Suivez nous sur

Élections européennes 2024

Élections européennes : les institutions européennes prêtes à lutter contre la désinformation   

PARTAGEZ:

Publié le

on

Les institutions européennes jouent leur rôle dans la défense des élections européennes du 6 au 9 juin contre la désinformation et la manipulation de l'information visant la démocratie européenne. Les élections européennes sont un fleuron de la démocratie européenne.

Comme le documente, par exemple, le Observatoire européen des médias numériques, les acteurs de la désinformation à l’intérieur et à l’extérieur de l’UE cherchent à saper l’intégrité du processus électoral, la confiance dans les processus démocratiques dans leur ensemble et à semer la division et la polarisation dans nos sociétés. Selon l'Eurobaromètre, 81 % des citoyens de l'UE estiment que les informations qui dénaturent la réalité ou qui sont fausses constituent un problème pour la démocratie.

Tentatives d'induire les citoyens en erreur

Les institutions, les autorités, les acteurs de la société civile et les vérificateurs des faits tels que le Observatoire européen des médias numériquesRéseau européen de normes de vérification des faits et EUvsDésinfo ont détecté et dénoncé de nombreuses tentatives visant à tromper les électeurs avec des informations manipulées au cours des derniers mois. Les acteurs de la désinformation ont poussé fausses informations sur la façon de votera découragé les citoyens de voter, ou a cherché à semer la division et la polarisation avant le vote en détournant des sujets très médiatisés ou controversés.

Parfois, ces tentatives de tromperie consistent à inonder l'espace d'information avec une abondance d'informations fausses et trompeuses, le tout dans le but de détourner le débat public. Souvent les hauts responsables politiques et dirigeants sont visés par des campagnes de manipulation de l’information. Plusieurs politiques européennes sont souvent la cible de désinformation : le soutien à l’Ukraine, le Green Deal européen et la migration.

Les acteurs de la désinformation ont également eu recours à des réseaux de faux comptes ainsi qu’à des médias falsifiés ou usurpés pour manipuler l’environnement informationnel. Les révélations récentes du Service européen pour l'action extérieure (SEAE) et des autorités nationales des États membres de l'UE incluent le Fausse façadePortail Kombat et sosie opérations.

Publicité

Récemment, un rapport d'enquête intitulé "Surcharge d'opération" par la société de logiciels finlandaise Check First a documenté comment des comptes suspects ont contacté plus de 800 vérificateurs de faits et médias dans plus de 75 pays - pour les surcharger de fausses informations, épuiser leurs ressources et tenter de les convaincre de diffuser ces fausses informations au moyen d'articles de démystification. .

Des efforts accrus pour protéger l’UE contre la manipulation de l’information

Si les menaces existent, les réponses collectives de l’UE le sont également. Sur la base d’un mandat clair des dirigeants politiques, les institutions de l’UE s’attaquent depuis des années au défi posé par la manipulation et l’ingérence de l’information étrangère, y compris la désinformation.

Ces efforts se déroulent en étroite collaboration et coordination entre les institutions et avec la participation d'un large éventail d'autres parties prenantes, telles que les États membres de l'UE, les médias, les vérificateurs des faits et la société civile, afin de partager des idées, d'échanger des expériences et des bonnes pratiques. et coordonner les réponses.

Étant à l'avant-garde mondiale dans la lutte contre les menaces liées à la manipulation et à l'ingérence de l'information étrangère, l'UE travaille en étroite coopération avec ses partenaires extérieurs à l'UE partageant les mêmes idées, via des forums tels que le mécanisme de réponse rapide du G7, entre autres. Pour accroître la résilience face aux tentatives d’ingérence extérieure, l’UE a développé une boîte à outils dédiée pour lutter contre la manipulation et l’ingérence de l’information étrangère, comprenant un ensemble d’outils allant de la connaissance de la situation et du renforcement de la résilience à la législation et aux leviers diplomatiques.

Tous ces efforts se déroulent toujours dans le plein respect des valeurs fondamentales européennes, telles que la liberté d'expression et la liberté d'opinion. Notre réponse globale à la désinformation s'articule autour des éléments de base suivants : élaborer des politiques visant à renforcer nos démocraties, en rendant plus difficile l'utilisation abusive des plateformes en ligne par les acteurs de la désinformation et en protégeant les journalistes et le pluralisme des médias ; sensibiliser à la désinformation et à notre préparation et réponse ; renforcer la résilience sociétale contre la désinformation grâce à l’éducation aux médias et à la vérification des faits ; en coopérant avec d’autres institutions, autorités nationales ou tiers.

Les institutions européennes ont promu plusieurs activités, notamment des campagnes de sensibilisation et des initiatives d'éducation aux médias, pour accroître la résilience de la société face à la désinformation et à la manipulation de l'information.
Voici quelques exemples:

  • le site officiel des élections européennes avec une section sur « Des élections libres et équitables »;a série de vidéos par le Parlement européen (dans 24 langues officielles de l'UE) informant le public sur les techniques utilisées par les acteurs de la désinformation pour tromper les gens ;
  • a brochure par le Parlement européen avec 10 conseils sur la manière de lutter contre la désinformation ; une boîte à outils destinée aux enseignants par la Commission européenne sur la manière de détecter et de combattre la désinformation ;
  • une campagne conjointe de la Commission et du Groupe des régulateurs européens pour les services de médias audiovisuels avec un vidéo diffusée sur les réseaux sociaux et diffusée dans toute l'UE, sensibilisant aux risques de désinformation et de manipulation de l'information à l'approche des élections européennes ;
  • Une série dédiée d'articles et d'informations sur la manipulation de l'information étrangère et l'ingérence dans le fonctionnement du SEAE. EUvsDésinfo.

Nouvelle législation européenne en place

Au cours de ce mandat, des lois importantes ont été adoptées par les colégislateurs, comme le Loi sur les services numériques (DSA), le Loi sur l'IA et les terres parsemées de  Loi sur la transparence et le ciblage de la publicité politique. Au cours du mandat précédent, le Parlement européen Commission spéciale sur l'ingérence étrangère dans tous les processus démocratiques dans l'Union européenne, y compris la désinformation (Et son successeur) a également mis en lumière la question de l'ingérence étrangère, y compris la désinformation, et a recommandé que l'ensemble de la société joue son rôle, également par des mesures non législatives, pour y remédier.

Le DSA exige que les plateformes évaluent et atténuent les risques liés à la protection des processus électoraux, tels que la désinformation, notamment via le contenu généré par l’IA. Le DSA est déjà pleinement applicable et est appliqué par la Commission en ce qui concerne ce que l'on appelle «très grandes plateformes en ligne» (c'est-à-dire ceux qui touchent au moins 45 millions d'utilisateurs dans l'UE, soit 10 % de la population de l'UE). Dans ce contexte, la Commission a déjà ouvert une procédure contre X et Meta – pour Instagram et Facebook – sur les violations potentielles du DSA liées à l’intégrité électorale.

Sur le plan préventif, en mars 2024, la Commission a adopté directives électorales, rappelant les mesures que les plateformes doivent adopter pour garantir leur conformité. En avril 2024, la Commission a également organisé un test de résistance volontaire avec ces plateformes désignées, la société civile et les autorités nationales. La Commission entretient un dialogue continu avec les plateformes pour garantir la mise en œuvre efficace et le respect du DSA.

 

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance