Suivez nous sur

Élections européennes 2024

Des résultats mitigés pour la droite populiste imputés au manque de « maturité politique » des partis

PARTAGEZ:

Publié le

on

Même si les partis de droite de ce qu'il appelle « le triste et centriste PPE » ont remporté des sièges aux élections européennes, Frank Füredi, directeur exécutif du groupe de réflexion MCC Bruxelles, a déclaré qu'il ne savait pas s'il devait « sourire ou pleurer ». . Des résultats mitigés à travers l’Europe signifient que l’équilibre politique au Parlement européen n’a pas été modifié de manière décisive, écrit le rédacteur politique Nick Powell.

Il y avait bien sûr de quoi se réjouir pour la droite populiste, notamment les victoires du Rassemblement national en France et du Parti de la liberté en Autriche. Mais si les acquis des Frères d'Italie furent également salués, l'éclipse de la Ligue ne l'était pas. Ainsi, même si l’ambiance lors d’un débat post-électoral organisé par le MCC Bruxelles était loin d’être morose, il n’y a pas eu non plus de triomphalisme.

Le MCC Bruxelles est une initiative du Mathias Corvinus Collegium de Hongrie, mais même dans son pays natal, le résultat n'a pas été à la hauteur de ses espérances. Le Fidesz, longtemps dominant, est toujours arrivé en tête avec 45% des voix, mais son nouveau challenger, TISZA, a obtenu 30% des sondages et ses députés rejoindront le groupe PPE. Le directeur exécutif du MCC Bruxelles, Frank Füredi, a souligné que « nous n'avons pas bien réussi » dans sa ville natale de Budapest.

Une déception encore plus grande a été celle des pays nordiques, désormais « une cause perdue », selon lui, ajoutant que de nombreux partis politiques de droite populiste manquent de maturité politique pour progresser de manière cohérente. Comme on l'a également vu en Slovaquie, ils n'avaient pas compris la nécessité de lutter pour chaque vote, à chaque fois.

La grande exception a été le triomphe du Rassemblement national en France, que le professeur Füredi a salué comme une opération mûrie avec les bonnes personnes en place. « Peut-être trop pragmatiques à mon goût », ils s’étaient à juste titre lassés de perdre les élections et ont réussi à en remporter une. Il avait assisté à l'un de leurs événements de campagne, qui avait attiré un public jeune, où les femmes et les minorités ethniques étaient bien représentées.

L’air du temps, a-t-il affirmé, est toujours fidèle à sa marque de politique de droite et les gens ont dit que ça suffit » aux politiques du Green Deal, du Net Zero et de l’identité de genre. Mais « nous n'avons pas obtenu l'élan dont nous avions besoin ». Il espère que la présidence hongroise du Conseil européen, qui sera en place avant la première réunion du nouveau Parlement en juillet, incitera les autres États membres à ne pas se contenter de se contenter d'obéir à la Commission.

Publicité

La solidarité à droite était la voie à suivre, mais elle est actuellement trop divisée. Mais en fin de compte, sa cause finira par découvrir que son meilleur ami était la démocratie elle-même.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance