Suivez nous sur

Parlement européen

Les règles de l'UE imposent plus de transparence fiscale aux multinationales

PARTAGEZ:

En cliquant sur ce bouton,

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Depuis octobre 2021, le Panama figure sur la liste de l'UE des juridictions non coopératives à des fins fiscales.

Les entreprises multinationales devront divulguer publiquement le montant des impôts qu'elles paient dans chaque pays de l'UE, ce qui augmentera le contrôle de leurs pratiques fiscales, Société.

Le 11 novembre, les députés voteront un accord provisoire avec le Conseil qui obligerait les entreprises ayant un chiffre d'affaires annuel supérieur à 750 millions d'euros et opérant dans plusieurs pays à déclarer les bénéfices qu'elles ont réalisés, l'impôt sur les sociétés payé et le nombre d'employés dans chaque pays de l'UE pour l'exercice précédent.

Les entreprises devront également publier des détails sur leurs bénéfices, leur personnel et leurs impôts dans certains pays non membres de l'UE, y compris les pays qui ne coopèrent pas avec l'UE en matière fiscale et ceux qui ne répondent pas à toutes les normes mais se sont engagés à se réformer. L'UE garde listes des juridictions dans les deux catégories, qu'il révise régulièrement.

Publicité

L'objectif des nouvelles règles est de faire la lumière sur les endroits où les multinationales paient des impôts et de rendre plus difficile pour elles d'éviter de payer leur juste part.

Pourquoi la transparence fiscale est importante

Les députés demandent l'introduction de rapports publics pays par pays par les entreprises depuis qu'un certain nombre de scandales au milieu des années 2010 ont révélé que de nombreuses multinationales transfèrent leurs bénéfices vers des pays où elles pourraient avoir peu d'employés et d'opérations, mais où elles bénéficient d'une fiscalité préférentielle. traitement.

En pratique, cela signifie que les multinationales paient moins d'impôts au détriment des pays qui peinent à financer les investissements ou les prestations sociales.

Publicité

Une transparence accrue devrait amener les grandes entreprises à se poser davantage de questions sur leur approche du paiement des impôts.

Longtemps dans la fabrication

Le Parlement européen fait des recommandations en 2015 des règles obligeant les entreprises à divulguer les bénéfices et les impôts par pays. La Commission européenne a proposé une législation en 2016, mais alors que le Parlement a adopté sa position en juillet 2017, l'avancement du dossier en Conseil des ministres a été lent et les négociations entre les colégislateurs n'ont commencé qu'en 2021. Un accord provisoire a été trouvé en juin 2021.

"Ce résultat est un grand succès pour le Parlement européen, car c'est le Parlement européen qui l'a exigé et l'a mis sur la table", a déclaré un membre autrichien du S&D. Evelyn Regner (S&D, Autriche), l'un des députés européens négociant au nom du Parlement en commentaires sur l'accord provisoire. Elle a déclaré que les règles sont importantes pour les citoyens car elles pourraient apporter une plus grande justice fiscale sur le lieu de paiement des impôts.

Les nouvelles règles n'obligeront pas les multinationales à révéler leurs bénéfices et impôts dans chaque pays du monde : les entreprises seront toujours autorisées à divulguer des chiffres agrégés pour les pays qui ne sont pas membres de l'UE et ne figurent pas sur les listes de l'UE des pays non coopératifs et des pays qui se sont engagés à réformer la fiscalité. Cependant, les négociateurs du Parlement affirment que les règles pourraient être encore renforcées après que la Commission aura procédé à un examen de l'impact de la législation au moins quatre ans après sa mise en œuvre.

"Ce n'est que le début d'un voyage, pas la fin... C'est une étape importante, à partir de ce terrain conquis, nous pouvons continuer à avancer", a déclaré un membre espagnol du S&D. Iban García del Blanco, l'autre député européen qui a négocié au nom du Parlement.

En savoir plus 

Partagez cet article:

Politique agricole commune (PAC)

La réforme de la politique agricole commune obtient l'approbation finale des députés européens

En cliquant sur ce bouton,

on

Mardi (23 novembre), le Parlement a donné son feu vert à la nouvelle politique agricole de l'UE. Cette version réformée se veut plus verte, plus juste, plus flexible et transparente, AGRI, Séance plénière.

Au cours des négociations sur le paquet de réformes législatives, les députés ont insisté sur le fait que le renforcement de la biodiversité et le respect des lois et engagements de l'UE en matière d'environnement et de climat seront essentiels à la mise en œuvre de la politique agricole commune (PAC) réformée, qui entrera en vigueur en 2023. évaluer si les plans stratégiques nationaux de la PAC sont conformes à ces engagements, les agriculteurs devront se conformer à des pratiques respectueuses du climat et de l'environnement. Les États membres seront tenus de veiller à ce qu'au moins 35 % du budget du développement rural et au moins 25 % des paiements directs soient consacrés aux mesures environnementales et climatiques.

Plus de soutien pour les petites exploitations et les jeunes agriculteurs

Les députés ont assuré qu'au moins 10 % des paiements directs seraient utilisés pour soutenir les petites et moyennes exploitations et qu'au moins 3 % du budget de la PAC iraient aux jeunes agriculteurs. Ils ont également insisté sur le fait qu'une réserve de crise dotée d'un budget annuel de 450 millions d'euros (en prix courants) sera en permanence prête à aider les agriculteurs en cas d'instabilité des prix ou du marché.

Publicité

Plus de transparence et un meilleur respect des règles du travail

Sous la pression du Parlement, les règles du travail de l'UE dans les secteurs agricoles seront mieux contrôlées et les infractions sanctionnées grâce à la coopération entre les inspecteurs du travail nationaux et les organismes payeurs de la PAC.

Les informations sur les bénéficiaires finaux du soutien de l'UE seront plus transparentes grâce à un outil d'exploration de données de l'UE, auquel les États membres auront accès et qui permet d'identifier le risque de fraude en recoupant les informations dans les bases de données publiques.

Publicité

Le « Règlement sur les plans stratégiques » a été adopté avec 452 voix pour, 178 contre et 57 abstentions, le « Règlement horizontal » avec 485 voix pour, 142 contre et 61 abstentions et le « Règlement sur l'organisation commune des marchés » avec 487 pour, 130 contre et 71 abstentions.

Rapporteur pour le 'Règlement sur les plans stratégiques' Peter Jahr (PPE, DE) a déclaré : « En approuvant la réforme de la PAC, nous garantissons la sécurité de la planification non seulement pour les États membres, mais surtout pour nos agriculteurs européens. Nous avons veillé à ce que cette PAC soit plus durable, transparente et prévisible. Le nouveau modèle de prestation réduira le fardeau bureaucratique de la politique agricole sur les agriculteurs. Notre vote d'aujourd'hui a montré que nous voulons protéger et promouvoir les fermes familiales, les personnes qui entretiennent et préservent notre paysage culturel.

Rapporteur pour le 'Règlement horizontal' Ulrike Müller (RE, DE) a déclaré : « Aujourd'hui marque un jour historique pour la nouvelle PAC, un jour où nous avançons vers une politique agricole plus ambitieuse sur le plan environnemental, socialement consciente et axée sur la performance. Le nouveau modèle de mise en œuvre garantira que la PAC se concentrera davantage sur la réalisation de ses objectifs et moins sur le simple respect des règles. Nous avons également veillé à ce que les paiements de la PAC soient plus transparents et que les intérêts financiers de l'UE soient mieux protégés. Ce CAP sera vraiment un succès.

Rapporteur pour le 'Règlement sur l'organisation commune des marchés' Eric Andrieu (S&D, FR) a déclaré : « Pour la première fois depuis plus de 30 ans, grâce au volet organisation commune des marchés de la réforme de la PAC, les réformes approuvées aujourd'hui signifieront plus de régulation du marché que de déréglementation. Nous pouvons être fiers du chemin parcouru, car les progrès réalisés sont importants pour les agriculteurs, pour le secteur et pour les consommateurs. L'organisation commune des marchés est certainement un premier pas dans la bonne direction.

Prochaines étapes

Les règles actuelles de la PAC ont été prolongées après le 31 décembre 2020 et remplacées par règles transitoires jusqu'à fin 2022. Une fois approuvées par le Conseil, les nouvelles règles seront applicables à partir du 1er janvier 2023.

Plus d'information 

Partagez cet article:

Continuer la lecture

intelligence artificielle

AI : « Nous devons agir rapidement pour réaliser le potentiel de l'UE »

En cliquant sur ce bouton,

on

L'UE pourrait établir des normes mondiales en matière d'intelligence artificielle (IA), mais pour en tirer parti, les règles doivent être rapides et flexibles, a déclaré Axel Voss (photo), l'eurodéputé responsable d'un rapport sur l'IA, Société.

"Nous devons être conscients que l'IA est d'une importance extrêmement stratégique", a déclaré Axel Voss (PPE, Allemagne) dans ce Entretien en direct sur Facebook. Le député européen guide le rapport de la commission spéciale sur l'intelligence artificielle à l'ère numérique par le Parlement européen.

Reconnaissant l'importance de la technologie, le Parlement a mis en place le comité pour se concentrer sur l'IA, apprendre comment elle pourrait influencer l'économie de l'UE, découvrir les approches des différents pays et proposer des suggestions pour la législation future.

Le projet de rapport, présenté à la commission le 9 novembre 2021, affirme que l'UE devrait se concentrer sur l'énorme potentiel de l'IA. L'auteur du rapport Voss a déclaré que cette technologie pourrait jouer un rôle clé dans des domaines tels que le changement climatique, le secteur de la santé et la compétitivité de l'UE.

Publicité

En savoir plus sur qu'est-ce que l'IA et comment elle est utilisée.

L'UE peut-elle devenir un acteur plus important de l'IA ?

L'UE prend du retard dans la course technologique mondiale et si elle veut rester une puissance économique et mondiale, selon le rapport, elle devrait devenir une puissance mondiale en IA. Si l'UE n'agit pas rapidement et avec courage, elle finira par devenir une "colonie numérique" de la Chine, des États-Unis et d'autres États et risquera de perdre sa stabilité politique, sa sécurité sociale et ses libertés individuelles, selon le rapport. En outre, les technologies émergentes pourraient entraîner un déplacement du pouvoir mondial loin du monde occidental.

Publicité

L'échec de l'UE à commercialiser les innovations technologiques signifie que « nos meilleures idées, talents et entreprises » vont ailleurs, selon le rapport. Voss a averti que la fenêtre d'opportunité se fermait, affirmant que l'UE devait « se concentrer, prioriser, investir ».

L'Europe devrait se concentrer davantage sur des modèles économiques qui permettraient de transformer la recherche en produits, d'assurer un environnement compétitif pour les entreprises et d'éviter une fuite des cerveaux. Seules 8 des 200 premières entreprises numériques sont basées dans l'UE.

L'importance des données

Les données sont cruciales pour le développement de l'IA. "Si nous pensons que nous pouvons rivaliser dans le monde sans fournir de données, alors nous sommes absents", a déclaré Voss. "Nous devrions nous concentrer davantage sur la façon dont nous pouvons fournir des données, y compris des données personnelles."

"Trop de gens pensent que nous ne pouvons pas ouvrir le RGPD pour le moment", ce qui signifie un manque de données pour l'industrie européenne, a-t-il déclaré. Le RGPD établit une norme mondiale, a déclaré Voss, "mais pas avec l'état d'esprit selon lequel si nous avons atteint une norme d'or, nous ne pouvons plus la changer : vous ne restez à la première place que si vous vous améliorez toujours".

"Les grands collecteurs de données sont en Chine ou aux États-Unis. Si nous voulons faire quelque chose à ce sujet, nous devons faire quelque chose très rapidement car la vitesse est une question de concurrence dans ce domaine."

Démocratie et droits de l'homme

L'UE est « habituée à établir des normes et à les combiner avec les droits fondamentaux, avec les valeurs européennes fondamentales. C'est ce que nous pouvons offrir et je dirais aussi que c'est quelque chose dont le monde a également besoin », a-t-il déclaré.

Voss pense que l'UE peut atténuer les risques que l'IA peut poser pour les droits de l'homme et la démocratie lorsqu'elle est mal utilisée, comme dans certains États autoritaires, « si nous le faisons de manière pragmatique ».

Il met en garde contre une approche idéologique. « Si nous nous concentrons sur la combinaison de cette technologie avec nos valeurs européennes fondamentales et ne surchargeons pas notre industrie et nos entreprises, nous avons de bonnes chances de réussir."

En savoir plus sur ce que le Parlement veut concernant les règles de l'IA.

Partagez cet article:

Continuer la lecture

Parlement européen

Avenir de l'Europe : les panels de citoyens prennent la parole

En cliquant sur ce bouton,

on

Des panels de citoyens se réuniront au cours des prochains mois pour discuter de l'avenir de l'UE et faire des recommandations. En savoir plus, affaires européennes.

La Conférence sur l'avenir de l'Europe place les personnes au centre de la discussion sur la manière dont l'UE devrait évoluer pour faire face aux défis futurs. Les panels de citoyens ont un rôle important à jouer : ils discuteront des idées de événements à travers l'UE et les propositions soumises par le biais du Plateforme de conférence et fera des recommandations à discuter avec les institutions de l'UE et d'autres parties prenantes.

Qui participe?

Il existe quatre panels de citoyens européens, chacun comprenant 200 citoyens. Les membres du panel ont été sélectionnés au hasard, mais d'une manière qui reflète la diversité de l'UE. Par exemple, il y aura un nombre égal d'hommes et de femmes dans chaque panel ainsi qu'une représentation proportionnelle des Européens des zones urbaines et rurales. Les jeunes de 16 à 25 ans constitueront un tiers des membres.

Publicité

De quoi sera-t-il discuté ?

Chaque panel traitera de certains des sujets sur lesquels des personnes ont été invitées à proposer des idées :

  • Économie plus forte, justice sociale et emplois/éducation, culture, jeunesse, sport/transformation numérique ;
  • Démocratie européenne/valeurs et droits, État de droit, sécurité ;
  • changement climatique, environnement/santé, et;
  • l'UE dans le monde/migration.


Les membres du panel pourront soulever des questions supplémentaires. Des experts indépendants seront disponibles lors des réunions pour fournir des conseils.

Publicité

Quand les panels de citoyens se réuniront-ils ?

Chacun des panels se réunira trois fois. Les premières sessions se sont déroulées sur quatre week-ends entre le 17 septembre et le 17 octobre dans les locaux du Parlement à Strasbourg. Les deuxièmes sessions auront lieu en ligne en novembre et les troisièmes sessions se tiendront en décembre et janvier dans les villes de l'UE, si la situation sanitaire le permet.

Le calendrier des quatre panels de citoyens

PanneauLes sujetsPremière sessionDeuxième séanceTroisième séance
1Économie plus forte, justice sociale et emplois/éducation, culture, jeunesse, sport/transformation numérique17-19 Septembre5-7 Novembre3-5 décembre (Dublin)
2Démocratie européenne/valeurs et droits, État de droit, sécurité24-26 Septembre12-14 Novembre10-12 décembre (Florence)
3Changement climatique, environnement/santé1-3 Octobre19-21 Novembre7-9 janvier (Varsovie)
4L'UE dans le monde/les migrations15-17 Octobre26-28 Novembre14-16 janvier (Maastricht)

Quel sera le résultat ?

Les panels formuleront des recommandations, qui seront discutées lors de la conférence plénière qui réunit des citoyens, des représentants des institutions européennes et des parlements nationaux ainsi que d'autres parties prenantes. Vingt représentants de chaque panel participeront aux séances plénières de la conférence et présenteront les résultats des travaux des panels.

Les recommandations des panels alimenteront le rapport final de la Conférence, qui sera préparé au printemps 2022 par le conseil exécutif de la Conférence. Le comité comprend des représentants du Parlement européen, du Conseil et de la Commission - les institutions qui devront donner suite aux conclusions - ainsi que des observateurs de toutes les parties prenantes de la Conférence. Le rapport sera rédigé en pleine collaboration avec la Conférence plénière et devra recevoir son approbation.

Comment suivre le travail des panels ?

Les sessions de panel où tous les membres se rencontrent seront diffusées en ligne. Vous pourrez trouver plus de détails à leur sujet sur la plateforme Conférence. 

Conférence sur l'avenir de l'europe

Conférence sur l'avenir de l'Europe : qu'est-ce que c'est et comment ça marche ?

L'avenir de l'Europe : la conférence plénière commence par des attentes de changement

Conférence sur l'avenir de l'Europe : matériel de campagne

Conférence sur l'avenir de l'Europe : le temps de vos idées

L'avenir de l'Europe : les idées des citoyens lors de la plénière de la Conférence

Avenir de l'Europe : les panels de citoyens prennent la parole 

Avenir de l'Europe : les citoyens discutent de politique étrangère et de migration

Les Européens débattent des moyens de renforcer la démocratie et l'État de droit

Avenir de l'Europe : les Européens discutent économie, emploi, éducation à Strasbourg

Avenir de l'Europe : changement climatique, environnement, héalème

« L'heure de l'ouverture aux citoyens » : Conférence sur l'avenir de l'Europe

Conférence sur l'avenir de l'Europe : faites entendre votre voix

Conférence sur l'avenir de l'Europe : lancement de la plateforme numérique multilingue

Conférence sur l'avenir de l'Europe : les préparatifs se poursuivent

Journée de l'Europe : découvrez l'Union européenne le 9 mai 2021

Conférence sur l'avenir de l'Europe : lancement de la plateforme citoyenne le 19 avril

Construire l'Europe de demain: l'UE ouvre la voie à une conférence sur l'avenir de l'Europe

Partagez cet article:

Continuer la lecture
Publicité
Publicité

Tendance