Suivez nous sur

Commission européenne

Pêche durable: la Commission fait le point sur les progrès réalisés dans l'UE et lance une consultation sur les possibilités de pêche pour 2022

PARTAGEZ:

En cliquant sur ce bouton,

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

La Commission a adopté la communication 'Vers une pêche plus durable dans l'UE : état des lieux et orientations pour 2022'. En accord avec le Green Deal européen objectifs, la pêche de l'UE évolue vers plus de durabilité, en soutenant la transition vers un système alimentaire européen sain et respectueux de l'environnement et en soutenant des sources de revenus durables pour les pêcheurs de l'UE, montre la communication. Les performances socio-économiques du secteur restent bonnes, malgré la crise du coronavirus, également grâce au soutien rapide de la Commission.

La communication appelle à des efforts supplémentaires pour protéger les ressources marines, à la fois en maintenant des niveaux d'ambition élevés au sein de l'UE et en s'efforçant d'atteindre le même niveau élevé dans le travail avec les pays tiers. Les États membres, les conseils consultatifs, l'industrie de la pêche, les organisations non gouvernementales et les citoyens intéressés sont invités à participer jusqu'au 31 août à une consultation publique et d'exprimer leur point de vue sur les possibilités de pêche pour 2022.

Le commissaire chargé de l'environnement, des océans et de la pêche, Virginijus Sinkevičius, a déclaré : « La pêche de l'UE reste sur la voie d'une utilisation encore plus durable de la mer. Et tandis que la pandémie a durement frappé nos communautés de pêcheurs, il a été confirmé que la durabilité environnementale est la clé de la résilience économique. La situation dans certains bassins maritimes requiert notre attention particulière, mais également dans tous nos bassins maritimes, davantage doit être fait pour livrer le bleu du Green Deal. Je compte sur tout le monde pour jouer pleinement son rôle.

Publicité

La communication de 2021 montre que dans l'Atlantique du Nord-Est en particulier, la durabilité a été presque atteinte pour les stocks gérés selon le principe du rendement maximal durable (RMD) - la quantité maximale de poisson que les pêcheurs peuvent retirer de la mer sans compromettre la régénération et l'avenir productivité du stock.

Des valeurs saines ont encore contribué à la performance socio-économique du secteur, qui est ainsi resté rentable malgré les impacts de la pandémie de COVID-19. Les activités de pêche ont été durement touchées par la crise sanitaire et la valeur au débarquement du poisson aurait diminué de 17 % l'année dernière par rapport à 2019. Le soutien rapide que la Commission a apporté au secteur, notamment en mettant à disposition 136 millions d'euros de fonds au titre de le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche, a contribué à faire face rapidement aux effets de la pandémie.

Cependant, pour assurer des stocks de poissons sains pour les générations futures, les efforts doivent être poursuivis. Dans l'Atlantique et la mer Baltique, la Commission proposera pour l'année prochaine de maintenir ou de réduire davantage la mortalité par pêche conformément au rendement maximal durable (MSY) pour les stocks évalués au MSY et de mettre pleinement en œuvre des plans de gestion qui fixent des fourchettes de mortalité MSY. En Méditerranée et en mer Noire, malgré une légère amélioration, les taux d'exploitation sont encore deux fois supérieurs aux niveaux soutenables. Des efforts importants seront donc déployés pour poursuivre la mise en œuvre du plan pluriannuel de la Méditerranée occidentale et des mesures adoptées par la Commission générale des pêches pour la Méditerranée. De nouvelles améliorations dans l'Adriatique figureront en bonne place dans les possibilités de pêche de 2022.

Publicité

Les États membres doivent également renforcer l'application et le contrôle du respect de l'obligation de débarquement, notamment en utilisant des outils de contrôle modernes adaptés, tels que des systèmes de surveillance électronique à distance, qui constituent le moyen le plus efficace et le plus rentable de contrôler l'obligation de débarquement à mer. La Commission continuera à travailler avec le Parlement européen et le Conseil pour parvenir à un accord sur le système de contrôle de la pêche révisé, qui peut faciliter l'utilisation de ces outils. En outre, les pêcheurs sont encouragés à adopter davantage l'utilisation d'engins plus innovants et sélectifs. le Fonds européen pour les affaires maritimes, la pêche et l'aquaculture (FEMAF) peut aider à financer de tels investissements.

Dans ses relations avec les pays tiers, la Commission poursuivra des niveaux élevés d'alignement sur les possibilités de pêche et les mesures connexes avec des normes de durabilité élevées. Cela sera essentiel pour garantir une exploitation durable des ressources et pour parvenir à des conditions de concurrence équitables pour l'industrie de l'UE étant donné les fortes interconnexions entre les flottes dans les eaux concernées. En ce qui concerne les stocks partagés avec le Royaume-Uni, l'accord de commerce et de coopération (ACT) fournit une base solide pour la gestion durable des stocks de poissons partagés, à la fois lors des consultations annuelles sur les possibilités de pêche et par l'intermédiaire du comité spécialisé de la pêche.

Contexte

Chaque année, la Commission publie une communication décrivant l'état d'avancement de la situation des stocks halieutiques et lançant une large consultation publique sur la fixation des possibilités de pêche annuelles pour l'année suivante. La présente communication évalue les progrès accomplis vers une pêche durable dans l'UE et examine l'équilibre entre la capacité de pêche et les possibilités de pêche, les performances socio-économiques du secteur et la mise en œuvre de l'obligation de débarquement. Il expose également la justification de la proposition relative aux possibilités de pêche pour l'année suivante.

Prochaines étapes

Après la consultation, la Commission présentera à l'automne ses propositions de règlements sur les possibilités de pêche pour 2022 dans l'Atlantique, la mer du Nord et la mer Baltique, ainsi qu'en Méditerranée et en mer Noire. Les propositions tiennent compte des plans pluriannuels et se fondent sur les avis scientifiques fournis par le Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM) et d'autres organismes indépendants, ainsi que sur l'analyse économique fournie par le Comité scientifique, technique et économique. pour la pêche (CSTEP).

Les propositions intégreront également les ajustements résultant de la mise en œuvre de l'obligation de débarquement. Enfin, le Conseil des ministres de la pêche de l'Union européenne discutera des propositions de la Commission et établira la répartition des possibilités de pêche.

Plus d'information

Communication 'Vers une pêche plus durable dans l'UE : état des lieux et orientations pour 2022'

Questions et réponses

Politique commune de la pêche (PCP)

Commission européenne

L'UE à l'AGNU76 : Conclusion

En cliquant sur ce bouton,

on

L'UE a conclu une semaine de discussions intenses avec des dirigeants du monde entier sur la manière de relever ensemble les défis les plus urgents de notre époque : lutter contre la pandémie de coronavirus et s'en remettre, lutter contre le changement climatique et la perte de biodiversité, le développement durable et l'érosion des droits de l'homme. Le 23 septembre, le haut représentant/vice-président Josep Borrell (photo) a prononcé une déclaration au nom de l'UE lors de la conférence ministérielle sur l'article XIV du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE). Regardez la déclaration ici.

Il a également livré un message vidéo lors de la réunion de l'Alliance pour le multilatéralisme. Le commissaire à la gestion des crises, Janez Lenarčič, a prononcé un discours d'ouverture lors de l'événement de haut niveau sur « La protection des enfants, victimes invisibles des conflits armés et du COVID-19 », organisé par l'UE et la Belgique. Le commissaire à l'environnement, aux océans et à la pêche, Virginijus Sinkevičius, a participé à un événement de haut niveau sur les perspectives régionales de l'économie circulaire. Le 23 septembre également, le vice-président exécutif de l'European Green Deal Frans Timmermans et le commissaire à l'énergie Kadri Simson ont présenté trois pactes énergétiques lors du Dialogue de haut niveau des Nations Unies sur l'énergie à New York, en partenariat avec l'Agence internationale de l'énergie et l'Agence internationale des énergies renouvelables. Vous pouvez en savoir plus ici. Le vice-président exécutif Frans Timmermans représentera l'UE au Sommet virtuel des Nations Unies sur les systèmes alimentaires. Son discours sera disponible ici.

Il a également participé au dialogue de leadership « Accélérer l'action pour parvenir à un accès universel à l'énergie et à zéro émission nette » dans le cadre du Dialogue de haut niveau des Nations Unies sur l'énergie. Enfin, mardi 28 septembre, la commissaire aux partenariats internationaux, Jutta Urpilainen, participera à la réunion des chefs d'État et de gouvernement sur l'emploi et la protection sociale pour l'éradication de la pauvreté, organisée par le secrétaire général de l'ONU et l'Organisation internationale du travail (OIT). Toute la couverture médiatique et audiovisuelle de la semaine dernière sera disponible sur SEAEEurope et Consilium.

Publicité

Continuer la lecture

Commission européenne

La Commission et Europa Nostra annoncent les meilleurs lauréats européens du prix du patrimoine 2021

En cliquant sur ce bouton,

on

Les gagnants de la Prix ​​du patrimoine européen / Prix Europa Nostra, la plus haute distinction européenne dans le domaine, ont été honorés au siège de la Fondation Giorgio Cini à Venise. La cérémonie fait partie des moments forts de la Sommet européen du patrimoine culturel 2021 qui se déroule du 21 au 24 septembre dans la ville du patrimoine mondial de Venise. La remarquable réhabilitation du Église en bois du village d'Urși (Roumanie) est le grand gagnant de 2021 : le jury lui a décerné un Grand Prix tandis que le grand public l'a sélectionné comme son projet patrimonial préféré en Europe et fier lauréat du Public Choice Award de cette année. Quelque 7,000 XNUMX citoyens de toute l'Europe ont voté en ligne via le site Europa Nostra. Les lauréats du Grand Prix, choisis par le Conseil d'administration d'Europa Nostra sur recommandation d'un organisme indépendant jury d'experts, recevront 10,000 XNUMX € chacun.

La commissaire à l'innovation, à la recherche, à la culture, à l'éducation et à la jeunesse, Mariya Gabriel, a déclaré : « Je félicite chaleureusement les impressionnants lauréats des Prix européens du patrimoine / Prix Europa Nostra 2021 pour leur succès et leurs contributions remarquables à notre Europe de la culture. L'impact considérable des lauréats illustre la contribution inestimable du patrimoine culturel européen à notre société, notre économie et notre environnement. À un moment où l'Europe est déterminée à reconstruire mieux, ces réussites sont une véritable inspiration et un exemple puissant de ce que nous, Européens, pouvons réaliser ensemble malgré les défis auxquels nous sommes confrontés. J'espère que ces prix aideront vos excellents projets à prospérer et joueront un rôle encore plus important dans le redressement de notre Europe. 

Le Prix ​​du patrimoine européen / Prix Europa Nostra ont été lancés par la Commission en 2002 et sont gérés depuis par Europa Nostra. Les prix ont le soutien du Europe créative programme de l'Union européenne. Le sommet contribue à deux initiatives citoyennes clés lancées par les institutions de l'UE, à savoir la Nouveau Bauhaus européen et l’équipe de Conférence sur l'avenir de l'Europe. Veuillez trouver plus d'informations sur les lauréats et sur l'initiative ici.

Publicité

Continuer la lecture

Horizon Europe

L'Islande et la Norvège sont les premiers pays associés à Horizon Europe

En cliquant sur ce bouton,

on

L'Islande et la Norvège se sont formellement associées à Horizon Europe, permettant aux entités de ces deux pays de participer au programme européen de recherche et d'innovation de 95.5 milliards d'euros, dans les mêmes conditions que les entités des États membres de l'UE. Le comité mixte de l'Espace économique européen, composé de représentants de l'Islande, du Liechtenstein, de la Norvège et de l'UE, a adopté aujourd'hui la décision pertinente pour l'Islande et la Norvège, ce qui en fait les premiers à être associés à Horizon Europe. C'est l'occasion de poursuivre et d'approfondir la coopération dans les domaines de la science, de la recherche et de l'innovation, en se concentrant sur des priorités communes : la double transition verte et numérique, la santé publique et la compétitivité de l'Europe dans le paysage mondial. Des efforts conjoints viseront à résoudre les problèmes environnementaux dans l'Arctique, à développer des technologies de capture de l'hydrogène et du carbone, à stimuler l'innovation basée sur les données, etc.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive d'une Europe digne de l'ère numérique, a déclaré : « L'ouverture et la coopération avec le reste du monde sont essentielles dans notre stratégie visant à créer une masse critique pour la recherche et l'innovation et pour accélérer et trouver des solutions aux défis mondiaux urgents. En unissant nos forces à celles de l'Islande et de la Norvège, nous poursuivrons une série d'actions à l'appui des programmes verts, numériques et de santé publique. » Mariya Gabriel, commissaire chargée de l'innovation, de la recherche, de la culture, de l'éducation et de la jeunesse, a déclaré : « Je souhaite chaleureusement la bienvenue à l'Islande et à la Norvège à bord d'Horizon Europe. Ils figuraient parmi les plus performants d'Horizon 2020, faisant preuve de leadership en matière d'innovation et d'excellence dans des domaines tels que l'énergie, l'environnement, la sécurité alimentaire, la santé et les technologies numériques. J'attends avec impatience de nouvelles avancées et réussites dans les années à venir ! »

Cette coopération souligne l'importance de l'accord EEE, qui permet la pleine participation des États de l'EEE au marché intérieur de l'UE et fournit une base pour la coopération dans d'autres domaines, notamment la recherche, le développement technologique, l'environnement et la culture. Horizon Europe, le programme de recherche et d'innovation de l'UE 2021-2027, est l'un des principaux outils de mise en œuvre de la stratégie européenne de coopération internationale : L'approche globale de l'Europe en matière de coopération en matière de recherche et d'innovation. Le programme est ouvert aux chercheurs et aux innovateurs du monde entier qui sont encouragés à faire équipe avec des partenaires de l'UE pour préparer des propositions. Des négociations sont en cours avec de nombreux autres pays non membres de l'UE qui ont exprimé leur intérêt à s'associer à Horizon Europe et d'autres annonces seront faites dans les semaines à venir. Plus d'informations sont disponibles ici.

Publicité

Continuer la lecture
Publicité
Publicité
Publicité

Tendance