition site Web une fois que tous les problèmes de confidentialité ont été résolus. Les nouvelles publications de décisions d’aides d’État sur Internet et au Journal officiel sont répertoriées dans le Concours hebdomadaire e-News.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance