Suivez nous sur

Élections européennes 2024

Un ancien commissaire européen et député européen appelle à une "décision rapide" sur la présidence de la CE

PARTAGEZ:

Publié le

on

L'un des plus hauts députés européens du Parlement européen a déclaré que « l'Europe survivra » malgré la montée des partis nationalistes et d'extrême droite aux élections européennes. Les commentaires de l'eurodéputée polonaise Danuta Hübner interviennent après un week-end de chocs lors du scrutin à l'échelle de l'UE.

Les premiers sondages à la sortie des urnes montrent des gains pour les partis de centre-droit et d’extrême droite. Le PPE, avec environ 185 sièges, restera facilement le groupe le plus important au Parlement, suivi par les Socialistes (137). Les grands perdants de la soirée ont été les Verts, qui ont essuyé des pertes.

Les chiffres préliminaires suggèrent un taux de participation estimé à 50,8 % dans l’ensemble de l’UE, soit un peu moins que lors des élections de 2019.

Le grand gagnant a été le Rassemblement national de Marine Le Pen lors du vote au Parlement européen. Son parti d'extrême droite est en passe de remporter 32% des suffrages.

La dirigeante d'extrême droite italienne Giorgia Meloni a consolidé sa position tandis qu'en Allemagne, l'AfD, qui a été exclue du groupe Identité et Démocratie de Le Pen après les remarques de son candidat Maximilian Krah sur les SS, a réalisé des gains importants.

La question de savoir si les partis de ces différents groupes populistes, qui débattent souvent sur des questions clés, peuvent se réunir au sein d’un groupe unifié au Parlement est une autre question.

Publicité

Plus révélateur peut-être est le fait qu’environ un tiers de ces partis nationalistes sont désormais au pouvoir ou dans des gouvernements de coalition dans l’ensemble de l’UE27.

Hübner, député européen de centre droit, s'exprimait lundi sur ce site Internet.

Elle a réagi en déclarant : « Les élections européennes sont derrière nous et, clairement, nous avons cinq années de lutte pour l’Europe devant nous ».

L’ancien commissaire européen a déclaré : « De bonnes nouvelles pour l’Europe viennent de Pologne. La démocratie pro-européenne a gagné. Mais cela mérite un commentaire supplémentaire un peu amer : il existe un contingent assez important de nationalistes, dont certains récemment condamnés pour des crimes et graciés, et d’autres qui le seront peut-être bientôt. 

«Dans le nouveau Parlement, il y aura également des députés de la Confédération d'extrême droite qui se joindront à d'autres qui travaillent activement à la destruction de l'UE. Il s’agit d’une version polonaise de la victoire électorale du FN en France et de la montée de l’Afd en Allemagne, une évolution effrayante pour l’Europe dans son ensemble.

« Pourtant, l’Europe survivra. »

Elle a ajouté : « Ce dont nous avons maintenant besoin, c’est d’un accord politique rapide sur le président de la Commission. Cela ne peut cependant pas être tenu pour acquis. Les deux partenaires de la majorité centriste du PPE (S&D et Renew) pourraient rester sur leurs positions et ne pas soutenir le candidat du PPE à la présidence. Le moment est peut-être venu pour les Verts de rejoindre le courant dominant.»

L’eurodéputé chevronné a ajouté : « L’objectif devrait être la formation d’une Commission stable d’ici la fin de cette année. Il reste tellement de choses sur notre liste de choses à faire.

Un autre commentaire est venu de la directrice exécutive de Strategic Perspectives, Linda Kalcher, qui a déclaré que l'extrême droite « n'a pas suffisamment de sièges et de convergences pour pouvoir former une coalition dirigeante stable au Parlement européen ».

"Au fur et à mesure que la répartition des sièges deviendra claire, l'accent se déplacera sur les négociations sur les postes les plus élevés, une majorité confortable pour le nouveau président de la Commission et les priorités pour les 5 prochaines années."

L'ancien député européen libéral britannique Andrew Duff a déclaré : « Les élections nationales ne constituent pas une base juste ou appropriée pour un Parlement européen. À moins d’élections fédérales en 2029, le même schéma se répétera : une faible participation électorale globale et le retour du nationalisme en Europe.»

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance