Suivez nous sur

Élections européennes 2024

Les votes sont toujours comptés mais les négociations post-électorales sont en cours

PARTAGEZ:

Publié le

on

Les élections européennes ne sont pas encore tout à fait terminées. Lundi soir, un État membre, l'Irlande, n'avait pour l'instant confirmé que l'un de ses 14 députés européens. Mais la composition globale du nouveau Parlement est suffisamment claire pour que sa Conférence des présidents puisse se mettre au travail, écrit le rédacteur politique Nick Powell.

« Les forces constructives pro-européennes restent majoritaires », a estimé avec confiance un porte-parole du Parlement européen, fixant le calendrier des jours à venir. Il est même possible que le Parti populaire européen, les Socialistes & Démocrates et les Réformateurs disposant toujours d'une majorité globale à eux deux, ils puissent passer de la répartition des postes les plus élevés au Parlement à la conclusion d'accords qui finiront par garantir l'élection du le président de la Commission.

Si Ursula von der Leyen obtient à temps la nomination du Conseil européen pour un second mandat, le vote pourrait avoir lieu dès la séance d'ouverture du Parlement à Strasbourg les 16-19 juillet, même si la prochaine session, du 16 au 19 septembre, est la plus probable. parier probablement.

Tout cela donne l’impression de « faire comme si de rien n’était ». Comme l'a déclaré l'analyste électoral du EU Reporter, l'ancien ministre irlandais de l'Europe, Dick Roche, « le tsunami d'extrême droite n'a pas eu lieu. Les partis de droite ont progressé, notamment en France et en Italie, mais la déroute tant évoquée des partis centristes traditionnels n'a pas eu lieu.  

« L’équilibre politique établi après le Brexit lors de la neuvième législature a perduré. Le centre a tenu et la position d'Ursula von der Leyen semble très sécurisée. La prochaine étape, comme l'a souligné le président du groupe PPE, Manfred Weber, dans son discours de dimanche soir, revient au Chancelier Scholz.» 

Le SPD de Scholz a peut-être obtenu de mauvais résultats, mais il reste chancelier allemand. La nomination de son ancien collègue ministériel à Berlin est donc essentielle pour que von der Leyen puisse se faire réélire. Cependant, c’est exactement ce qu’il fera est inscrit dans son accord de coalition avec les Verts et le libéral FDP.

Publicité

Comme Weber l’a également souligné, le président de la Commission a également besoin du soutien d’Emmanuel Macron, le président français qui a proposé son nom il y a cinq ans. Son propre mauvais résultat électoral – et les élections parlementaires nationales anticipées en cours – devraient bannir toute idée qu’il avait d’essayer de remplacer son protégé.

Les résultats définitifs des élections ne sont pas encore connus. En Irlande, le dépouillement se poursuit notamment, avec un seul candidat déclaré élu lundi soir. Le système de vote unique transférable du pays permet aux électeurs de choisir entre des candidats tout en garantissant un résultat globalement proportionnel, mais il nécessite une réattribution des voix plusieurs fois car les candidats ayant le moins de soutien sont éliminés et - finalement - les plus vainqueurs sont déclarés élus au scrutin plurinominal. circonscriptions.

Sean Kelly, du Fine Gael (PPE), en Irlande du Sud, l'une des trois circonscriptions qui ont élu les 14 députés européens de la République, fait déjà la fête. Il sera probablement suivi par Billy Kelleher du Fianna Fáil (Réforme), même si cela nécessitera peut-être plusieurs autres chefs d'accusation.

Dans les Midlands-Nord-Ouest, aucun candidat n'a été élu après trois décomptes. L'indépendant Luke Ming Flanagan est en tête, suivi de Barry Cowen du Fianna Fáil et de Nina Carberry du Fine Gael.

A Dublin, Barry Andrews du Fianna Fáil est en tête, avec Regina Doherty du Fine Gael à la deuxième place et Lynn Boylan du Sinn Féin devraient également prendre place. Mais ce fut une élection décevante pour le Sinn Féin (GUE/NGL), qui a lancé un défi de taille ces dernières années au Fianna Fáil et au Fine Gael, longtemps les forces dominantes de la politique irlandaise.

Ces rivaux traditionnels, désormais partenaires de la coalition, sont au coude à coude en tête et il n'est pas du tout certain que le Sinn Féin obtiendra plus d'un siège. En Irlande, le taux de participation était de 50 %, légèrement inférieur à la moyenne européenne de 51 %.

Les responsables du Parlement se réjouissent du fait qu'un peu plus de la moitié des électeurs européens ont participé à la deuxième élection consécutive. Mais c’est ignorer le fait que le chiffre de 2019 incluait le Royaume-Uni, où la participation n’était que de 37 % alors que le pays se dirigeait vers le Brexit.

«Les chiffres de participation disponibles sont décevants», a déclaré Dick Roche. « Il s’agit peut-être de l’élection européenne dont on a le plus parlé depuis 1979. « Le nouveau Parlement doit réfléchir longuement et sérieusement à la manière dont il dialoguera avec les électeurs européens ».

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance